Je vois des morts partout... [ ft Lexa]


 :: city of angels :: C.M. Hosp. Center :: Département de Psychiatrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jace Ambden
✥ Je suis : Nephelim
Nephelim | Neutre & Bon



Message   Lun 28 Aoû 2017 - 15:04
Deux jours auparavant, il avait résolu une enquête avant même que son client n'entre dans son bureau pour lui en faire la demande. Les flashs se multipliaient dans sa tête, à tout heure du jour comme de la nuit, le mettant rapidement à genoux. Jace avait la sensation de devenir fou. S'il n'aimait pas beaucoup les thérapeutes, il venait toutefois de franchir un cap où retrouver une stabilité émotionnel et psychologique lui sembla plus important que ses a priori.

La fatigue s'était accumulée, son sommeil avait presque disparu, remplacé par des images plus ou moins flous, trop rapides, trop mélangées pour qu'il les comprenne. S'il avait d'abord songé à une succession de rêves, l'énergie que cela consommait pointait une cause tout autre. Il avait ce don depuis quelques années, celui de prémonition, mais ce dernier ne se déclenchait que ponctuellement... enfin, à l'époque ! S'il avait mis un petit temps à mettre un nom sur ce pouvoir, il avait finit par l'accepter mais désormais, cela était devenu invivable, son esprit devenait désordonné, il n'arrivait plus à réfléchir efficacement. Son travail finirait par en pâtir s'il ne passait pas à l'offensive, tout comme sa réserve de sang dans laquelle il avait copieusement tapé afin de parer à cette perte de vitalité. Et comme il n'était pas du genre à attendre que ça passe : Jace avait pris les devants.
Il y avait eut tant de changements dans sa vie récemment qu'il ne douta pas pouvoir trouver un lien, une relation de cause à effet. Et puis il y avait cette ville : Los Angeles, et cette recrudescence de surnaturel. C'était le cas d'une ou deux séances se rassura-t-il. Il n'en était pas encore au stade où il se prendrait pour Spiderman ou encore à courir les fesses à l'air dans les couloirs de l'hôpital. Non, il était toujours sain d'esprit !

Assis sur le fauteuil d'une salle d'attente cosy, si on oubliait les quelques cris de patients souffrant d'un mal plus profond, Jace guettait l'oeil rouge, la porte du bureau de la dite psychologue qu'il avait contacté. Penché vers l'avant sur son siège, accoudé sur ses genoux, ses mains se rencontrent et s'éloignent dans un manège répété. Il n'était pas particulièrement à l'aise avec la démarche : sa nature et ses capacités spéciales étaient tout un monde qu'il voulait dissimuler. Il n'avait même pas parler de ce mal-être à son oncle, préférant tout garder pour lui. En somme, il allait jouer avec le feu en venant la voir.
Très succinctement, son œil parcourut les quelques revues abandonnés là : de comment améliorer sa libido à la dernière collection de vêtements de David Beckam, Jace refixa bien vite son regard sur la porte. Pour quoi l'avait-il contacté déjà ? Ah oui, pour des problèmes de sommeil, des cauchemars répétés. Rien de très surnaturel là-dedans. Si le fond du projet ne serait pas traité, l'homme espérait néanmoins pouvoir récupérer quelques clés données par la thérapeute afin qu'il puisse se sortir de sa galère seul.

Le bruit d'une paire de talon choqua dans le bureau voisin. Jace espéra un peu plus que cette porte s'ouvrirait sur lui. Il n'en pouvait plus d'être à l'arrêt. C'était à l'extrême opposé de son rythme de vie. D'ailleurs faudrait-il qu'il s'allonge ? Durant un moment cette image clichée lui passa par la tête. Juste assez pour le faire patienter les secondes restantes...
avatar
Ludivine L. Blackheart
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur

Démon | Camp Lucifer



Message   Dim 3 Sep 2017 - 23:29
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout




Je n'en revenais pas de le dire, mais j'étais débordée. Mon carnet de consultations était blindés. Ma secrétaire était à présent obligée de rediriger les patients peu dangereux vers d'autres hôpitaux. Je préférais garder les tarés pour les pousser un peu plus dans la folie. J'avais même réussi à pousser au suicide la folle qui était capable de voir les vrais visages des démons. Autant le précédent psychiatre, un ange déchu, n'avait pas eu de soucis avec elle, autant avec moi, c'était une toute autre paire de manche. Est-ce que c'était réellement notre vrai visage qu'elle voyait ou plutôt le reflet de la noirceur de notre âme ? Je pensais plutôt sur la seconde, car après tout mon enveloppe charnelle avait le même aspect que mon corps d'humaine. Pourtant, il y a quelque semaine, j'avais quand même accepté un nouveau patient souffrant de manque de sommeil et de cauchemar récurrents. Pourquoi ? Parce qu'il s'agissait de Jace Ambden. Quand j'avais entendu son nom, j'avais tiqué et demandé à la secrétaire de lui trouver un rendez-vous rapide. Jace Ambden était un nephelim. Comment le savais-je ? Parce que j'étais le démon qui lui avait donné son sang pour en faire une arme à tuer. Ainsi donc l'assassinat de sa mère avait eu l'effet que je souhaitais : l'amener près de moi. La secrétaire m'avertit que le fameux patient était arrivé. Je vidais le café qui me restait dans la tasse et traversais mon bureau pour aller chercher le patient. Fixant un sourire avenant sur mon visage poupon, j'ouvrais la porte et allais à la rencontre du patient.

-Bonjour. Monsieur Ambden, je présumes ?
Demandais-je d'une voix douce et chaleureuse en lui tendant la main pour le saluer.

J'en avais profité pour détailler le fameux Jace. Plutôt beau garçon, il avait toutefois l'oeil un peu rouge et il avait les traits tirés. La fatigue se lisait sur son visage. J'allais vraiment bien m'amuser avec lui, mais pour le moment, je devais déterminer si c'était un bon nephelim ou un mauvais. Le bon étant du côté de Lucifer, le mauvais, et bien du côté des perdants.

-Veuillez me suivre, je vous pries, lui intimais-je avant de le conduire dans mon antre. Je lui désignais le divan pour qu'il s'installe à sa convenance. Certains préféraient être couché, d'autres assis. Ca dépendait des humeurs. J'attrapais un carnet de note et m'installais à mon tour, en face du jeune homme.

-Comment vous sentez-vous ?


Le but était de faire parler le patient, de l'amener à me parler, à me confier des choses sans être trop explicites. Je prenez quand même soin de noter son aspect physique qui démontrait un épuisement certain.





Dernière édition par Ludivine L. Blackheart le Mar 19 Sep 2017 - 13:37, édité 1 fois
avatar
Jace Ambden
✥ Je suis : Nephelim
Nephelim | Neutre & Bon



Message   Lun 4 Sep 2017 - 14:40
Jace appuya ses mains sur ses cuisses et se redressa avec un dynamisme forcé. Qu'on en finisse !
Bien qu'il n'y ait pas de visage type pour aucune profession, l'apparence de la thérapeute le surprit : il ne s'attendait pas à tomber nez à nez avec une jeune femme aux traits si jeunes, qu'il dépassait d'une bonne tête et qu'il pourrait probablement broyer entre ses bras. Malgré son sourire poli, sa physionomie avantageuse, sa présentation soignée, une attitude amicale, il ne décelait pas son expérience et Jace parvenait encore mal à se sentir à l'aise. Il mettait beaucoup d'espoir dans ce rendez-vous et s'attendait à rencontrer une femme de la cinquantaine, cheveux grisonnant coiffé en un chignon parfait. Néanmoins, la difficulté pour obtenir une place auprès de la secrétaire parlait pour Madame Blackheart. Un médecin demandé est généralement un médecin efficace. Il n'avait pas d'autre choix que de lui laisser sa chance.

Il étudia sa main tendue comme s'il s'agissait de l'apocalypse, mettant un petit laps de temps avant de venir s'en saisir. Il en était arrivé à un stade où il avait peur de toucher les gens. C'était devenu sujet à déclencher des visions pour un oui ou un non, et bien qu'il fût encore tôt, le nephelim en avait déjà trop eu aujourd'hui. Il ne supporterait pas d'en subir une nouvelle. Ses tempes le lançaient encore de celle reçue dans l'ascenseur alors qu'il pressait le numéro de l'étage. L'appréhension au creux du ventre, sa paume vînt épouser la sienne pour bien vite s'en libérer. Rien ! Jace laissa un souffle discret filtrer d'entre ses lèvres : il était terriblement soulagé.

D'un hochement de tête, il consentit à la suivre dans son antre. Faisant un rapide tour d'horizon, du bureau, de la bibliothèque, en passant par les fauteuils, il tomba nez à nez avec le sofa. Le fameux divan que quelques minutes plus tôt, il avait envisagé. Jace fit une moue peu volontaire avant de s'y installer, assis. Bien qu'au fond du puits, il n'avait pas envie de s'imaginer dans ce cliché du type allongé fixant le plafond en pleurant sur son histoire. Même s'il s'était forcé à venir car il avait conscience d'en avoir besoin, les psychologues, ce n'était pas son truc.

À votre avis ? Pensa-t-il. Particulièrement bien, je respire la joie de vivre. S'acharna-t-il avec sarcasme dans le silence de ses pensées. Non, ça n'allait pas ! C'était une évidence. Malgré une éducation dans le contrôle des émotions, dans une perpétuelle recherche d'équilibre, il ne pouvait aujourd'hui plus cacher à personne que ça n'allait pas. Les marques de fatigue le trahissaient. Son teint pâle, sans doute aussi.

_ Je suis épuisé. Nerveux par le manque de sommeil. Nerveux, à l'idée de dormir.

Se confier à une psychologue n'était pas la chose la plus aisé qui lui fût demandé de faire, mais malgré sa réserve, c'est lui qui avait souhaité ce rendez-vous. S'il n'allait pas au bout de sa propre démarche, il casserait ses chances d'arrêter cet enfer dans sa tête. Dès qu'il s'endormait, son cerveau se mettait comme en roue libre donnant une totale liberté à son don de prémonitions. Et quand Jace parvenait enfin à revenir à la réalité, c'était un tumulte d'émotions violentes et de douleurs physiques qui le gardaient sonné encore plusieurs minutes.
Regardant le crayon se mouvoir face à lui alors qu'il n'avait encore rien dit, ses mains vinrent se frotter paume contre paume en un réflexe anxieux. Il était le centre de l'analyse. Le cobaye à étudier ! Son regard vrilla sur autre chose, tentant de détourner son attention de cette idée. Son regard s'accrocha aux dossiers posés sur son bureau, aux tranches de livre dans la bibliothèque. Il souhaitait être ailleurs.
avatar
Ludivine L. Blackheart
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur

Démon | Camp Lucifer



Message   Mar 19 Sep 2017 - 13:36
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Le jeune homme n’était pas spécialement bavard. Malgré le fait qu’il était clairement fatigué, il ne semblait pas très heureux d’être là. En même temps, peu de gens étaient heureux de venir dans un cabinet pour suivre une thérapie. Mais sa façon de se tenir donnait l’impression qu’on lui avait forcé la main pour venir ici, c’était peut-être le cas. C’était une question à creuser. Je lui avait indiqué le sofa pour qu’il s’installe à sa convenance avant de m’installer à mon tour en face de lui avec un carnet de note entres les mains. J’avais commencé l’entretien en lui demandant comment il se sentait. C’était une méthode pour voir s’il était dans l’agressivité ou non. Beaucoup de patients, à juste titre, utilisaient le sarcasme pour me répondre. C’était évident qu’il ne sentait pas bien, mais c’était lui qui devait me le dire clairement. Je n’étais pas là pour lui donner toutes les réponses. Ceci dit, le premier contact était positif.

-Mm, je vois. Vous, vous demandez surement pourquoi je vous ai demandé ça. C’est une question que je pose toujours pour voir dans quel état d'esprit est la personne que je rencontre. Je me doute que vous n’allez pas bien et j’entends vos paroles.

J’avais évité d’utiliser le mot patient pour ne pas déstabiliser le patient. Ce mot précis leur renvoyait une image d’eux néfastes ou ils se considéraient comme des gens malades. Ce qui était vrai, mais l’essentiel était de lier un lien de confiance entre nous. Il fallait qu’il me voie plus comme une confidente que comme un médecin qui voudra l’étudier comme un sujet intéressant.

-Vous dites que vous êtes en manque de sommeil. Pourquoi êtes-vous nerveux à l’idée de dormir ?

Même si en apparence, je donnais une impression d’intérêt réel pour son bien-être, intérieurement, je souriais. C’était presque une aubaine qu’il se pointe de lui-même à moi. Mon but premier avait été de le ramener en ville. Je n’en demandais pas tant.

-Faites vous des cauchemars ?

Peut-être avait-il un don de prémonition par le biais des rêves. Ce n’était pas le premier mais si c’était le cas, ça pouvait être un avantage comme d’un problème. Un avantage si cela servait nos intérêts, un problème s’il servait les intérêts des autres.

-Vous n’avez pas à avoir peur de ce que vous dites ici. Tout ce qui est dans cette pièce reste dans cette pièce. Je suis tenue au secret médical, ajoutais-je pour le rassurer avec le sourire qui allait bien.

C’était important qu’il le sache pour qu’il ait confiance en moi. Je n’utiliserais pas ces informations pour le faire interner ou quelque chose comme ça. Ce que je lui disais pas, c’était que j’utiliserais quand même les informations qu’il me donnerait mais dans un but non officiel.


avatar
Jace Ambden
✥ Je suis : Nephelim
Nephelim | Neutre & Bon



Message   Hier à 20:42
Sans sommeil, Jace n'était plus que la moitié de lui-même : il se sentait irritable, colérique, susceptible... une succession de trait de caractère qu'on ne lui aurait jamais prêté par le passé. Son ego déjà amoindri par l'inutilité actuelle de son existence, se voyait encore piétiné en venant s'asseoir dans le divan de la thérapeute.
Jace releva les yeux, quelque peu désolé de son attitude traînante alors qu'il voulait au contraire, que tout ça aille vite, qu'à la fin de la séance, il puisse d'ores et déjà avoir un traitement ou n'importe quel conseil lui permettant de se sortir de sa tête. Il n'avait jamais eu de pulsions suicidaires jusqu'à présent mais si cela durait encore, il en aurait. Était à parier qu'il finirait par en avoir.

Il avait deviné que l'entrevue serait délicate. Il venait pour quelque chose d'un peu plus poussé qu'un simple manque de sommeil, d'un peu plus difficile à expliquer. Mais il ne pouvait pas lui avouer la véritable raison et continuerait de dire autant que faire ce peu, que tout ceci n'était que le résultat de : ''cauchemars''. Son dos voûté de fatigue essaya de se redresser pour lui donner une image plus combative que la loque migraineuse qu'elle recevait aujourd'hui. Je suis pas ce type là, pensait-il souvent pour se redonner un peu de présence. Des coups durs, il en avait connu... celui-là n'était qu'un nouveau passage à vide et s'il s'accrochait suffisamment longtemps, il en sortirait plus fort, il en sortirait vainqueur !

_ C'est bien cela, des cauchemars... tout le temps. Jace se prêta au jeu et répondit, se permettant d'anticiper la suivante où elle lui demanderait probablement : quels genre de cauchemars ? De les lui raconter. La plupart du temps, je vois des scènes de chaos -Elles étaient à la mode dans sa tête ses derniers temps-, des morts. Je vois la panique, le sang. Ce mot lui tira un frisson. Parfois, je suis mon propre personnage, parfois je me vois et dans de rares cas, je suis un autre... Et ça ne s'arrête jamais. Des nuits passées où il se retrouvait forcer à regarder des films qu'il ne souhaitait pas voir. Il devait avoir l'air malin tiens, à lui dire qu'il ne pouvait pas dormir à cause de mauvais rêves. Pauvre petit garçon, viens donc sur mes genoux que je te console. Sans doute aurait-il pu avoir cette pensée... avant. Mais désormais il associait plus son souci à une torture qu'à une gêne. Si psychologiquement, c'était difficile de ressentir chaque nuit cette ambiance morbide, glauque, effroyable, son corps n'était pas en reste au réveil. Violent maux de tête, nausées, blocage musculaire, saignement de nez, éclatement des vaisseaux sanguins oculaires, cela attaquait son bien-être physique. Et puis, les visions ne se contentaient pas d'attendre la nuit, plus il fatiguait et plus elles se manifestaient à tout heure du jour.

_ Bien entendu.

Réponse polie à une affirmation qu'il n'estimait que d'une oreille. Il était de la partie ! Le secret médical, il n'y croyait pas vraiment. Sa seule parole et l'air qu'elle y mettait ne suffiraient pas à le convaincre. La loi pouvait le briser pour les besoins d'une enquête et puis pour bien moins que ça ! Elle était humaine, raconter les déboires d'un patient au déjeuner, entre collègues, il avait déjà vu ça. Alors avant qu'elle ne l'entende avouer qu'il était Nephelim, elle avait intérêt d'être sacrément convaincante. D'ailleurs il se demandait par moment pourquoi il était venu la voir elle ! C'était une thérapeute qui soignait des problèmes bien de ce monde et Jace voguait sur le surnaturel. En temps normal, c'était déjà plus facile à dire qu'à faire de parler devant un médecin alors devant une jeune femme qui n'avait probablement aucune idée de ce dans quoi elle avançait !
Elle était là, à le fixer, à l'analyser. Même si ce n'était que dans l'optique de l'aider, Madame Blackheart avait bien du travail pour le rassurer. Il n'avait rien contre elle, elle faisait son métier mais malgré la volonté qu'il avait manifester pour venir la voir, il restait prudent.
Contenu sponsorisé



Message   
 

Je vois des morts partout... [ ft Lexa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-