It looks like a strange flashback (Danitza)


 :: city of angels :: Downtown :: Shopp' Center :: Starstruck's Coffee
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Lun 9 Jan 2017 - 4:38





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




J' avais ma demi-journée. Il fallait avouer que depuis le départ de mon patron Daniel Carver pour Chicago, mon patron Damon McGregor que je n' avais jamais vu, je n' étais actuellement que l' assistante personnelle vraiment de Zachary Stiles. Ce qui ne signifiait pas moins de travail donné mais moins de travail d' organisation pour gérer les demandes de trois patrons différents. C' était donc plus simple. J' avais donc décidé de refaire le plein de vêtements. C' est qu' avec ma fuite à New York et mon retour en tant que Tamsin Rosenberg, j' avais jusqu'à présent ciblé ma gestion du temps sur ce qui était prioritaire comme retrouver du travail, acheter un nouveau logement et autres joyeusetés administratives. Mais du coup, ma penderie ressemblait à un champs de ruine et il fallait bien que je m' habille. Cette journée allait donc servir à renflouer les tiroirs et armoires de la "nouvelle moi". Et après une matinée déjà plus ou moins rentable, je devais faire une pause de récupération de force. J'entrais donc dans le café, commandais un mokaccino frappé au chocolat blanc et un scone aux pétites de chocolat noir. C' était pas des plus équilibrés comme repas mais ce n' était pas le but de toute façon. Je donnais mon nom Tamsin pour qu' il soit noté sur le gobelet et payais ma commande. En relisant le prénom sur le gobelet, cela me rappela que je n' allais définitivement plus être Serah. Je commençais doucement à m' y habituer mais il y avait encore des moments où je me demandais qui était cette Tamsin avant de me rappeler que c' était moi.
Je cherchais du regard une éventuelle table vide pour m' installer mais malheureusement pour moi, j' allais devoir exploiter mon côté "sociable". Tout ce que je n' étais pas vraiment. Je me sentais déjà désespérée d' avance à l' idée de devoir aborder quelqu' un jusqu' à ce que je reconnaisse une tête qui ne m' était pas inconnue. Danitza. A l' époque où j' étais l' assistante de feu ce sociopathe de Warren -et où j' étais plus typée écossaise rousse qu' américaine brune- je cotoyais fréquemment Danitza puisque nos patrons respectifs travaillaient ensemble. Et plus d' une fois, nous avions parlé travail devant la machine à café. Danitza était ce qui ressemblait le plus à une connaissance sociale positive qui aurait pu devenir une amie si je n' avais pas du fuir Los Angeles. Et maintenant que j' étais revenue avec une nouvelle tête à cause de ce sort plus ou moins raté -qui n' avait de raté au final que le fait qu' il n' avait augmenté mon 1m57- et donc avec une nouvelle identité, j' allais difficilement pouvoir me présenter comme celle qu'elle avait connu. Mais au moins, je savais que si j' allais m' asseoir à côté d'elle, ça serait un peu comme avant. Certes ce n' était plus devant une machine mais un café restait un café. Je m' avançais malgré tout prudemment vers elle.

▬ Excusez-moi, je peux m' asseoir ici?


Mon gobelet dans une main et ma pâtisserie dans l' autre, j' attendais l' accord de Danitza pour m' asseoir à ses côtés. Après tout, si moi je la connaissais, elle, elle ne reconnaitrait pas et allait me prendre pour une inconnue qui demandait juste si elle pouvait occuper la place libre à côté d'elle. Et je ne voulais pas m' imposer en prenant place d' office sur la chaise à côté. La situation était déjà assez étrange pour ne pas passer en plus pour quelqu' un qui imposait sa présence.


© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:01, édité 7 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Dim 22 Jan 2017 - 19:17
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



Ma vie pour un thé ! Et pour une part de cheesecake aux fruits rouges ! J’ajoute un petit sandwich préparé par mes soins et ça sera parfait. J’avais fini ma matinée et j’avais l’impression d’avoir déjà fait une journée complète. Les rendez-vous de monsieur Rowell s’étaient enchaînés et les dossiers à trier arrivaient par cartons (j’aurai du dire demi-wagons entiers) Reprendre la société Warren était rentable mais niveau boulot, ils avaient oublié de transférer le personnel qui allait avec. Et mon patron pensait sans doute que depuis l’épisode de la banque j’étais une sur-femme, ce qui n’était pas le cas, non vraiment, j’insiste !

Bref, je m’autorisais une pause bien plus longue que d’habitude avant de reprendre le rythme effréné. Comme toujours, il y avait du monde, mais j’ai profité de la queue et de l’attente pour ma boisson ensuite pour commencer et finir mon sandwich. Au moins je pourrais profiter pleinement de mon arrêt gourmandise. Le serveur, qui devait être un nouveau, m’appela « Denisa »… fun…. Heureusement qu’on avait déjà tellement écorché mon prénom tout au long de ma scolarité que j’avais pris l’habitude de me reconnaitre du moment qu’on débutait par DA et qu’on finissait par SA ça passait. Du coup, j’ai récupéré ma commande avant de me mettre en quête d’une petite place quelque part. Il y avait pas mal de monde aujourd’hui, comme un petit peu chaque midi en fait. C’était genre, l’heure de pointe de la bouffe !

Une table se libéra comme par miracle et je me suis jetée dessus comme la pauvreté sur le monde ! Je me suis laissée tomber sur le siège avec un petit soupir en prime. Un sucre dans le thé, parce que je ne suis pas une véritable anglaise, et j’attends que ça refroidisse un peu. Cheesecake : à nous deux ! La cuillère plongea pour une première par et je la savourais les yeux fermés jusqu’à ce qu’une voix me tire de mon plaisir personnel. La jeune femme brune, debout devant ma table, voulait savoir si elle pouvait s’assoir. J’ai regardé autour. C’était vraiment bondé. Alors j’ai hoché la tête en faisant :


- Mmmmh !

Vu que j’avais toujours ma petite cuillère dans la bouche. Bon c’était clair non ? Ça ressemblait plus à un oui qu’à un « hors de ma vue ! ». J’ai sorti ma cuillère et j’ai opté pour un sourire poli en précisant :

- Désolée, leur cheesecake sont bien trop délicieux mais oui bien sûr vous pouvez vous assoir ! C’est la folie pour trouver une place ce midi.

Ce serait moins calme que ce que j’avais prévu mais la jeune femme avait l’air sympathique, et elle aussi avait l’air de s’accorder une pause gourmandise alors bon il y avait des chances qu’elle soit dans le même état d’esprit que moi. Et puis je n’avais pas pour habitude de fuir quand on perturbait mes prévisions.

- Pause boulot ou pause gourmande ? demandai-je en désignant du menton son dessert et sa boisson. Alors que machinalement, ma cuillère piocha un nouveau morceau de cheesecake.




avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Mar 24 Jan 2017 - 3:12





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




Je patientais, attendant une réponse que j' espérais positive. Sinon j' allais devoir trouver une place ailleurs. Peut être m' asseoir sur les escaliers là-bas. C' était une option. Mais je n' eus pas le temps d' étudier pleinement l' option, Danitza venant d' accepter que je vienne m'asseoir sur la chaise à côté d' elle.

▬ Merci.

Je pris donc place à côté de Danitza. C' était une situation bizarre. Enfin pour moi. Je savais qui elle était mais elle ignorait qui j' étais. Etre assise à côté d'elle avec un café, c' était un peu comme un flashback de celle que j' avais été autrefois. Mais pourtant, je n'avais plus ni la même apparence, ni la même identité, ni le même employeur. Dans un sens, je n' étais plus moi. Si je me sentais encore un peu comme inconnue quand j'entendais mon nom ou me regardais dans un miroir, je ne pouvais que comprendre que j' étais totalement une inconnue pour elle. D' autant plus qu' à l'époque, nous ne nous connaissions pas vraiment. Nous étions les assistantes personnelles de deux hommes qui travaillaient ensemble et nous parlions autour d' un café. Ce n' était peut-être pas la définition de ce que l' on pouvait appeler de vraies connaissances. Enfin je crois...il faut dire que je ne suis pas non plus la plus douée pour définir les rapports sociaux. Sa voix me fit lever la tête en sa direction.

▬ Les deux. Une pause gourmande post et pré-boulot.

Et je devais avouer que ce n' était pas de refus, car j' avais définitivement du boulot. Aussi bien d' un point de vue pratique et que pour essayer de comprendre mes nouveaux patrons. L' un d'entre eux, Damon McGregor, n' était pas compliqué à comprendre, il était aux abonnés absents depuus mon embauche et je n' avais vu sa tête qu'en photo au cabinet. Daniel Carver avait été gentil le peu que je l' avais croisé. En fait, il m' avait embauchée, m' avait révélé sa nature de prophète et avait ensuite dû partir à Chicago pour la création d' une annexe du cabinet. Alors ne me restait que Zachary Stiles. Mais ce n' était pas le plus simple à gérer. Il était...particulier. Dans le sens bizarre du terme.

▬ Et vous?

Je tentais de lui retourner la question comme pour lancer une conversation. Avant de me rappeler que j' avais oublié une chose.

▬ Tamsin.

J' en avais oublié que si je la connaissais, Danitza ne me connaissait plus. Je tournais le gobelet de façon à ce que le prénom soit face à elle et qu'elle puisse le lire.

▬ Tamsin Rosenberg.

Je n' étais définitivement pas douée pour communiquer...

© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:16, édité 5 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Dim 29 Jan 2017 - 17:32
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



Elle avait l’air sympathique cette fille, du coup, quand quelqu’un me semble sympathique je ne suis pas contre un petit bavardage impromptu. Et puis ça va on échange des banalités on va pas non plus entrer dans les détails sordides du genre « Et toi c’est quand la dernière fois que tu t’es fait possédée ? ». J’avoue ce serait drôle… mais non !

Donc alors qu’elle s’installe à côté de moi, je ne peux m’empêcher de faire ma curieuse, et aussi de la mettre à l’aise parce que franchement, manger à côté d’inconnus moi ça me met toujours un peu mal à l’aise, comme si je ne voulais pas déranger mais malheureusement les circonstances font que…. Bref, j’attends un peu avant de me lancer, et en même temps je l’observe et ces mouvements me paraissent familiers mais sortis d’où ? Je ne sais pas…. Impossible de savoir pourquoi. Je hausse les épaules, ça me reviendra. Alors je demande et nous sommes dans le même cas. Un sourire franc s’élargit sur mon visage.


- Moi aussi, ça permet de reprendre des forces avant d’affronter de nouveaux dossiers !

Elle en profite pour se présenter en montrant le gobelet. Starbuck ou l’art de communiquer avec son verre ! J’y lis son prénom en même temps qu’elle me le dit puis je tourne à mon tour mon verre en précisant :

- Moi c’est Danitza, pas Denisa, mais une fois sur deux ils loupent l’orthographe, mais je ne vais pas me plaindre c’est pas courant.

Oui, merci maman, tout ça tout ça. J’enchaine.

- Danitza Wincher pour être exacte. Ravie de te rencontrer.

Oui puis si ça se trouve on ne se reverra jamais parce que même en travaillant dans le coin, il y a tellement de bureaux et de boutiques que c’était comme une aiguille dans une botte de foin. C’est dommage elle avait l’air sympa cette fille. C’est drôle quand même, des moments tu rencontres des gens dans la vie et tu sais qu’il pourrait tellement entrer dans ton cercle d’amis sans la moindre explication. Bah là, c’était ça. J’avais l’impression qu’elle pourrait facilement être une amie. Inexplicable. Enfin, les choses explicables de nos jours et dans les rues de LA c’est tellement surfait….

Je plongeais de nouveau ma cuillère dans le cheesecake en demandant :


- Du coup, tu bosses dans le coin je suppose ? Moi je travaille au Global Financial, le grand immeuble là-bas, les locaux sont très… aseptisés, du coup je viens ici pour voir un peu de vie avant d’y retourner.

C’était tellement ça ! Même si j’aimais bien mon job, je le faisais par obligation. Si j’avais eu la possibilité de travailler en galerie d’arts…. Ma vie aurait été différente. Mais il n’était pas trop tard encore. Un jour, je me déciderai peut-être à demander à monsieur Rowell d’utiliser ses relations pour parvenir à mes fins…. En attendant, je dégustais mon cheesecake avec une inconnue pourtant familière. Merde, dingue cette impression quand même.

- On s’est peut-être déjà croisée non ?

Et voilà, j’avais recommencé à être bizarre !



avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Sam 4 Fév 2017 - 2:43





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




J' approuvais d' un signe de tête à sa remarque. Puis vint le moment des présentations. Enfin, pour moi, elles n' étaient pas vraiment utiles puisque je connaissais déjà mon interlocutrice. Mais elles restaient nécessaires pour maintenir cette ambiance de nouvelle rencontre. Si j' étais habituée à taire les informations me concernant, je n' étais clairement pas habituée à devoir détourner l'attention au risque de devoir mentir. Je n' étais pas vraiment une bonne menteuse et je craignais donc que les choses se compliquent davantage.

▬ Moi j' aime bien. Enchantée également.

Je regardais le gobelet et l' erreur d' écriture. J' esquissais un sourire. Il y avait un écart assez prononcé entre Denisa et Danitza. En même temps, j' avais dû épeler mon nouveau prénom pour éviter d' avoir un dérivé de Tamsin. Et pourtant ce n' était pas compliqué. A croire qu' ici pour avoir un prénom bien écrit, il fallait s' appeler John, Jane, Rose ou tout autre nom à maximum quatre lettres et à sonorité bien anglophone. Mais pour Danitza, la serveuse avait fait fort...
Quand Danitza me mentionna son lieu de travail, je tournais la tête suite à son indication pour regarder le bâtiment. Je n' avais pas besoin de ça pour savoir en vérité où elle travaillait. J' y avais même déjà mis les pieds plusieurs fois et même but du café à leur machine. Mais je me devais de rester cette inconnue et, par conséquent, je répondre aux normes de politesses et autres formalités des premières rencontres. Si je n' étais déjà pas douée quand je n' avais rien à cacher, là j' avais l' impression de cumuler les déjà-vu tout en jouant la découverte. C' était un peu comme être surprise en voyant tout les invités lors d' une fête surprise alors qu' on avait découvert qu'elle allait avoir lieu. J' avais vu ça à la télévision dans un film, je crois...Je devais donc à mon tour parler de mon travail.

▬ A vrai dire je travaille au cabinet Mc Gregor, Carver & Stiles qui n'est pas forcément très près, mais j' avais une course à faire à proximité durant ma pause. Et comme je suis une fan de leur café et de leurs pâtisseries...

Je n' avais pas menti. Mais j' avais volontairement évité de préciser plus en détail quelle fonction j'y exerçais. Sachant que Danitza faisait le même métier que moi, je voulais éviter de mentionner que je faisais le même qu'elle. Et j' espérais qu'elle allait éviter de m' interroger sur ma fonction au cabinet. Car je savais déjà la surprise qu' allait engendrer la découverte de notre métier commun. Et les surprises, c' était un truc risqué. Soit la personne se limitait à ce qu'elle ressentait et tout allait bien, soit elle posait des questions du style "Comment?" Et je voulais éviter au possible les questions.
J' étais en train de boire une gorgée de mon moka quand elle fit sa dernière remarque. Je sentis le moka me brûler la gorge. Non pas parce qu' il était chaud mais parce que la situation me donnait chaud et donnait une autre saveur à la boisson. Une saveur d' embarras. Je devais vite trouver une parade.

▬ C'est possible. Je suis une habituée du lieu.

Autre vérité qui allait, j'espère, être efficace pour ne pas s' attarder davantage sur cette impression de familiarité.

© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:11, édité 3 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Mer 15 Fév 2017 - 0:13
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



D’habitude, les gens demandent d’où vient mon prénom ou un truc du genre mais Tamsin se contente seulement de me dire qu’elle aime bien. Ça m’arrange ! ça m’évite surtout une énième explication du pourquoi du comment. Et ça nous permet de continuer à faire connaissance. Elle semble bien sympa cette fille. Enfin je l’apprécie presque d’emblée et ça c’est toujours étrange quand ça arrive. Ça m’est arrivé qu’une seule fois pour le moment, c’était avec Cassie… J’évite d’y penser et enchaîne avec sa dernière réponse. Elle travaille pour un cabinet. J’incline la tête, avec un nouveau morceau de cheesecake, ça disparait à une vitesse cette affaire, à croire que quelqu’un d’invisible en mange des morceaux dès que je continue ma conversation….

- Un cabinet ? Un cabinet d’avocats ou un cabinet de dentiste ?

Oui deux mondes s’affrontent apparemment dans ma tête quand on lance le mot « cabinet ». Je n’avais pu qu’acquiescer vivement quand elle avait parlé du café et des patisseries. On dira ce qu’on veut, ici, c’est quand même une tuerie. D’ailleurs, ça méritait bien un morceau de plus de cheesecake. J’avais vaguement indiqué du doigt où je travaillais mais dans le coin, tout le monde avait plus ou moins entendu parlé du Global Financial et de monsieur Rowell. Notamment avec le rachat des entreprises Warren. Heureusement que dans le même temps, ils n’affichaient pas les têtes de tous les employés sinon on deviendrait presque des stars. Et impossible de boire une petite boisson chaude en paix.

Comme la conversation filait tranquillement, et que j’avais l’impression de l’avoir déjà vu quelque part, sans pour autant que ce soit un rêve, je me suis mise à penser tout haut. Elle s’étrangla un peu avant de me répondre. J’ai souri et hoché la tête.


- Mais oui, ça doit être pour ça. Je viens souvent ici aussi. Et puis il parait que scientifiquement on a aussi des moments où notre cerveau a des bugs et du coup on a l’impression d’avoir déjà vu quelque chose. Ça peut être ça aussi….

J’ai haussé un peu les épaules en contemplant le dernier morceau de cheesecake qui me restait. Bientôt la fin. De la pause. De ma gourmandise. Avec une petite moue, je continuais :

- Mais vous savez ce que je vois là, demandai-je en pointant l’assiette presque vide. Je vois la fin de ma pause qui arrive bien trop vite. Vous reprenez à quelle heure vous ?

Pour faire patienter ce que je savais être la dernière bouchée, je bus un peu. Finalement en nous voyant de l’extérieur on pourrait presque croire qu’on ne venait pas de se rencontrer. Et j’avoue que j’étais presque triste de devoir reprendre et de ne pas discuter plus longtemps. Mais tant que j’étais là, autant continuer.

- Et vous êtes originaire d’ici ? De Los Angeles ?

J’étais moi-même une expatriée, une débarquée, pas une native d’ici alors j’étais toujours curieuse de savoir d’où venais les gens.



avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Dim 19 Fév 2017 - 17:14





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




Sa remarque me fit sourire. je n' avais jamais pensé à la possibilité qu'elle croit que c' était un cabinet dentaire. Le cabinet McGregor, Caver et Stiles était un cabinet d' avocats relativement renommé de surcroît. Mais au moins, ça m'avait sourire. Ce qui était rafraîchissant.

▬ Oh, un cabinet d' avocats. Mais je ne suis pas avocate, juste employée là-bas.

Je préférais faire la précision sans pour autant mentionner ma fonction d' assistante personnelle. Mais je savais qu' en disant que c' était un cabinet d' avocats, Danitza risquait de me demander si je l' étais. Alors j'anticipais.

▬ Oh oui, le déjà-vu. Certains disent que le cerveau fait comme un ordinateur qui reprend après une mise en route post-mise en veille, il revient quelques micro secondes avant pour rappeler le sujet, d' autres disent que c'est le fruit de l' instinct de préservation naturel, comme une forme de micro prémonition. Ah zut, je crois bien que j'ai eu la version cheesecake lactose et gélatine et pas la version lait de soja et agar agar... Et comme je suis végétarienne...je vais me contenter de mon délicieux moka au lait de soja. Je crois que c'est un signe que je ne devais pas céder à l' appel de ma gourmandise. Vous le voulez? Il va être perdu sinon...

Je proposais mon cheesecake à ma voisine qui semblait de plus déçue que le sien ai déjà disparu. Je me sentais comme une vile tentatrice offrant des sucreries supplémentaires... Mais la végétarienne que j' étais, n' allait pas le manger. Ca c' était une chose que ma nouvelle identité n' avait pas changé. Mon végétarisme. Mais comme une forte propension de la population partageait ce régime alimentaire avec moi, ça ne risquait pas de faire sauter ma couverture. En tout cas, je maudissais la vendeuse qui avait du prendre la mauvaise part. Je savais que cet endroit proposait des pâtisseries végétarienne dont leur cheesecake. Ils avaient la version végétarienne et non végétarienne. Et je me maudissais aussi de ne pas avoir vérifié avant de payer. A sa question, je regardais ma montre.

▬ J' ai encore une petite heure devant moi.

Toutes les pauses se finissaient un jour. Mais c' était étrange de partager celle là avec Danitza. Ca avait eu comme un petit effet flashback. Un retour en arrière, à l' époque où j' ignorais encore qu' Alexander Warren était un abruti fini. Ah oui, et à l' époque où il était encore en vie, ça aussi.
Elle dévia ensuite sur mon passé. Sujet délicat. Si avant je n' aimais pas en parler, désormais j'aimais encore moins le faire. C'est qu' en plus d' être douloureux, j' avais des choses supplémentaires à cacher. Mais ne pas répondre aurait amené davantage de questions, alors je répondis tout en tentant de dévier ce sujet sur elle.

▬ Non, de Sacramento. Et vous?

Lorsque la résistance m' avait crée ma nouvelle identité, ils avaient gardé des éléments de mon passé pour faciliter ma nouvelle vie. Que je garde des données que je connaissais et que je pouvais évoquer sans qu' on puisse remettre en doute mes dires. Tamsin, la nouvelle moi, était née fille unique à Sacramento avant d' aller vivre à New York à la mort de ses parents. J' étais bien née à Sacramento et j' avais bien perdu mes parents. Mais je n' étais pas fille unique, j' avais eu un frère et une soeur, morts en même temps que mes parents dans le même accident de voiture. Et je n' avais passé que quelques mois à New York. Mais c' était suffisant pour rendre le tout crédible. Quand j' avais fui ma famille, adolescente, j' avais vécu un temps dans les rues de Sacramento avant de migrer vers Los Angeles. Je connaissais les lieux, je pouvais parler du sujet si quelqu' un connaissant Sacramento me lançait dessus. Pareil pour New York. J' avais certes passé beaucoup de temps dans des lieux liés à la résistance, ce qui était normal, mais ayant participé à une mission d' extraction, j' avais du visiter la ville plusieurs fois auparavant, pour apprendre à m'y repérer facilement et ne pas m'y perdre le jour de la mission. Là encore, on pouvait me parler de New York, je passerais pour quelqu' un qui y avait vécu. C' était ça qui faisait que je ne ferais pas beaucoup d' erreurs pour assumer ma nouvelle identité. Et comme je n' avais que peu de proches avant mon départ - pour ne pas dire très peu si on y ajoutait la mort de mon ancien patron - cela simplifiait la tâche.

© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:20, édité 3 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Mar 21 Fév 2017 - 1:03
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



Elle avait souri devant mes suppositions. Mince apparemment la réponse devait être évidente mais j’avoue que les cabinets ce n’étaient pas ma passion. Heureusement que je n’ai pas dit cette phrase-là à voix haute parce que ça sonnait vachement bizarre quand même cette affaire. Donc cabinet d’avocats mais pas avocate.

- Alors vous faites quoi ? Si vous êtes pas avocate. Vous êtes comme leur secrétaire ?

Genre comme moi avec monsieur Rowell je suis pas vraiment sa secrétaire selon mon contrat mais je me considère comme ça après tout je trie les dossiers et je prends des rendez-vous, quand je n’accompagne pas mon patron à ses réunions. Bref sinon qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire dans un cabinet d’avocats ? Elle le hante jusqu’à ce qu’il lui trouve un poste ?

On discute ensuite bug de cerveau. Elle en parle comme d’un disque dur, d’une mise en veille et j’adore l’idée. Et comme si de rien n’était, elle enchaine avec son cheesecake. Comme si c’était normal. On dirait moi passant du coq à l’âne. Mais elle ne veut pas faire ce que je crois qu’elle veut faire ?! J’ai dû ouvrir de grands yeux avant de répondre :


- Vous êtes sérieuse ? J’ai l’air si malheureuse devant la fin du mien ? Parce que je vais être franche, si j’écoute ma gourmandise j’accepte tout de suite mais si j’écoute mon estomac je ne suis pas certaine de le finir. C’est ce qu’on appelle avoir les yeux plus gros que le ventre je crois non ?

Je souris largement après, si elle le colle dans mon assiette je ne vais pas refuser ce serait malpoli non ?

- Vous ne voulez pas aller voir avec la vendeuse, je suis sure que sur votre ticket c’est écrit « végé » et qu’elle a fait une petite erreur. En plus ça se voit tout de suite que vous n’y avez pas touché.

J’avais discuté un peu végétarisme avec l’assistante de feu monsieur Warren, parce que je m’étais demandé, étant donné mon peu d’amour pour la viande, si ce n’était plus proche de moi. Mais ça demandait pas mal de contraintes à mes yeux mais cette conversation avait été intéressante, et ça nous occupait pendant les réunions entre nos deux patrons.

- Une heure encore ! Vous avez de la chance. Moi il doit me rester une demie-heure encore pas plus enfin je crois.

Je jetais un rapide coup d’œil à ma montre. Pile poil, j’avais le compas dans l’œil. Je voyais d’ici les dossiers sur mon bureau, l’agenda de monsieur Rowell, et le téléphone qui va sonner bien trop régulièrement. Heureusement que je ne m’ennuyais pas qu’il y avait certains jours où je préfèrerais errer dans les galeries, restaurer des toiles et accueillir des collections. Ma vocation me manquait. Les jours où je fatiguais j’aimerai ce refuge. C’était étrange de penser ça à ce moment. Alors je lui ai demandé d’où elle venait.

- De San Francisco. Ma famille y est encore. Mais je ne suis jamais allée ailleurs en Californie. Pourquoi Los Angeles ?

J’ai demandé ça avant de boire une longue gorgée de ma boisson, elle avait pas mal refroidi c’était plus agréable que brûlant.




avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Ven 24 Fév 2017 - 3:46





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




J' avais espéré avoir réussi à faire en sorte que la question fatidique ne soit pas posée, mais je n' avais pas su le faire correctement et Danitza m'avait demandé qu'elle fonction j' exerçais là-bas.

▬ Plus ou moins. Je suis l' assistante personnelle des trois associés. Enfin techniquement que de deux, car l' un est un peu l' homme invisible...

Et voilà, c' était dit. Je faisais le même métier qu'elle. Mais peut être qu'elle y verrait une coïncidence et ne ferait pas le rapprochement avec l' ancienne moi. Après tout, des assistantes personnelles végétariennes, à Los Angeles, je ne devais clairement pas être la seule. Vu la tonne de stars, tous avaient un assistant personnel, et au vu du nombre de restaurants végétariens en ville, là encore, je n' étais pas un modèle unique. Quand Danitza me déclara que je devais l' échanger, car le ticket devait mentionner végé, je fis une moue, peu inspirée à l' idée d'aller emmerder la pauvre serveuse. Par curiosité, je regardais le ticket, me confirmant qu' il ne mentionnait pas la version végé et qu'en plus le prix était celui de la version non végé. Soit un peu moins cher. Je n' avais pas fait attention, tant pis pour moi.

▬ C'est le prix du non végé et je ne vois pas la mention spéciale. J'ai pas fait assez attention. Et puis, vu comme son manager qui semble la fliquer derrière a l'air commode, j'ai pas spécialement envie d' aller faire une réclamation au risque de lui faire perdre sa prime trimestrielle à la pauvre. Entre la masse de clients qu' elle doit servir, je me sentirais vache de la mettre dans la merde. Après tout, ça fait maintenant au moins 10 minutes qu' on est attablées, j' aurais pu m'en rendre compte plus vite aussi... Mais si vous n'en voulez pas, ce n' est pas grave, j' irais prendre un de ces cartons en libre service pour les remmener et je trouverais une âme charitable à mon boulot pour éviter le gaspillage alimentaire.

Je confirmais à Danitza ma proposition de lui donner ma part pour qu'elle soit mangée pour une vraie adepte du cheesecake mais si elle n'en voulais pas, je pourrais trouver une adepte de la pâtisserie à mon boulot. Pourquoi pas la fille de l' accueil? Elle allait le manger avec grand plaisir. Et puis c' était toujours utile d' être dans les bonnes grâces de la fille de l' accueil pour les jours où on pourrait oublier son badge d'entrée. Ou pour être prévenue avant par téléphone de l' arrivée d' une personne indésirable. Je savais que cette pâtisserie allait trouver bonheur. Je repris une gorgée de mon moka. Lui était totalement végé, je l' avais su dès le départ au goût que donnait le lait de soja. C' était un goût assez particulier et très reconnaissable.

▬ Oh c'est exceptionnel. C'est parce que j'ai fait tellement d' heures supplémentaires, qu' aujourd'hui j'ai une pause au timing si luxueux. D' ordinaire, je suis plus proche du vôtre. Voir moins.

Je haussais les épaules. Je n' avais pas de souci avec le fait d' avoir peu de pause du midi. Personne ne m' attendait chez moi. Et le fait d' être si conciliante avec les heures supplémentaires imprévues, faisait qu' il m' était plus facile ensuite de gagner des pauses plus longues parfois, ce qui n' était pas un mal pour la résistance. D' une certaine manière, mon métier était parfait pour toute célibataire sans famille qui se voyait passer moins de temps seule chez elle.

▬ Aucune idée. J'ai vu choisie cette ville...comme ça je crois. Peut-être parce qu'en tant que native de Sacramento, je reste une Californienne dans l' âme malgré moi. Ou peut-être parce que c'est la ville des secondes chances...mais pourquoi ici? C'est la première fois qu' on me pose la question. Et que je me la pose aussi du coup. Et vous? Pourquoi avoir répondu à l' appel de cette ville, si loin de San Francisco?

La question de Danitza m' avait perturbée. Je ne m' étais jamais interrogée moi même pourquoi dans ma fuite, j' étais venue ici et pas montée vers le Nord. Après tout, à l' adolescence, lors de ma fuite, j'aurais pu partir ailleurs bien plus loin de Sacramento. Et Los Angeles restait la Californie. C' était la première fois que je me demandais si j' étais tombée dans cette ville par hasard ou si dès le départ, il fallait que je vienne ici. Sans même le vouloir, Danitza venait de me poser une question étrange mais intéressante sur moi même et sur mon passé, et sur lesquels je n' avais jamais réfléchi.

© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:25, édité 3 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Lun 20 Mar 2017 - 1:58
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



J’ai ri quand elle a parlé de l’homme invisible. Et du coup, je n’ai pas pu m’empêcher de commenter.

- Je suis assistante personnelle aussi. Mais d’un seul patron. Pour l’homme invisible vous faîtes comment ? « Bonjour assistante de Casper, j’écoute. » C’est ça non ?

Ce serait drôle si je trouvais un surnom à mon patron et que je décroche en le mentionnant. Quoique, il pourrait me virer. Avec un peu plus d’hésitation maintenant que je savais qu’il arrivait à se régénérer…. Enfin, ça me tentait moyen de déballer ça dans un journal quelconque. Comme celui où j’ai appris dernièrement que mon ex de Los Angeles avait épousé quelqu’un que je plaignais sincèrement de tout mon cœur.

Pendant ce temps-là, j’envisageais en consultant mon estomac de manger une deuxième part de cheesecake. Normalement, le cheesecake c’est fin ça se mange sans faim non ? J’ai quand même été plus résignée et j’ai expliqué que le ticket de caisse devait sans doute le dire si c’était juste une erreur elle pouvait alors le remplacer. Vu sa moue c’était bien une erreur qui venait d’elle. Elle me donna donc les explications. J’ai souri en entendant qu’elle ne voulait mettre la vendeuse dans la merde. Tu m’étonnes ! Moi non plus j’aimais pas faire ça. J’ai donc hoché la tête puis quand elle a proposé de demander à d’autres clients aux alentours de manger cette pauvre petite part solitaire, j’ai presque hurlé au scandale. Apparemment, mon estomac avait fait son choix.


- Oh non ! Pour cette brave vendeuse et sa prime, je vais me laisser tenter ! dis-je en riant. Et puis je crois qu’il me reste encore une petite place, les cheesecake ne sont pas bourratifs, c’est une chance !

Avec un sourire mais d’un geste rapide, j’ai échangé mon carton vide contre son carton plein en l’attaquant presque aussitôt d’un bon coup de cuillère. Il était vraiment délicieux. J’ai bu une gorgée ensuite tout en écoutant ce qu’elle me disait sur sa pause méridionale si longue. Je n’ai pu m’empêcher de pouffer un peu.

- Tu as des patrons plus conciliant que le mien. Je l’apprécie beaucoup mais niveau heure supplémentaire, je ne suis pas certaine qu’il connaisse réellement le concept. Après je ne suis pas sûre qu’il m’en veuille ou même qu’il me vire si je fais durer un peu plus longtemps ma pause du midi.

J’ai du coup décidé de m’intéresser un peu plus à elle en lui demandant d’où elle venait et pourquoi avoir atterri à Los Angeles. Mais j’aurais dû me douter qu’elle me retournerait la question. J’ai pris une inspiration.

- Los Angeles c’est bien plus proche de San Francisco que New York par exemple. Mais je n’étais pas vraiment attachée à Frisco non plus. Ma famille vient de plus loin, genre d’Angleterre. Donc je ne fais pas partie des personnes ancrées dans leur ville. Sans compter que je fuyais un peu mon ancien petit copain et l’ambiance lycée et qu’un expert en art avait accepté de me prendre en stage au musée de la ville.

Who… ça faisait un moment que je n’avais pas fait cette introspective. C’était intéressant. Surtout quand on voyait où j’en étais maintenant. Aurai-je perdu une partie de mes rêves ? J’avais été très franche avec cette fille là, en face de moi. Vraiment cette impression de déjà la connaitre ou en tout cas de me sentir très en confiance avec elle.

- Enfin, je ne voulais pas être indiscrète, vraiment. C’était juste de la curiosité. Peut-être mal placée…. Mais j’aime bien notre conversation alors j’essayais de la continuer mais je suis une piètre chercheuse de thème à aborder….

J’avais le souvenir d’une rencontre entre mon patron et le père d’Aïlean, quand nous nous étions retrouvées son assistante et moi dans la salle attenante à la réunion sans savoir quoi dire…. Finalement ça restait un bon souvenir….



avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Mar 21 Mar 2017 - 4:26





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




Je fus surprise que ma remarque sur l' homme invisible la fit rire. Je n' avais pas l' impression d' avoir dit quelque chose d' amusant. Mais c' était possible, après tout, je n' étais pas la mieux placée quand il s' agissait d' interactions sociales.

▬ Oh non. Je suis juste devenue une experte du "M. McGregor est en déplacement, je peux prendre le message ou vous réorienter vers un de ses associés." Ce qui n'est pas mensonger. Niveau déplacement, c'est un véritable courant d' air.

Et pour cause, je ne l' avais jamais vu. Enfin si une photo. Et j' avais entendu sa voix sur un répondeur. Mais à moins de regarder sa photo en écoutant le répondeur, je n' avais jamais eu l' association des deux. Forcément, il était celui qui me donnait le moins de boulot. Je traitais le plus souvent avec M. Carver ou M. Stiles. Enfin ces temps-ci, avec M. Carver à Chicago, j' étais un peu devenue l' assistante personnelle attitrée de M. Stiles.
Danitza fut en tout cas convaincue par mon explication, car elle récupéra la part de cheesecake. Et un cheesecake sauvé de la boîte en carton. J' approuvais la brune sur le fait que leurs pâtisseries étaient légères. Celles préparées de manière végétarienne, l' étaient en tout cas. je n' avais pas goûté les autres pour en être sûre mais je faisais confiance à l' avis connaisseur de Danitza en matière de cheesecake. Son expertise était fiable.

▬ Je doute qu' ils soient si conciliants. C'est juste qu' ils sont avocats. La loi c'est la loi, et puis ils ont galéré à trouver un assistante prête à bosser pour les trois en même temps. Ils ne sont pas conciliants, ils sont réalistes.

Je savais bien que je n' étais pas une assistante aussi exceptionnelle au moins d' être indispensable. Si encore ils avaient su que j' étais une sorcière, j' aurais pu comprendre leur attachement à me rendre la vie facile. Mais j' avais surtout dans l' idée que ce qui les arrangeaient avec moi, c' était que je n' avais pas de vie privée et que j' étais du genre très conciliantes avec les heures sup' et l'idée de faire seule le boulot qu' aurait du faire trois assistantes. Et peut être aussi, parce que je leur évitais de se retaper le passage des entretiens d' embauche.
En écoutant Danitza me parler de son passé, j' avais une forme d'empathie vis à vis de ce qu'elle expliquait. Ca me parlait. C' était étrange parce que je n' avais pas souvenir qu' on avait jamais évoqué nos passés lorsque j' étais encore l' assistante personnelle d' Alexander Warren.

▬ Alors vous aussi, vous avez eu votre seconde chance...

Je lui fis un sourire pour montrer que je comprenais. Moi aussi j' avais fui quelque chose. J' avais fui ma famille et tout ce qu'elle représentait. Je comprenais que Danitza ait eu ce besoin de liberté. Vouloir être libre était quelque chose que je ne comprenais que trop bien. La vraie liberté. Seules les personnes qui avaient été un jour prisonnières de quelque chose ou de quelqu' un, pouvait comprendre. On fuyait sans trop s' éloigner parce que malgré tout, qu' on le veuille ou non, on ne pouvait jamais effacer ce qu' on était avant. Le reboot complet n' existait pas. Je ne le savais que trop bien. J' avais tentée des années d' être une autre. D' oublier ce que ma famille avait voulu que je sois. Et au final, moi qui avait fui une famille de sorciers pro-dieu fanatiques qui voulaient détruire les démons, j' étais devenue une sorcière résistante détestant les démons et bossant pour un prophète. On ne pouvait jamais totalement s' émanciper de son passé. C' était un combat de chaque instant pour essayer de se trouver soi-même. Le véritable soi.

▬ Vous vous en sortez bien. C'est juste que je....je ne suis pas douée pour communiquer. Je ne sais pas faire avec les gens.

Au moment où j' avais fini de le dire, je fus moi-même surprise du fait que j' avais le souvenir d avoir dis exactement la même chose à Danitza un jour en buvant un café. Mot pour mot et jusqu' à la même intonation de voix. A l' identique. Même voix, même mots, juste l' apparence qui différait. Et je priais intérieurement pour Danitza n'ait pas eu le même flashback que celui que je venais d' avoir.

© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:36, édité 3 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Lun 1 Mai 2017 - 13:26
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



Un fantôme, un courant d’air, à une vache près c’était pareil. Mais ça devait être assez ennuyeux de parler pour quelqu’un que l’on ne connaissait pas. Et ce type avait encore des clients ? Impressionnant. Enfin je me contentais de hocher la tête pour lui montrer que je la comprenais et que sa tactique était plus que professionnelle. En même temps, je me disais qu’elle avait un peu de mal à se dérider, à sourire, à profiter du moment. Elle semblait sérieuse. Et puis certaine personne ont du mal avec le second degré, mais ça ne m’avait jamais vraiment dérangé.

On passa rapidement sur le sort du cheesecake. On ne laisse pas un cheesecake dans un coin comme dirait Patrick Swayze. Et puis j’avais encore le temps de le manger entrecoupant chaque morceau d’un peu de thé. Je choisis donc de reprendre sur cette pause repas qu’elle avait de bien plus longue que la mienne. Mais sa réplique était imparable. Je souris franchement avant de lui répondre :


- Le monde de la finance c’est pas vraiment le même refrain. La loi a beau être ce qu’elle est, un sou et un sou et le temps perdu ne se rattrape plus. Donc si on perd du temps en pause repas, on fait perdre de l’argent à l’entreprise. On risque de voir une réunion s’annuler, un client s’envoler, ce genre de petits désagréments.

Nous avons alors évoqué notre passé, nos deux vies avaient quelque chose de similaire et en même temps nous étions dans cette ville pour des raisons différentes. C’était très intéressant de faire cette introspection en dégustant un cheesecake qui fondait à vue d’œil. Chaque réflexion même intérieure amenait une nouvelle bouchée. Pourtant je n’étais pas du genre à combler par la nourriture. Ma mère disait souvent qu’il n’y avait pas de hasard et quand je rencontrais des personnes comme ça, sans rêve pour les juger auparavant, je ne pouvais qu’être d’accord avec elle. Même si elle ajoutait aussi que le hasard c’était le moyen qu’avait Dieu de se passer inaperçu. J’avais toujours adoré cette image. Jusqu’à ce que les événements de Los Angeles ne m’ébranlent un peu trop, même si je gardais la foi.

J’ai hoché la tête en souriant quand elle a parlé de deuxième chance :


- Un nouveau départ surtout. Sans pour autant rayer ma famille de ma vie, mais j’avais besoin d’autres horizons je crois….

C’était étrange, j’avais l’impression qu’on se comprenait à demi-mot chacune. C’était déroutant et plaisant à la fois. Mais lorsque le sujet touchait à sa fin nous avons mutuellement plongé le nez dans notre timbale et le silence décida de se faire une place confortable. Je le chassais maladroitement en m’excusant de mon manque d’imagination lorsqu’il s’agissait de faire rebondir une conversation, surtout avec quelqu’un qu’on ne connait pas. Enfin qu’on ne connait que depuis quelques minutes.

Elle m’expliqua alors qu’elle n’était pas douée pour la communication, qu’en gros les gens c’était pas sa passion. Et… ses mots m’en rappelaient d’autres. Chez Warren, enfin au bureau. Son assistante personnelle m’avait dit exactement la même chose. Je devais sans doute fixer Tamsin en sourcillant mais j’étais absorbée par le souvenir. L’impression de déjà-vu… c’était comme si….

Cette fois-ci j’ai fixé mon interlocutrice plus franchement comme si j’essayais de lire une réponse sur son visage. J’étais désarçonnée. Une voix en moi tentait de me raisonner. De me dire que je délirais totalement et que ce genre de chose, genre changer de corps ou truc du même acabit, ça n’existait pas. Mais quand même ! Les mêmes mots et quand j’y repense des goûts et des attitudes similaires…. J’ai secoué la tête avant d’avoir un sourire d’excuse et d’expliquer :


- Désolée, vos mots m’ont rappelé une connaissance et c’était assez perturbant. J’ai connu une assistante personnelle qui pourrait être votre sœur jumelle, pas physiquement, du tout même, mais elle aussi était végétarienne, et avait u mal avec les gens et elle est parlait comme vous venez de le faire. C’est perturbant. Enfin vous l’avez peut-être croisé si son patron avait eu des démêlés avec la justice : Serah Marling.

Oui c’était ça, elle me faisait pensé à Serah mais dans un autre corps…. C’était tellement n’importe quoi !



avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Mar 2 Mai 2017 - 2:24





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




J' écoutais Danitza m' indiquer la différence entre nos deux secteurs d' activité et hochait la tête. j' étais on ne peut plus d' accord avec elle. Ce n' était pas des opposés, mais presque.

▬ En effet, ce sont deux milieux bien différents.

J' avais connu un milieu similaire à celui où Danitza officiait quand je travaillais à la Warren Company. Et c' était vrai que les deux mondes étaient bien différents. Ce que Danitza disait, je l' avais vécu en bossant pour Alexander. Le temps c' était de l' argent et souvent, on pouvait s' accommoder de la loi pour avoir des résultats en hausse. Au cabinet, c' était autre chose. La loi était le fond de commerce des avocats, la base de la profession. Je préférais ce nouveau milieu dans lequel je travaillais. C' était plus strict mais au final plus rassurant. On faisait ce qui devait être fait avec les données autorisées. C' était organisé et pur l' assistance que j' était, il n'y avait rien de plus sûr que l' organisation.
J' avais des points communs avec Danitza, je m'en étais aperçue les quelques fois où nous nous étions parlées autour d' un café. Mais sur le sujet de la famille nous divergions. Elle tenait à sa famille quand j' avais été libérée par la perte de la mienne. Enfin de celle qui restait. J' avais rayé ma famille de ma vie en m' enfuyant et j' avais tout fait pour ne pas être retrouvée. Ce qui avait fonctionné avec l' aide de Freyja. Toutefois j' arrivais à comprendre ce que Danitza disait. Si sa famille avait été aimante, cela semblait logique qu'elle ne veuille pas renoncer à eux.

▬ Comme moi. Sauf pour la partie famille. J'ai fait une croix dessus pour ma part.

C' était également une manière que j' avais pour implicitement préciser que je n'aimais pas aborder ce sujet. J' avais un passé compliqué que je n' avais jamais réussi à évoquer avec Danitza lorsque j' étais encore Serah, l' assistante d' Alexander, alors le faire en tant que Tamsin était encore plus compliqué. J' essayer de maintenir ma nouvelle identité face à une connaissance, alors si le sujet familial s' ajoutait, ça allait être impossible à faire. Surtout que Danitza était en train de comprendre. Ma dernière phrase et l' intonation que j' avais eu malgré moi, avait réveillé un souvenir chez elle de la même manière que ça en avait réveillé un chez moi, rien qu'en m' entendant. C' était maintenant que ça allait devenu plus dur. Et j' étais d' un coup, davantage mal à l' aise.

▬ Oui...enfin de nom je crois.

J' avais tenté de me rattraper mais j' étais désormais plus tendue. Evidemment que je la connaissais. C' était moi. Mais je me voyais mal l' avouer à Danitza sans que ça amène des questions. Ce qui risquait malgré tout d' arriver car si j' avais fait une tentative pour masquer ma gêne,ce n' était une grande réussite. J' évitais désormais de la regarder dans les yeux, les rivant sur mon gobelet vide de café que je faisais tourner, comme si un miracle allait arriver, rendant ce moment moins gênant. Je n' aimais pas mentir. Et j' essayais d' éviter de le faire. Mais maintenant que Danitza m' avait associée à un souvenir de nos anciennes discussions, c' était devenu beaucoup plus compliqué.

© drey'




Dernière édition par Tamsin Rosenberg le Jeu 3 Aoû 2017 - 21:08, édité 1 fois
avatar
Danitza M. Wincher
✥ Je suis : une humaine
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Possédé



Message   Mer 19 Juil 2017 - 0:30
It looks like a strange flashback
TAMSIN ROSENBERG & DANITZA M. WINCHER



En expliquant le monde de la finance à mon interlocutrice, je me rendais compte aussi que je devais prendre tout cela en compte, ma pause repas est déjà presque finie et j’allais bientôt devoir filer à l’anglaise et fausser compagnie à Tamsin. C’était bien dommage je la trouvais bien sympa.

Surtout qu’on continuait gaiement, le partage de cheesecake avait pas mal aidé, sur la famille et les raisons qui nous avaient amené à venir vivre dans cette ville si dangereuse finalement. Mais nous étions réservées toutes les deux même si j’étais super douée en babillages en tous genre, je n’étais pas adepte des confessions à des presque parfaits inconnus. Toutes adorables soient-elles. Et elle non plus, elle finit cependant par avouer que le côté famille péchait chez elle, alors que je restais proche de la mienne malgré la distance. Malheureusement, tout le monde n’avait pas la même chance que moi. Ma mère avait réussi à nous garder tous soudés malgré nos différences et c’est une base solide qui permet de garder les pieds sur Terre quand ça va mal ou quand les événements deviennent ingérables.

Je devais être silencieuse depuis quelques minutes avant que nous continuions encore notre conversation sur un nouveau sujet, surtout quand je réalisais que Tamsin avait de nombreux points communs avec Serah. J’aimais bien la retrouver chez Warren quand il y avait des réunions et c’est en discutant là maintenant avec cette jeune femme que je ne connaissais pas il y a encore quelques heures que je m’en rendais compte. Du coup mes mots étaient partis plus vite que ma réflexion. Elle a eu l’air de se figer avant de me confirmer la connaitre de nom.


- C’est amusant ça que tu la connaisses ne serait-ce que de nom parce que je me disais en même temps qu’on n’avait pas d’assemblée générale annuelle des secrétaires et attachés de direction.

Nous imaginer tous et toutes dans une immense salle de conférence avec le point sur un café parfait, les différents logiciels de tableurs, un point gestion de l’agenda et un supplément sur la diplomatie au téléphone. Je pense que ce serait déjà pas mal complet. Je souriais en y pensant et mon regard vrilla sur l’heure. Oh put… hum… petit lutin ! DEJA ! C’était fou. Le temps passe si vite….

J’ai levé les yeux vers Tamsin toujours un peu interloquée avec un sourire d’excuse.


- Je suis désolée de t’annoncer que le devoir m’appelle malheureusement. Mais ça me ferait plaisir qu’on garde contact si tu veux bien. Je te file mon mail et on se parlera de nos malheurs de secrétaires de direction….

J’ai écrit l’adresse sur une serviette libre à elle d’en faire ce qu’elle en voulait, mais je crois que moi, j’avais besoin d’une amie depuis la disparition de Cassie et le coma d’Aïlean. Alors bon ce n’était pas du désespoir mais du « croire » au hasard…




avatar
Tamsin Rosenberg
✥ Je suis : une sorcière
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine

Humain | Sorcier -staff-



Message   Ven 21 Juil 2017 - 1:35





&



Tamsin Rosenberg



Danitza Maria Wincher


It looks like
a strange flashback




Heureusement, je crois que j' avais réussi à éviter que le sujet s' attarde davantage sur "ma ressemblance avec Serah". Et pour cause, j' étais Serah. Si j' étais rassurée de savoir que je ressemblais à moi même, il fallait cependant éviter de continuer sur ce thème risqué. Et le fait que nous étions toutes deux assistantes personnelles, avait servi sans que ne le fasse exprès, de moyen de détourner doucement la conversation. Ce qui m' arrangeait fortement.

▬ En effet. Mais je pense que nos patrons n'aimeraient pas que leurs assistantes se réunissent...on est un peu comme leurs épouses de boulot...


Mais le temps passait vite et nous devions toutes deux retourner à nos tâches respectives. Danitza fut la première à nous rappeler à nos responsabilités. Elle se leva et nota quelque chose sur une serviette en papier. Lorsqu'elle me la tendis, je pus lire son adresse mail. Lorsqu'elle me proposa qu' on garde contact, j' acquiesçais positivement en souriant. C' était rassurant de voir que la "nouvelle" moi continuait de bien s'entendre avec elle. Depuis que j' avais changé de visage, de nom puis de métier et de logement, je me demandais parfois si je devais me voir comme une nouvelle personne ou si celle que j' étais vraiment n' avait pas totalement disparue. je savais bien que c' était stupide comme pensée mais changer de vie et d' identité, et ce jusqu' à mon apparence physique, ça pouvait perturber.

▬ Avec plaisir.

Je sortis mon smartphone, appareil peu apprécié mais vital au vu de ma profession pour rester en contact à tout moment. J' écris un mail indiquant mon numéro de téléphone ainsi que mon faux nom complet, et l'envoyait à l' adresse mail noté sur la serviette en papier.

▬ Et voilà, comme ça tu as mon adresse mail et mon numéro de téléphone en même temps. Bonne journée à toi et à bientôt.

C' était étrange de "reprendre" contact avec une personne que je connaissais mais qui elle ne me connaissait plus. Je me levais, jetais le café terminé dans la poubelle afin de laisser la table débarrassée, et quittait la salle peu après Danitza. C' était parti pour le reste de la journée.

© drey'


Contenu sponsorisé



Message   
 

It looks like a strange flashback (Danitza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-