Girls night out... ▬ Feat. Ludivine L. Blackheart


 :: city of angels :: Streets & alleys :: Nord & Est :: Paradise's Gardens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

C. Riley Jensen

avatar

Nephelim | Neutre & Bon -staff-
✥ Je suis : une nephelim
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine





MessageSam 17 Fév 2018 - 19:41


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




Quand nous avions prévu cette soirée, je m'était fait une réflexion plutôt dérangeante: Ludivine était peut être ma seule amie restante à Los Angeles, et je ne l'avais pas vu depuis des lustres.

Je parlait d'amie au féminin bien sûr, puisqu'il y avait Jace. Si on pouvais parler d'amitié... Le tout restait encore à déterminer, qu'il s'agisse de lui ou même de moi et de mes sentiments qu'il fallait clairement que j'éclaircisse... Les trucs simples je ne connais pas apparemment. Et bien sûr il y avait Jeremy, mais il était à San Diego aux dernières nouvelles. J'aurais été tentée de lui passer une petite visite le soir du gala, mais je n'allais pas être seule et la voiture passerait nous chercher juste à temps pour le trajet de deux heures, rejoindre l’hôtel pour se rafraichir et se changer et... repartir dans la dite voiture pour la soirée.

Tout un programme qui avait d'ailleurs eu raison de mes pensées tandis que j'attendais Ludivine à notre table dans le restaurant. Il avait suffit que je pense au gala, et mon esprit était sitôt revenu sur Jace. J'hésitais à me donner une gifle pour me faire arrêter ces idioties et optait plutôt pour une gorgée du cosmopolitan que j'avais devant moi.

Allez, c'est une soirée fille ce soir. Tu ne l'as pas vue depuis plusieurs mois, tu arrêtes tes conneries et tu garde des pensées en phase avec la soirée ! Je m'invectivais ça en boucle dans mon esprit pendant plusieurs minutes, jusqu'a ce que je vois Ludivine franchir la porte. D’où j'étais, j'avais une vue sur l'entrée, mais je n'était pas sûre qu'elle me voit, elle. Je me redressait et lui faisait un rapide signe de la main, lui offrant en prime un sourire.

▬ Je suis là.

J'étais contente de la voir, mais je redoutais toujours un peu nos moments car j'avais l'impression de ne rien faire d'autre que lui mentir. Continuellement, depuis que j'avais emménagé ici et l'avait rencontrée, je mentais ! Quand on y pensais, j'étais venue après le meurtre de papa, et elle ignorait pourquoi, ou qui l'avait réellement tué, elle ignorait ce que j'étais, que j'avais des pouvoirs, ce qui se passait, ce que... Tu repars en sucettes, Riley !

▬ Comment tu vas ? Le boulot se passe bien ?

Je ne lui avais même pas laissé le temps de s’asseoir que je l'interrogeais déjà, histoire de reprendre le contrôle de mes idées et me sentir moins coupable de ne pas avoir prit des nouvelles après sa prise de poste. Elle n'était plus étudiante, plus assistante, mais pleinement psy et je n'avais même pas envoyé un petit sms. Je suis vraiment une amie en carton.

J'essayais d'expliquer ça en me disant que c'était à cause de tous les mensonges. Je la voyais de moins en moins pour la protéger, pour ne pas avoir à lui mentir... Et il y avait du vrai. Mais c'était tout de même ma faute quoi que j'en dise.

▬ Désolée, je devrais te laisser t’asseoir avant. Je... suis juste désolée de ne pas avoir pris de nouvelles plus tôt. Il y a eu tellement de choses... Je n'ai cela dit aucune excuses.




Ludivine L. Blackheart

avatar

Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur





MessageDim 18 Fév 2018 - 16:36


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




La principale raison pour laquelle je restais à Los Angeles était Riley Jensen. Cette adorable personne était une nephelim quelque peu pénible. A cause d'elle, je me devais de jouer les amies innocentes et gentilles pour être sure qu'elle ne fouine pas trop du côté de Kobal. A cause d'elle, je m'étais retrouvées à la fac et j'avais fini dans un hôpital à jouer les psychiatres pour les âmes humaines. Pathétique. Toujours était-il que je ne l'avais pas revu depuis très longtemps. Entre la mission pour récupérer les âmes, ce boulot humain qui me sapait toute mon énergie, j'avais complètement mis de côté mon amitié fictive avec elle. Il était temps de remédier à ça et visiblement, elle pensait la même chose car d'un commun accord, nous avions convenu d'une soirée entre filles. J'avais tenu compte de la fraicheur ambiante pour être raccord avec les habitudes vestimentaires des californiens. Une fois prête, j'avais filé en direction du Paradise Garden, un restaurant assez sympa en ville. J'espérais avoir quelques informations croustillantes de la part de la jeune femme. Nos dernières retrouvailles n'avaient pas été aussi joyeuses, puisqu'on avait déchargé les affaires d'un ami en commun. Elle avait enfin osé me parler de son cher James, un bellâtre aux yeux bleus qui lui faisait chavirer le cœur.

Je n'avais pas vraiment d'excuse à lui fournir à par celle du travail qui me surmenait. J'espérais qu'elle allait y croire sans trop faire de zèle et je comptais aussi sur son caractère emprunt à la culpabilité pour qu'elle me pardonne plus facilement mon absence. Connaissant assez la demoiselle, j'étais presque prête à parier qu'elle s'en voulait de ne pas me donner plus de nouvelles que ça. Ce qui était un bon point pour moi. Elle serait plus facilement amadouable. Mon esprit dériva rapidement vers Sytry, me disant que cette soirée me donnerait peut-être des informations susceptibles d'intéresser le Lieutenant. Cela me donnera ainsi l'occasion d'aller lui rendre visite. Enfin, ce n'était pas le moment de penser à lui et à la dernière que je l'avais vu, très énervé, exsudant de rage non contenu qui avait eu un effet aphrodisiaque sur moi. Je soufflais un bon coup et pénétrais dans le restaurant en donnant le nom de la table à la serveuse avant de préciser que Riley devait déjà y être. Je n'eu pas à faire trop d'effort pour la voir. Je la repérais rapidement et les yeux pétillants, je fixais un sourire ravi aux lèvres alors que je m'approchais de la table. Elle était toujours aussi jolie et même je dirais, qu'elle semblait heureuse. Je pouffais de rire à son entrée en matière alors que j'étais arrivée à notre table. J'avais à peine eu le temps de la serrer dans les bras.

-Bien et toi ? Ca fait longtemps, répondis-je.

J'étais debout au milieu du restaurant. J'aurais bien des choses à raconter sur mon travail, j'étais sure que ça allait intéresser Riley, mais je n'avais toujours pas enlever ma veste. Détail que Riley remarqua aussitôt et s'excusa. Je frottais affectueusement son bras en lui adressant un sourire amical.

-Ne t'inquiète pas. Tu n'as pas à t'excuser. Je n'en ais pas donné non plus, rétorquais-je avec douceur en me félicitant intérieurement d'avoir vu juste.

J'enlevais mon manteau avant de m'installer en face d'elle. Aussi loin que remontait mes souvenirs de soirées avec elle, je pouvais presque dire avec certitudes que ça faisait belle lurette que nous n'étions pas sorties toutes les deux boire un coup. Nous avions vidé les bouteilles du placard ensemble mais ce n'était pas pareil. La serveuse me demandait si je voulais boire quelque chose avant de commander le repas et je prenais la même chose que Riley. Un cocktail tout ce qu'il y a de plus gentillet que la Ludivine qu'elle connaissait pouvait boire. Ca allait bien avec le personnage. Une fois la serveuse repartie, je reportais mon attention vers la nephelim.

- Excuses-moi pour le retard, j'espère que tu n'attendais pas depuis trop longtemps ?

Un patient m'avait retardé à l'hôpital. Malgré mon don de téléportation, j'avais quand même du sortir de l'hôpital qui était un dédale de couloir et de gens prompts à m'enquiquiner. Hors du radar des humains, je m'étais téléportée chez moi et j'avais pris une douche rapide avant de filer.

-J'ai eu un petit retard au travail. Comment ça va depuis le temps ? Le travail, ça se passe bien ?




C. Riley Jensen

avatar

Nephelim | Neutre & Bon -staff-
✥ Je suis : une nephelim
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine





MessageDim 18 Fév 2018 - 16:58


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY





La manière ou surtout le timing auquel j'avais commencé la conversation sembla faire rire mon amie et soudainement, la gêne et la culpabilité diminuaient. Pourquoi m'en faire quand elle riait déjà, à peine assise ? Je souriais, mutine et la laissait s'installer plus proprement après m'être excusée. Même si je n'étais plus sûre que cette dernière soit nécessaire. Elle avait dit que non et vu son ton, son attitude amicale... je la croyait volontiers.

▬ Si je n'ai pas besoin de m'excuser... toi non plus ! Fis-je avec un léger rire, avant d'ajouter : Non, sans blague... je ne suis pas là depuis longtemps, je vient à peine de commander et commencer mon verre.

Au final, elle n'avait pas répondu à ma question, et notre discussion était constitué uniquement d'excuses et politesses depuis qu'elle était arrivée. J'avais envie de rire encore plus, mais me retenait et décidait d'ouvrir le bal en répondant à sa question à elle. Tout ce que je savais sur son travail, c'était qu'elle avait eu un retard avec un patient. Moi... j'avais un peu plus à dire, même si ça n'allait pas être la révélation du siècle.

▬ C'est... compliqué de répondre à ces questions. J'ai eu des mois très chargés en rebondissements et... pour tout te dire rien ne s'est bien passé ou pas au travail, j'étais en congé sans solde. Je devait régler un soucis.

J'avais trouvé une manière de répondre de manière sincère, sans dire ce qu'il ne fallait pas. Mais jongler comme ça entre secrets et vérité... c'était usant. Tant que je réalisait que ma révélation pouvait sembler inquiétante. Qui prenais un congé sans solde pour un truc mineur ?

▬ Rien de grave ! Je te rassures. Je vais bien. J'avais juste besoin de temps pour moi, dirons-nous. Ajoutais-je avec un sourire rassurant. J'ignorais si elle y croirait ou si elle demanderais plus d'infos, mais... je ne voulais pas qu'elle s'inquiète. Mentir c'était déjà grave pour moi, qu'elle se fasse un sang d'encre par ma faute... Non merci.

▬ Et toi alors ? Docteur Blackheart ? Ça sonne bien, dis-moi ! Comment s'est passée la prise de poste ?




Ludivine L. Blackheart

avatar

Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur





MessageDim 4 Mar 2018 - 16:44


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




Si j'avais eu quelques inquiétudes par rapport à nos retrouvailles, elles s'étaient évaporées à son accueil. Elle ne semblait pas m'en vouloir pour un sous et je n'étais pas mécontente qu'elle se focalise sur le fait qu'elle n'avait pas donné de nouvelles non plus. Si j'avais fait un pari, j'aurais raflé la mise. Je m'installais en face d'elle et commandais la même boisson qu'elle avant de m'excuser de mon retard. Pour l'instant, notre conversation était totalement futile et sans intérêt mais je supposais que c'était ce que faisaient toutes amies qui ne s'étaient pas vu depuis longtemps. J'avais commencé par demander pour son travail. Elle était comptable à la World Global Financial et intérieurement, je me disais qu'elle ne réalisait pas la chance qu'elle avait de travailler au quotidien à côté de Sytry. Bordel, je deviens folle. Focus Lexa, Focus. Mais telle ne fut pas ma surprise quand elle me raconta qu'elle était en congé sans soldes parce qu'elle avait eu des soucis à gérer. Je ne dirais pas que j'appréciais réellement la nephelim mais s'il y avait une chose que je savais, c'était qu'elle était très pointilleuse sur son taf et elle ne prendrait pas des jours de congés comme ça pour le plaisir. Je me retenais de faire la dance de la joie. Même pas cinq minutes et elle allait peut-être me donner des informations croustillantes. Elle s'améliorait depuis certains temps en terme de confidence. Je dissimulais ma joie à l'idée d'entendre ses soucis et fronçais les sourcils d'un air soucieux.

-Quoi ? Mais... Quelque chose de grave ?

Même moi je me féliciterais pour mon talent d'actrice dans l'improvisation. Serais-je un tantinet orgueilleuse ? Ca ne faisait aucun doute la dessus, mais on n'arrivait pas démon supérieur en n'étant pas un minimum ambitieuse. Je remerciais sans trop la regarder la serveuse alors qu'elle me posait mon verre devant moi.

-Oui m'enfin, ça ne te ressemble pas...

Malheureusement ma joie d'avoir enfin des potins sans trop la travailler s'éloigna à grand pas. Comme toujours elle faisait des cachoteries. Ce n'était pas tant ça qui me chagrinait, juste que ça m'ennuyait parce que je n'avais rien à donner à mes supérieurs.

-Hum et bien, pas mal la tentative d'esquive. Je te l'accorde pour le moment, parce que j'adore entendre Docteur Blackheart, lui fis-je remarquer avec un sourire amical.

Autant qu'elle sache que je n'allais pas abandonner si vite. Nous avions toute la soirée pour qu'elle me donne plus de détails. L'alcool aidant, sa langue de déliera peut-être plus facilement.

-Ca se passe bien. Je crois, du moins. Ce n'est pas facile tous les jours, ça dépend des patients à vrai dire. Certains sont plus compliqués que d'autre, mais qui dit compliqué dit complexité, et complexité rime avec passionnant à soigner. C'est un cercle vicieux, expliquais-je.

Ca ne serait pas mal d'ailleurs qu'ils prennent d'autres psychiatres parce que j'avais plus l'impression de passer du temps à jouer les psychiatres qu'à être ce que j'étais réellement : une démone assoiffée de sang et de mort. Je mettais tous mes espoirs sur la nouvelle directrice. J'allais la travailler pour qu'elle alloue un budget plus important à notre département. Même si on était plusieurs, avec les récents évènements, les gens de la ville devenaient de plus en plus fous.

-Mais je ne suis pas mécontente d'être là. Il n'y a pas d'autre endroit ou je voudrais être. J'espère apporter ma pierre à la société et aider du mieux que je peux les gens qui en ont besoin.

J'avais presque envie de vomir en m'entendant prononcer ses paroles pleine de bons sentiments. Quand je disais tout ça, je pensais : Il n'y a pas de meilleur endroit pour trouver des malades mentaux et les plonger encore plus dans la folie. Parce que c'était ce que j'étais au fond mais c'était mon petit secret. Parmi tant d'autres. Je levais mon verre en direction de Riley pour trinquer.

-A nous ? Qu'on ne laisse plus autant de temps nous éloigner ?

Je buvais ensuite une gorgée du cocktail comme le voulait la tradition. Si on posait le verre avant d'avoir bu dedans, il fallait recommencer. Je reposais ensuite mon verre et attraper le menu pour regarder à l'intérieur.

-Mmmm, tu as déjà choisi ?

L'entrecôte saignante me faisait de l'oeil. Je bavais à l'idée de sentir l'odeur de l'hémoglobine et en plus si je pouvais mettre en pression la petite Riley, je n'allais pas me priver.

-Je pense que je vais prendre l'entrecôte. Et toi ?

A croire que la serveuse avait une super audition car à peine notre choix fait elle se pointa pour prendre la commande. Je lui répétais ce que je venais de dire à la nephelim et laissais Riley indiquer ce qu'elle voulait avant qu'elle reprenne les cartes et nous laisse à nouveau de l'intimité. Je croisais mes bras sur la table et portais toute mon attention sur Riley.

-Bon, tu ne veux pas me parler de tes congés sans soldes ? Demandais-je d'une voix douce.




C. Riley Jensen

avatar

Nephelim | Neutre & Bon -staff-
✥ Je suis : une nephelim
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine





MessageDim 4 Mar 2018 - 19:03


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY





J'avais tenté d'esquiver les questions de Ludivine avec une manœuvre qui s'appelait "changer de conversation de manière peu subtile" et elle l'avait bien entendu remarqué. Mais elle me laissait un court sursit, m'indiquant qu'elle y reviendrait, décidant de répondre à mes questions avant. Je souriais en l'entendant dire qu'elle appréciait qu'on l'appelle docteur et pouvais facilement concevoir la chose. Après tout, c'était la 'consécration' après ses études. Elle pouvait en être fière.

Je n'avais rien dit de tout ça, c'était implicite de toute façon et elle me répondait déjà sur le contenu de ses journées et la manière dont se passait sa prise de poste. Au début... c'était plutôt simple et encourageant et puis elle avait dit des choses qui m'avaient légèrement fait tiquer.

▬ Passionnant à soigner ?

J'étais surprise, mais je ne voulais pas la juger. Je n'y connaissais rien, je ne connaissait pas ses patients ou le détachement qu'il fallait surement prendre dans ce genre de job, mais... Elle avait parlé uniquement de ce que ça lui apportait, de l'intérêt de traiter ces maladies et non pas des patients. Venant de mon amie, j'étais plutôt surprise, car elle avait fait ses études pour aider les autres. C'est peut être juste pour se protéger ? Parler boulot et cas et ne pas penser humains et patients ?

C'était probablement juste ça et j'essayais donc de passer outre, la laissant diriger la conversation pour la suite. Et quand elle confirmait ce que je pensait en disant vouloir aider les gens, je souriais. C'était rassurant de voir que je connaissais mon amie, même si nous n'avions pas parlé depuis un bail. C'était aussi rassurant de voir qu'elle pensait comme moi et voulait éviter qu'une si longue période sans se parler se reproduise. Je levait donc mon verre à son toast, trinquais et buvait une gorgée.

▬ On ne laisseras plus ça se reproduire. C'était bien trop long, tu as raison.

Je portait un regard sur le menu, tout comme elle et réfléchissais quand elle me demandait si j'avais déjà une idée de ce que je voulais.

▬ Non pas encore, mais... ça ne saurait tarder. J'hésitais entre deux menus et avait vite fait de choisir celui avec mon plat préféré, les lasagnes au saumon. Celles du paradise étaient un vrai délice et c'était le menu des lasagnes que j'avais commandé à la serveuse dès qu'elle avait fait son apparition.

▬ Le menu paradise, pour moi s'il vous plait. Avec l'entrée aux saint jacques et les lasagnes au saumon. Avais-je répondu tant à la serveuse qu'a mon amie.

Nous l'avions remerciée et elle était partie aussitôt avec nos commandes, nous laissant de nouveau seules pour papoter. Seulement... la discussion n'allait pas dans mon sens et Ludivine insistait sur ces congés, m'obligeant à lui mentir ou à la rabrouer. Dire la vérité sur mon nouveau don étant hors de question... elle ne me laissait pas beaucoup de choix. Cela dit, aucun des deux ne me plaisait et j'avais du mal à choisir ou trouver comment m'y prendre dans l'un ou l'autre des cas. Réfléchis, Riley ! Réfléchis ! Mais vite...

Je préférais couper court à la conversation que mentir, à bien y réfléchir et je pensait enfin avoir trouvé comment. J'allais utiliser sa phrase à mon avantage, pour me montrer la plus polie possible alors que j'allais clairement me montrer désagréable. Bon, tu ne veux pas me parler de tes congés sans soldes ?

▬ Non, je ne veux pas en parler. Désolée. C'est... personnel et derrière moi, je préfères oublier. Ne t'en fait pas, j'ai pu en parler avec quelqu'un. Vraiment... ça va bien.

Je m'étais excusée, j'avais tourné ça au mieux, mais je me sentait quand même coupable. Pourtant je n'avait pas menti une seule fois dans cette explication. Je ne veux pas en parler ? Vrai ! Désolée ? Vrai ! Personnel et derrière moi ? Vrai aussi puisque sans le contrôler pleinement, je maitrisait mieux ce nouveau pouvoir. Et la liste continuais...

▬ J'espère que tu ne m'en veux pas, mais... tu sais ce que c'est non ? Des fois, il y a des choses dont on n'aime pas parler.




Ludivine L. Blackheart

avatar

Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur





MessageLun 19 Mar 2018 - 21:29


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




Dans le métier, quand je discutais avec d'autres docteurs sur les pathologies et comment les soigner, j'avais noté à quel point ils étaient passionnés par les maladies. Plus que par les patients même s'ils voulaient les sauver. De mon point de vue, c'était presque malsain d'être obséder par un trouble dissociatif de l'identité au point d'avoir les yeux brillants à la mention des multiples personnalités du patient. Personnellement, ça m'excitait aussi mais pas vraiment pour l'avancé médicale. Mais les gens en dehors du corps médical avaient du mal à comprendre ce genre de comportement. Aussi, j'avais une excuse toute trouvée.

-Hum, oui. Ca parait froid et dénué de sentiment dit comme ça mais ça nous permet de garder une certaine distance vis à vis du patient. Même si notre but premier et de guérir un patient, c'est plus facile de penser à la maladie à éradiquer. Sinon psychologiquement, ça serait dur. Je sais, c'est un concept difficile à comprendre quand on n'est pas dans le métier. Au départ, j'avais un peu de mal mais après, tu fais exactement pareil.


Après tout, c'était quand même un boulot, il servait aussi à payer les factures tout autant que son job à elle. La seule différence c'était que je soignais des gens ayant des soucis psychologiques plus ou moins conséquent. En trinquant à nos retrouvailles, je proposais qu'on ne laisse plus autant de temps nous séparer et elle acquiesça avec une joie évidente qui me fit sourire de joie. Tant qu'elle était sous ma coupe, je pourrais continuer à jouer les espions pour Sytry. Je réfléchissais franchement à mon repas et quand la serveuse finit par apparaitre pour prendre notre commande, je savais ce que j'allais prendre.

-Je vais prendre aussi un menu paradise avec salade de gésiers en entrée et une entrecôte saignante en plat, je vous prie.

Je précisais bien la cuisson car c'était impossible pour moi de me retrouver avec une viande de bœuf dure comme de la semelle. C'était meilleur quand elle fondait sous la langue avec un léger arrière goût de fer. Après que la serveuse se soit éclipsée, je tentais d'en savoir un peu plus sur ses congés sans soldes. Tentative totalement nulle car elle me répondit très clairement qu'elle ne voulait pas en parler. Je devais avouer que je restais quelques secondes sans pouvoir réagir. Avec qui elle pourrait en parler à par une amie ? Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me réponde si franchement. Elle était toujours dans le flou mais là, non. Elle avait quelqu'un à qui confier ses petits soucis, autre que moi. L'idée que quelqu'un d'autre puisse l'influencer me dérangeait fortement. Il allait falloir que j'enquête sur cette personne. Devant mon silence, elle ajouta quelques mots pour adoucir sa rudesse. Elle n'avait pas envie d'en parler ? Ca dépendait avec qui de toute évidence. Qu'elle ne me faisait toujours pas confiance après ce temps commençait à m'agaçer. Je pensais une seconde à lui faire gober son coktail, le verre avec et de lui éclater la tronche sur la table pour oser me mettre de côté alors que j'étais celle qui était là quand sa précieuse Emilie était morte et quand son précieux Jake était mort. J'étais celle qui avait supporté ses jérémiades pour qu'au final quelqu'un d'autre aie droit à des confidences qui valaient le coup. L'envie de la faire culpabiliser en lui disant que j'étais vexée qu'elle ne me fasse pas confiance était fort tentante. J'avais une meilleure méthode. Je plaquais un sourire factice sur mes lèvres.

-Bien sur, je comprends. C'est ma faute aussi. Je n'étais pas assez là aussi. Je suis désolée
, fis-je en lui serrant brièvement la main avant d'avaler une gorgée de mon cocktail. L'important c'est que tu ailles bien maintenant, dis-je d'une voix douce.

Je gardais en tête la tierce personne et j'espérais qu'elle finirait par en parler. Il faudra que j'aborde le sujet avec plus de subtilité que précédemment. Si intérieurement, j'avais de fortes envies de violences, à l'extérieur, je donnais tout l'air d'être une amie fidèle et compréhensive même si j'aurais très clairement pu lui signifier que ses paroles étaient blessantes. Cette méthode serait bien plus efficace.

-Du coup, au boulot, la reprise c'est bien passé ? Pas de trop dur de te replonger dans le truc après une période d'absence ?

C'était un moment gênant et il fallait que je lui pose des questions pour relancer la conversation de manière naturelle pour que ça ne reste pas comme une frustration entre nous. Le meilleur moyen d'y arriver est de lui poser des questions sur son boulot et pourquoi pas sur son patron. Une parole mesquine me venait en tête mais je n'en faisais rien. Ca ne ressemblait pas à l'amie qu'elle pensait avoir.

-Le boulot te plait toujours ? Dans les grosses entreprises, j'ai entendu dire que ce n'était toujours pas facile de trouver sa place.




C. Riley Jensen

avatar

Nephelim | Neutre & Bon -staff-
✥ Je suis : une nephelim
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine





MessageMar 20 Mar 2018 - 22:12


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




J'étais déjà passée à autre chose quand Ludivine avait reprit ma question, mais je comprenais pourquoi elle était revenue dessus quand même. Une explication de sa part était toujours la bienvenue, et ne faisait que confirmer ce que j'avais pensé. Bien entendu qu'elle essaie de penser à la maladie et pas au patient, sinon on doit s'en rendre malade... Je n'imaginais pas pouvoir faire un tel métier, ce même si j'avais toujours le désir d'aider les gens. Il devait falloir sacrément compartimenter et je n'était pas sûre d'en être capable à ce point. Mais quand elle expliquait les choses comme ça, c'était presque normal, facile. Elle devait mettre ses sentiments de coté et elle le faisait.

J'espérais juste qu'elle pourrait en faire de même ce soir avec la réponse que je lui avait donné concernant mes soucis. Me confier à elle, je l'avais déjà fait ! Mais quand il s'agissait de surnaturel, je ne pouvais tout bonnement pas. Et je ne pouvais pas lui dire ça, pour la rassurer non plus. Sinon autant tout lui dire directement ! Il ne restait donc qu'a espérer qu'elle ne m'en voudrait pas trop et qu'elle n'essayerais pas d'insister. Je me refusais à la faire se sentir inutile ou pas digne de confiance, mais... je refusais encore plus de flinguer sa vie avec de pareilles révélations.

Quand j'entendais sa réponse à mon refus, j'étais partagée. Une partie de moi était soulagée qu'elle n'insiste pas. Une autre se sentait coupable de ce qu'elle avait dit au milieu de la chose. Elle s'excusait ? Mais rien de tout ça n'était de sa faute. Ni mes soucis, ni le fait que je ne lui ai pas parlé. Et si j'aurais surement du me taire et faire avec, je ne pouvais pas la laisser culpabiliser comme ça sans rien dire.

▬ Ce n'est pas de ta faute, voyons ! Tu n'as rien à te reprocher. J'ai parlé à cette personne là parce qu'elle comprend la chose, elle l'a vécu. Ça n'aurait rien changé si... Surtout ne te sent pas coupable pour ça !

J'espérais ne pas avoir à la ré-éloigner du sujet à cause de cette intervention. Mais aussi stupide que c'était, je n'avais pas pu laisser mon amie se flageller pour quelque chose qui n'était pas de sa faute. Comme elle avait dit que l'important était que j'aille bien à présent, j'avais encore le doux espoir qu'elle ne relance pas.

Alors quand elle avait enchainé sur le boulot, j'avais accueilli ça comme une bénédiction et répondu avec joie à ce sujet bien moins compliqué.

▬ Pour être honnête... Si, c'est rude. La reprise est plutôt violente. J'ai des tas de choses à rattraper, parce qu'apparemment mon chef de service ne sait pas ce que ça veux dire que de ré-attribuer des dossiers. J'étais absente plusieurs mois et... Il a juste attendu. Je t'avoue que je réfléchis de plus en plus à quitter la boîte...

C'était stupide, y réfléchir okay, mais pour quoi ? Pour que ça n'aboutisse jamais ? J'avais trop peur de ne pas avoir de raison évidente et que quelqu'un comprenne que je savais pour le big boss. Il me fallait une vrai raison, autre que ce que j'éprouvais de travailler pour un lieutenant de Lucifer ou ce que je confiais à mon amie.

▬ Je crois que c'est aussi ça le soucis. De base, ma formation est plus poussée, j'ai postulé pour la compta uniquement parce qu'ils ne cherchaient pas dans d'autres services à l'époque. Mais même après avoir rendu de fières chandelles à mon chef de service quand ils ont perdu un chargé d'affaires... Il a préféré recommander un des gars de mon service.

Mon chef de service ne m'appréciait pas, ou alors il était misogyne. Quoi qu'il en soit, il avait préféré donner un boulot à un homme qui n'avait rien fait pour le mériter plutôt qu'a celle qui avait effectué le job et le sien pour le même prix pendant des mois... Il n'y avait pas meilleur moyen pour que ma conscience soit au clair quand j'avais prit mes congés.

▬ Je piaille, je piaille... Mais pour faire court, j'aime toujours le job, celui pour lequel j'ai étudier. Celui-là... de moins en moins.

J'allais devoir redoubler d'efforts pour tenir bon entre les murs de la WGF, entre ça et le reste. Mais je le devais, je n'avais pas le choix. Tant que je n'avais pas de meilleure idée, j'étais coincée dans l'antre de la bête...

J'avais monopolisé la parole un long moment avec mes explications et je trouvais qu'il était temps de revenir à elle, mais j'ignorais quoi lui demander pour être honnête. Je m'interrogeais, rapidement et tentais de trouver quelque chose sur mon amie qui n'avait pas rapport avec ses études, son job ou sa relation passée avec Jake. Je suis si bavarde que ça ? Je ne l'ai jamais laissée se confier ?

▬ Bon sang, je crois que je parle vraiment trop. J'ai l'impression d'être une amie déplorable et de ne pas te laisser te confier toi aussi... J'aimerais pouvoir excuser la chose en disant que j'ai joué à l’Hermite seule dans ma maison pendant des mois, mais... je crois que ça remonte d'avant ça.

Et le pire c'est que même avec cette explication, je m'étendait un peu trop. Je me raclais la gorge, gênée et finissais par ajouter :

▬ Désolée. Et toi ? Qu'est-ce que tu racontes ? Tu as fait autre chose à part le boulot ? Rencontré des gens ?

Comment on pouvaient être amies depuis si longtemps et que je ne sache pas quoi lui demander en dehors de son job ou avant ses cours ? C'est déplorable.






Spoiler:
 

Ludivine L. Blackheart

avatar

Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur





MessageJeu 26 Avr 2018 - 19:18


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




Un de mes jeux préférés était de rendre dingue la petite Riley. Elle était si gentille, à toujours faire attention aux autres que s'en était d'une facilité déconcertante de la manipuler. Car c'était bien de ça dont il s'agissait : la manipulation. Depuis le temps que nous nous connaissions, ce n'était même plus un challenge. La encore, la frustration de ne pas en savoir plus m'avait poussé à jouer la carte de la vicieuse. Enfin, vicieuse pour moi et pour Riley, c'était la carte de l'amie qui s'en voulait de ne pas être assez présente. C'était le parfait combo et la nephelim tombait dans le panneau avec une facilité déconcertante. Toutefois, le plaisir que je ressentis à cette victoire n'était pas uniquement du à ça. Dans sa réponse, j'avais relevé qu'elle me donnait plus de détail sur la personne avec laquelle elle s'était confiée. Quelqu'un qui avait vécu ce qu'elle avait vécu. Ca pouvait être un nephelim comme un simple humain. En tout cas, elle me donnait un petit os à ronger. Je mettrait un démon sur le coup pour essayer de découvrir l'identité de cette tierce personne qui avait le monopôle de la confiance de Riley. J'agirais ensuite avec les éléments que j'aurais entre les mains. Je souriais à Riley, lui signalant ainsi que je la comprenais et que je n'insisterai pas avant de dévier sur d'autres sujets un peu plus neutre.

-Les dossiers n'ont pas été traité en ton absence ? Mais ils sont payés à faire quoi alors ?

Je notais intérieurement la dernière phrase de Riley au sujet de quitter la World Global Financial. Je me demandais si Sytry serait déçu d'apprendre que la nephelim qu'il aime le plus torturer veut se tailler d'ici. Personnellement, je m'en foutais royalement de ses choix de carrières mais d'un autre côté, c'est tellement plus facile de la surveiller si elle est sous la directive du Lieutenant.

-Sans déconner ? Tu es la personne la plus compétente et bosseuse que je connaisse et ils préfèrent refiler le poste à quelqu'un alors que tu as très bien rempli le poste à un moment donné. Vive la reconnaissance !

Franchement, j'avais beau la détester par principe, je la comprenais. D'un point de vue totalement objectif, je ferais de même à sa place. Tant de boulot pour au final voir un autre glandu prendre le boulot qui lui revient de droit. C'est horrible. Je la comprenais mais j'étais quand même assez contente de voir qu'elle en bavait un peu. Pour l'heure, je jouais les consternés mais une fois à l'abris des regards, je pourrais ricaner devant ses mésaventures.

- Je comprends que tu l'aimes de moins en moins et que tu penses à quitter la boite. Tu as zieuté ailleurs s'il y a des offres ?

Si je n'étais pas si modeste, je dirais que j'étais une bonne actrice. Quoique, non, je n'étais pas modeste. Si seulement, je pouvais filmer notre conversation pour me la repasser plus tard. J'avais habilement dirigé la conversation vers Riley. Autant la faire parler au maximum pour que je n'ai pas trop à mentir. Se dépatouiller de trop de mensonges pouvait se révéler dangereux. Malheureusement, c'était sans compter sur l'attention que portait Riley aux autres. Elle finit par culpabiliser toute seule de monopoliser l'attention. Si ce n'était pas beau ça : je n'avais même pas besoin de la manipuler pour la faire culpabiliser.

-Arrête, ne t'excuse pas, c'est moi qui t'ai demandé comment c'était au travail. Et parler, ça fait toujours du bien, la rassurais-je d'un sourire avenant.

C'était une phrase bateau le temps de réfléchir à ce que je pourrais lui sortir comme bobards. Elle s'était rendue compte que je ne parlais pas trop de moi et il fallait que je lui mette de quoi se rassurer et ne pas douter de mon amitié.

-Ouff, en dehors du boulot, c'est pas facile de rencontrer des gens. Il y a quelques temps, je suis allée à une soirée réunion étudiant-ancien. C'était bizarre de me retrouver à nouveau étudiante, j'avais déjà oublié à quels points les types alcoolisés sont lourds. Il y avait un gars, il était vraiment mignon, mais je ne l'ai jamais revu. Il a disparu de la circulation, alors, nop. C'est le point mort, on va dire.


Je percutais à ce moment-là qu'elle avait mentionné faire l'Hermite. Je réfléchissais à grande vitesse et imbriquais toutes les informations que j'avais sous le coude. Elle parlait comme si elle était seule alors qu'aux dernières nouvelles, elle devait aménager avec James.

-Tu ne connaitrais pas des jeunes célibataires par hasard ? D'ailleurs, je suis en train de percuter : tu vis toujours seule ? Et James, tu devais pas aménager avec ?

La serveuse choisie ce moment-là pour arriver avec nos plats. Elle déposa rapidement nos assiettes et s'éloigna pour nous laisser à nouveau notre intimité. Manger des organes vitaux en entrée sans qu'on me regarde bizarrement était franchement agréable, même s'il s'agissait d'animal.

-Bon appétit ! M'exclamais-je avant d'attraper la fourchette sans oublier le potin qui se profilait. Qu'est-ce qui s'est passé avec James ?






Hors RP:
 

C. Riley Jensen

avatar

Nephelim | Neutre & Bon -staff-
✥ Je suis : une nephelim
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine





MessageDim 29 Avr 2018 - 12:52


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY



Ludivine semblait surprise, voir outré de l'attitude de mon chef de service. Quand elle me demandait à ce que je répète ou complète l'info sur ce ton. Je lui offrait une moue déçue :

▬ Non. Rien de rien. Je ne traitais pas de choses urgentes à mon départ alors... il a juste attendu et continué d'empiler les dossiers.

Je n'étais pas du genre à me plaindre d'une charge de travail ou même à parler en mal de quelqu'un. Mais mon chef de service avait cette attitude déplaisante envers moi et ce que j'avais dit n'était que la vérité. Rien sur sa personne, seulement sur son organisation au travail. Oui, c'est pas méchant...

J'essayais de me rappeler que dire cette vérité ne revenait pas à le dénigrer quand Ludivine avait haussé le ton, me complimentant tout en me donnant l'impression de s'énerver. Si elle avait été face à lui, elle lui aurait sûrement dit tout ça directement pour me défendre. Je souriais, reconnaissante envers mon amie.

▬ C'est gentil, mais... que veux-tu... Je verrais bien ce que je fais. Pour le moment non, je n'ai rien regardé, mais... je préfères profiter de cette soirée avec toi. Je verrais plus tard pour mon boulot ou des possibles recherches.

Ajoutais-je avec un sourire, alors que je voulais parler d'elle. J'avais l'impression d'être une amie déplorable et parler d'avantage de moi qu'autre chose. Je le lui avait dit et essayait de me rattraper pourtant, tout comme moi elle ne semblait pas vouloir d'excuses. Je lui souriait, ravie qu'elle ne m'en veuille pas, mais toujours un peu coupable. J'attendais donc une réponse à ma question suivante pour essayer de compenser la chose et elle était venue. Un peu brève cela dit.

▬ C'est tout ? Je lui offrait une moue déçue. Non pas par ses paroles, mais par le contenue qui me désolait pour elle. Si le seul homme qu'elle avait trouvé intéressant était aux abonnés absents... Après Jake... Mon premier instinct aurait été de lui dire que j'étais désolée pour elle, mais après toutes les excuses rejetées de ce soir, ce n'était sûrement pas une bonne idée. Je réfléchissais, m'apprêtant à lui poser une question sur un tout autre sujet, comme son appartement, ses amis... je cherchais encore quand elle m'avait interrompu en me demandant de jouer les entremetteuses et en rebondissant sur une de mes phrases. Des jeunes célibataires ? Vivre seule ? James ? Je choisis quoi ? Des moindres maux...

▬ Je t'avoue que... des hommes célibataires en ville... Il y en a. Mais en ce moment j'ai pas vu grand monde. J'avais décidé de commencer avec la réponse la plus simple. Même si techniquement il y avait un homme célibataire dans mon entourage proche et actuel : Jace. Mais si je persistait à parler d'une sortie en toute amitié pour le gala... ce n'était pas pour moi. Oui non... aucun célibataire à lui présenter ! AUCUN !

Bon ça c'était la réponse facile. Même si... je m'étais retourné le cerveau avec Jace au passage. Maintenant, il fallait parler du plus 'compliqué' et douloureux. Je prenais une gorgée de mon cocktail et soufflais un bon coup comme pour me donner du courage.

▬ On avait emménagé ensembles, si... Non seulement je ne savais pas réellement ce qui s'était passé, mais en plus je devais taire certains détails. Je réfléchissais donc comme il se devait avant de poursuivre.

▬ Bon appétit aussi. Lui lançais-je, avant de triturer mon entrée de ma fourchette, en reprenant quand elle insistait pour savoir ce qui s'était passer entre nous :

▬ Il... Il a eu une... urgence en dehors de la ville. Des amis avaient besoin de lui et... Disons qu'on a fait une pause et que la pause est devenue plus... définitive.

C'était une façon de le dire. Une façon totalement humaine, sans mentionner la résistance et sans mentir. Puisque tout ce que j'avais dit était vrai, seulement survolé. Je détestait toujours autant devoir faire ces détours, mais si je voulais la préserver du monde surnaturel, je n'avais pas beaucoup de solutions. C'était ça, ou arrêter de la voir complètement. Sans lui donner d'explications... Peut être que j'aurais du... Songeais-je un instant avant de réaliser à quel point mon visage devait trahir ma pensée. J'étais triste à cette idée, car elle était probablement l'une des seules amies qui me restait.

▬ J'ignore ce qui s'est passé de son côté. Pourquoi il a... rompu la promesse qu'il m'avait faite ou même si... Tout ce que je sais c'est que ça m'a fait du mal et que j'ai préféré y mettre un terme à force de me torturer l'esprit avec ça.

Je prenais une bouchée de mon entrée, puis après quelques secondes, j'ajoutais :

▬ J'ai plombé l'ambiance, vive moi ! Je suis désolée, c'était pas vraiment l'idée de la soirée entre fille que tu devais avoir en tête.






Spoiler:
 

Ludivine L. Blackheart

avatar

Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur





MessageDim 6 Mai 2018 - 20:28


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY




Je lui avais fait un rapide topo de ma situation sentimentale, à défaut d'un autre nom. C'était express mais je ne pouvais pas lui parler de Sytry, son patron et même lui, ça faisait très longtemps que je ne l'avais pas vu. En tout cas, j'avais été presque honnête sur ce coup-là.

-Et oui, difficile à croire mais oui.

Je lui demandais ensuite si elle n'avait pas un ou deux célibataires à me présenter. Je n'étais pas sure que ça soit encore une bonne idée de fréquenter un membre de plus de son entourage mais au moins, ça me donnait encore plus de légitimité d'être dans sa vie. En attendant, je ne pouvais pas passer à côté de l'information qu'elle venait de me donner. Elle et James, c'était le grand amour la dernière fois qu'ils s'étaient vu et nous espérions pouvoir faire pression avec le bellâtre pour pousser la petite dame à lâcher prise concernant le meurtre de son cher papa. Après avoir attaqué mon plat, je relançais le sujet sur la table pour savoir ce qui s'était passé avec James alors qu'elle m'avait avoué qu'ils avaient effectivement aménagé ensemble mais qu'il y avait eu un soucis ensuite. J'écoutais avec une oreille attentive telle qu'une amie le serait. En vrai, ça m'intéressait réellement parce que mon âme démoniaque se délectait de son malheur.

-Non ! Punaise, je suis désolée. C'est moche ça.

Je prenais une expression énervée et c'était franchement le cas. Cet enfoiré ruinait mes plans de manipulations en s'éloignant de la vie de Riley et en la faisant souffrir. J'avais besoin qu'elle soit occupée à être heureuse pour qu'elle nous fiche la paix même si je préférais quand elle pleurait. Enfin, pas devant moi. Je ne supportais pas les larmes et ça me donnait tellement envie de la tuer que ça me faisait mal à en pleurer de ne pas céder à ma pulsion.

-Ne t'excuses pas ! C'est moi qui t'ai demandé des nouvelles de James. Si j'avais su... quel connard. Tu as bien fait de le supprimer de ta vie. Aucun homme ne vaut que tu souffres ou que tu te tortures pour lui.

Même si je feignais de m'intéresser réellement à son bien-être, j'étais totalement convaincu de ce que je lui disais. Aucun homme ou aucune femme d'ailleurs ne devait nous apporter autre chose que du plaisir. Peut-être parce que j'étais incapable de ressentir de l'amour à proprement parler. En tout cas, pour une fois, j'étais d'accord avec elle et je tenais honnêtement à ce qu'elle le sache.

-Et puis, tu sais... Je me penchais au dessus de la table et baissais la voix avant de continuer, mon idée de soirée fille actuellement est de boire de l'alcool et de passer du temps avec toi, ajoutais-je en lui lançant un clin d'œil.

Au moins, elle n'était pas en mode pleurnicheuse et elle était plus supportable ainsi et c'était moins difficile de jouer les amies dans ces moments là. J'étais forte et indépendante, je ne pouvais pas tolérer qu'un mâle ait l'ascendant sur une femme. J'attrapais mon verre et sirotais mon cocktail avec un sourire en coin.

-Ne parlons plus de lui alors. C'est de l'histoire ancienne. Alors, les saint-jacques sont bonnes ? Demandais-je en désignant son plat avant de couper un morceau de viande. En tout cas, ils avaient réussi la cuisson de mon morceau de bœuf. Il fondait sous la langue et avait un arrière goût fumé absolument succulent.

-Que dirais-tu d'aller continuer dans un bar ensuite ? Il doit bien y avoir quelques représentants masculins capable de nous satisfaire, au moins pour une nuit
, pouffais-je en ajoutant ces quelques mots. Excuses-moi, l'alcool monte vite on dirait, pouffais-je encore une fois pour justifier le fait que la Ludivine qu'elle connaissait soit plus dévergondée, on va dire.





C. Riley Jensen

avatar

Nephelim | Neutre & Bon -staff-
✥ Je suis : une nephelim
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine





MessageLun 14 Mai 2018 - 19:34


Girls night out





LUDIVINE FEAT. RILEY



Elle n'avait pas plus à dire sur sa vie privée, elle venait de me le confirmer en une courte phrase et je ne trouvais plus rien à ajouter. J'avais l'impression, qu'en voulant être une meilleure amie, j'avais surtout mit les pieds dans le plat. Et ensuite, en dehors de ses amours et son boulot... Je ne lui connaissait aucune famille, aucun ami qu'on avaient en commun ou dont je connaissait l'existence... J'abdiquais ! Et elle en avait d'ailleurs profité pour revenir à moi, ou plutôt James et moi.

Ça aussi, c'était navrant, mais mon amie ignorait tout de ma rupture. Elle ne savait pas grand chose et ce n'était pas parce que cette partie là était secrète. Je me mordillait la lèvre, coupable et l'écoutais réagir à mon annonce.

▬ Je... non. Ce n'est pas un connard. Il est... tu as sûrement raison, rien ne vaut de souffrir à ce point. Je sais que tu veux être une bonne amie, mais je n'ai pas besoin de l'insulter. Je pense que cet un homme bien. Je... j'aimerais juste savoir pourquoi, mais ce n'est pas grave si ça n'arrive jamais.

Insulter James, c'était sûrement ce qu'auraient fait la plupart des femmes. Un besoin de soirée fille pour dénigrer l'ex qui à fait souffrir l'une d'elles. C'était probablement vrai pour certaines, mais pas pour moi. Je n'était pas comme ça et je ne voulais pas piétiner les bons souvenirs que j'avais de nous, ou de lui, à cause de la fin de la relation.

▬ C'est gentil cela dit, de vouloir me soutenir comme ça. Ajoutais-je avec un sourire reconnaissant.

▬ Mais oui, il vaut mieux ne plus parler de lui. On a d'autres choses à penser de plus réjouissantes ! Ou ne serait-ce que de boire nos cocktails comme tu dis. Fis-je avec un autre sourire, plus joviale cette fois.

Je savourais une bouchée de mon entrée et restait silencieuse un temps, juste assez pour pouvoir donner une véritable réponse à la question qu'elle m'avait posé.

▬ Elles sont délicieuses, oui. Et...

J'avais prévu de lui demander ce qu'elle pensait de son propre plat, mais elle m'avait devancée et interrogée sur le reste de la soirée. Quand j'avais entendu sa proposition, je n'avais pas pu m'empêcher de tiquer. Des représentants masculins capables de nous satisfaire ? Je n'étais pas choquée par ses paroles, elle n'avait pas non plus besoin de s'excuser comme elle venait de le faire. Mon problème était tout autre.

▬ Ne t'excuse pas, des verres ça me va très bien ! Et tu alcool ou pas, ça ne me dérange pas, tu ne risques pas de me choquer ne t'en fait pas. C'est juste que...

Que quoi ? Hein Riley ? Bonne question, ou plutôt, question difficile à répondre. Est-ce que je devais lui expliquer ? Comment lui expliquer ? En commençant par le début ?

▬ A vrai dire, j'ai plus ou moins rencontré quelqu'un déjà. Enfin... nous ne sommes pas... Disons que je l'apprécie vraiment. Vraiment... Répétais-je sans même y faire attention. Je ne sais juste pas ce qu'il ressent ou s'il ressent quoi que ce soit. Mais, quoi qu'il en soit, je ne suis pas vraiment... en quête de représentants du sexe masculin.

Le seul qui m'intéressait était des plus durs à déchiffrer et devait en prime m'accompagner à San Diego pour ce gala avec ma famille 'd'adoption'. En tant qu'ami... et avec le sourire !

▬ Je ne peux pas faire dans le simple, on dirait, hein ? Je suis pas croyable, irrécupérable... Fis-je avec un léger rire, me moquant de moi même.





HJ:
 


Contenu sponsorisé






Message
 

Girls night out... ▬ Feat. Ludivine L. Blackheart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-