The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel


 :: city of angels :: Streets & alleys :: Sud & Ouest :: L'Eden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Connor C. Dikson

avatar

✥ Je suis : Un déchu
Déchu | Rebelle -staff-



MessageSujet: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Jeu 5 Avr 2018 - 11:50


The fall never ends...





CASTIEL & YERATHEL





J'avais passé la journée à ruminer, n'ayant aucune séance photo de prévus et je savais que je devais bouger. Faire quelque chose, n'importe quoi pour arrêter de broyer du noir seul dans mon coin. Si Cassandre avait été là, elle m'aurait surement donné une claque métaphorique -ou réelle- pour que je réagisse.

Seulement, elle n'était pas avec moi ce soir et je n'étais pas certain que quoi que se soit puisse fonctionner. Chaque seconde qui passait, je ne pouvait pas m'empêcher d'y penser, Dieu, Jenny... Tout me revenait en tête encore et encore, ravivant la douleur passé et ajoutant d'autres maux avec ça. Je n'avais pas chassé ou tué de démon depuis cette nuit là, non plus. La simple pensée de combattre après ce dernier affrontement... Trop tôt... C'est trop tôt.

J'avais toujours une barbe de plusieurs jours, mes clefs et ma veste... Le seul endroit que j'avais eu à l'esprit était l'Eden et même si c'était pour finir au bar et boire un whisky seul... j'avais au moins ça de ne pas boire ce whisky seul chez moi.

La route avait été fluide et j'avais rejoins le bar sans trop de difficultés, puis je m'étais naturellement installé au comptoir pour commander un whisky. Alors que j'attendais mon verre, j'avais laissé mon esprit revenir sur les récents évènements une nouvelle fois, jusqu'au moment ou mon attention s'était portée sur une aura que je reconnaissait. Et pour cause, c'était un ancien frère, un soldat de ma propre légion. Peu importait les années depuis sa chute ou la mienne, il y avait des choses qu'on oubliait pas, et j'avais souvenir de l'aura de chaque ange que j'avais un jour croisé. Je me tournais, le cherchais du regard et me levait pour le rejoindre faisant signe au barman que je serais plus loin s'il me cherchait.

▬ Yerathel... Soufflais-je, sur un ton las, en m’assaillant à coté de lui.

▬ Si j'avais pensé tomber sur toi, ce soir... J'avais souvenir de sa chute, de ma déception quand il était tombé. Mais aujourd'hui... comment pouvais-je lui reprocher quoi que se soit ? Je n'étais pas en train de le juger, ni de me plaindre de cette rencontre. J'étais seulement surpris et une partie de moi se demandait si je ne lui devais pas des excuses en plus de cela. Ce n'était surement pas le bon moment pour se lancer la dedans, le sujet était délicat pour moi, mais... Il était là, maintenant et il fallait croire que le sort avait décidé pour moi.

▬ Je te dois des excuses il me semble. J'étais un autre à l'époque... Et, quelque part j'avais raison. Mais je ne peu plus te faire la morale pour autant.





Nolen Y. Xiao

avatar

✥ Je suis : Un ange déchu
Déchu | Neutre



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Ven 6 Avr 2018 - 12:44
Une autre soirée menaçait de s’étirer en longueur et je me trouvais une fois de plus plongé dans la même mélancolie que provoquait chez moi le cours de l’existence. L’ennui m’avait frappé d’une violence inouïe, sans qu’aucune soirée mondaine, aucun artiste nouvellement recueilli ne m’offre l’espoir de m’en séparer. J’étais sorti de chez moi peu de temps avant que le soleil ne commence à disparaître dans le ciel et j’avais marché un long moment dans les rues de la ville. Ça n’avait rien de grandement passionnant, mais je trouvais un certain plaisir à errer ainsi, spectateur du monde qui m’entourait sans jamais y prendre part. Et avant que je ne réalise réellement ce que je faisais, je me trouvais planté devant la devanture de l’Eden, qui se révélait plus familière que je ne l’aurais cru. J’y entrais plus par réflexe et habitude que par véritable désir et trouvais une table libre suffisamment à l’écart pour ne pas être importuné de la présence de quiconque.

J’avalais trois verres d’un whisky coûteux dont la seule saveur ne m’apportait aucun plaisir et dont les propriétés m’échappaient malheureusement. L’alcool n’avait pas sur moi l’effet euphorique qu’y trouvait les humains et j’en consommais pourtant des quantités parfois affolantes. Assis dans mon coin, j’observais, pensif, la petite foule réunie dans le bar en sirotant mon breuvage. J’aimais cet endroit, exactement pour cela : malgré le maquillage sur mon visage, malgré ma coiffure extravagante et mes vêtements souvent particulièrement colorés, malgré tout cela, personne ne semblait jamais vraiment me voir. Il arrivait à quelques courageux de venir m’aborder parfois, mais ils se tenaient presque toujours à l’écart et n’osaient venir déranger l’étrange homme assis tout seul dans le fond de la pièce. C’était l’endroit parfait pour être moi-même et la seule raison pour laquelle il m’arrivait encore de le fréquenter.

Ce soir, pourtant, je n’étais pas aussi invisible que je l’aurais voulu et j’étais plongé dans la contemplation d’un jeune couple flirtant sans aucune subtilité à quelques mètres de moi lorsqu’une voix m’interpella. Je sortais de ma torpeur dans un léger sursaut et relevait les yeux vers un visage que je n’aurais jamais pensé voir, au moment où le nouveau venu m’interpellait d’un nom qu’on ne me prêtait plus depuis bien longtemps. “Castiel…” soufflais-je, d’un ton étonnamment calme qui masquait admirablement bien ma véritable surprise. Il s’installait à mes côtés sans y être invité et je reposais mon verre presque vide sur la table, mon regard aiguisé se posant sur lui. Je n’aurais même pas su dire comment je le reconnaissais, mais je savais que c’était lui, tout simplement. Et comme s’il n’y avait déjà pas eu assez de surprise comme cela, il me prit de cours pour de bon en me présentant des excuses que j’écoutais en fronçant les sourcils. “Tu ne me dois aucune excuse.” rejetais-je en accompagnant mes mots d’un vague signe de la main. Et je le pensais, je l’avais trahi, lui et tous les miens. Une seule petite erreur de jugement que notre Père n’avait su me pardonner, pas plus que je ne m’étais pardonné moi-même. “J’ai commis une erreur et j’en ai payé le prix, ça n’a rien à voir avec toi.” J’aurais voulu redevenir l’homme charmant dont je jouais le rôle habituellement, mais mon masque refusait de rester en place face à lui. “Que fais-tu ici ?” demandais-je, incapable de retenir ma curiosité. Je savais que je n’étais pas le seul à avoir été chassé, loin de là, mais lui ? “Tu dois bien être le dernier d’entre nous que je m’attendrais à voir à errer parmi les mortels.” Le lâchant à peine des yeux, je faisais signe au bar pour un quatrième verre. La soirée devenait peut-être intéressante, finalement.

Connor C. Dikson

avatar

✥ Je suis : Un déchu
Déchu | Rebelle -staff-



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Mer 11 Avr 2018 - 14:18


The fall never ends...





CASTIEL & YERATHEL



Je ne sais pas s'il était surpris, mécontent ou autre de me voir ce soir. Mais son expression n'avait rien révélé, ni ses mots en réponses à mon excuse. Je relevais cela dit qu'il s'en voulait, tout comme moi et acceptais sa sentence. C'était une bonne chose, car il l'a méritait, tout comme moi. La raison de sa chute, sa trahison... loin de moi l'idée d'évincer tout ça et ce n'était pas pour ces raisons que je lui présentait des excuses. Je me devais donc de préciser ma pensée, spécialement quand il me demandait ce que je faisait là, sur Terre à errer parmi les mortels comme il disait.

▬ Je suis tout à fait d'accord ! Tu as trahis, tu as chuté... c'est l'ordre des choses. Commençais-je à expliquer avant de reprendre sur un ton plus grave encore :

▬ Jamais je ne remettrais en question les choix de Dieu. Jamais je ne chercherais à t'absoudre de tes fautes. Je n'en ai pas le pouvoir, ni l'envie. Ce n'est pas en ça que je m'excuse.

Je prenais une profonde inspiration et expirait, las. Puis, dans un dernier élan de courage, j'ajoutais ce qui était plus difficile à admettre.

▬ Je m'excuse pour le jugement que j'ai porté. Oui, tu avais tord. Oui tu as mérité ta punition. Mais... j'ai également mérité la mienne. Il me semble hypocrite de te juger quand... j'ai fait pire.

Ce n'était pas la vérité que je remettais en question. Nous avions tous deux mérités nos sanctions. Ce que je déplorait, c'était la déception et le jugement que j'avais porté quand j'avais été tout aussi faible que lui. Quand j'avais trahis et causé des résultats bien pire que ce qu'il avait lui même provoqué.

▬ A l'époque, je n'aurais pas pensé que c'était possible pour moi de trahir, je t'ai blâmé, traqué... Et même si je nous blâmes encore tous les deux aujourd'hui pour nos fautes... Je ne pense pas être le mieux placé pour. D'où... mes excuses.

Je toussais légèrement et lui offrait un sourire triste et timide.

▬ J'ignore si ça fait la moindre différence, sûrement que non, mais... Je pensais que ça devait être dit. Même si ce n'était pas vraiment ce que tu voulais savoir, n'est-ce pas ? Tu avais déjà comprit pour ma chute. La question c'est comment, ou pourquoi, non ?




Nolen Y. Xiao

avatar

✥ Je suis : Un ange déchu
Déchu | Neutre



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Mer 11 Avr 2018 - 16:38
Je ne m’attendais pas à la réponse que Castiel me renvoya et c’était un euphémisme. Je venais de le décharger de toute culpabilité et, d’après ce que j’avais appris en vivant si longtemps aux côtés des mortels, les conventions sociales auraient voulu qu’il en fasse autant, mais non. Il se tenait devant moi et osait pourtant me regarder droit dans les yeux et m’annoncer que ma punition était à la hauteur de mon crime. J’arquais un sourcil en l’écoutant balancer ces mots avant tant de naturel que c’en était presque effrayant, mais ne trouvais rien à répondre. Il avait raison, après tout, je méritais mon sort et me bercer d’illusion ne changerait rien. Je finissais par secouer la tête alors qu’il précisait ce que signifiaient réellement ses excuses. “Que celui qui n’a jamais pêché me jette la première pierre.” soufflais-je, toujours affreusement neutre, probablement le seul à apprécier vraiment l’ironie de ce que je faisais. Citer la Bible faisait partie des choses que je préférais au monde, à vrai dire, ça m’amusait toujours et ce soir aussi, même si je m’efforçais de le cacher. Il m’avait jugé et alors ? J’aurais voulu prétendre le contraire, mais je savais que j’aurais fait exactement pareil à sa place.

La seule chose qui m’intéressait réellement ici, c’était de comprendre ce qu’il faisait là et il semblait réticent à l’admettre. “Je me suis douté que tu n’étais pas simplement venu rendre une visite de courtoisie à un vieil ami alors que tu ne l’as pas fait une seule fois au cours des trois mille cinq cent dernières années.” admis-je, parvenant enfin à lui adresser un sourire qui se révélait sans doute inapproprié à l’instant. Je ne lui en voulais pas vraiment, je savais qu’il avait fait le bon choix en ne se préoccupant pas de mon sort au cours des derniers siècles, même si le résultat laissait entendre que sa bonne foi avait été vaine. “Tu as raison, tes excuses ne font pas de grande différence. Ça ne rattrape certainement pas ce que j’ai eu à subir en vivant ici, mais je persiste à croire que tu ne me dois aucune véritable excuse. Tu as fait ce que tu pensais être juste et moi aussi.”

Je récupérais mon verre bien qu’il soit désormais vide et jouais avec, sans doute pour masquer ma nervosité soudaine. “J’ai commis une erreur, c’est mon fardeau à porter et je ne m’attendais pas à ce qui que ce soit n’arrive à me comprendre.” Je riais légèrement, presque silencieusement. “L’erreur est humaine. C’est quelque chose qu’on dit ici. Tu crois que c’est pour ça que notre punition pour avoir trahi Dieu est de passer le reste de l’éternité comme l’un d’entre eux ?” demandais-je. J’étais devenu expert de ce genre d’humour sombre et cynique. Que dis-je, j’avais même connu personnellement Antisthène ! “J’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir, en trois millénaires.” déclarais-je finalement. Une serveuse arriva rapidement et déposa un nouveau verre plein devant moi, avant de disparaître aussitôt. Je la suivais des yeux un instant, jusqu’à ce qu’elle ne soit avalée par la foule. “Alors, tu vas me dire ce que tu as fait pour mériter ce châtiment ?” demandais-je finalement. C’était peut-être une question trop personnelle, mais ça m’intriguait réellement et j’avais perdu l’habitude de ne pas satisfaire ma curiosité, avec le temps.


Connor C. Dikson

avatar

✥ Je suis : Un déchu
Déchu | Rebelle -staff-



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Jeu 12 Avr 2018 - 14:03


The fall never ends...





CASTIEL & YERATHEL



Yerathel semblait se désintéresser de mes excuses, il n'avait pas besoin d'elles et la platitude qu'il avait offert tirée de la bible m'arracha même un sourire. Il avait continué en affirmant que mes excuses étaient inutiles et ne faisaient pas la moindre différence. Il ne se moquait pas, mais il ne me reprochait rien et comme il avait même avoué qu'il en aurait fait de même à ma place niveau reproches... Je devais me rendre à l'évidence : nous en avions terminé avec les excuses et ce sujet.

Bien entendu, si nous ne parlions plus de sa chute, on en reviendrait à la mienne et à ses questions. Des questions auxquelles j'avais soigneusement évité de répondre jusque là. Mais avant de parler de moi, j'avais décidé de rebondir sur ses paroles concernant l'humanité histoire de me donner du courage pour la suite.

▬ Peut être bien que c'est pour ça. Mais... nous ne sommes pas humains, alors ici ou ailleurs... je doute que cette expression s'applique à nous.

A vrai dire, douter était bien faible comme mot si on considérait ma vision de la chose. Je savais que cette phrase ne me concernait pas. "L'erreur était humaine", tout était dit ! Humain je ne l'étais pas, l'erreur n'aurais pas due être commise, c'était aussi simple que cela. Je gardais cette pensée pour moi, le toisant quand il reprenait la parole et insistait pour avoir une réponse quant à la raison de ma chute. J'avais vu juste tout à l'heure, il n'était pas question que je m'en tire sans une explication. C'était de bonne guerre puisque je connaissais la raison de sa chute ayant été son supérieur, mais à cause des évènements récents, parler de la mienne était plus difficile encore.

▬ J'ai désobéit, comme toi. Tout à commencé quand je suis tombé amoureux de cette humaine, même si j'ignorais ce qu'était réellement l'amour. Et... j'ai voulu la protéger au détriment d'une mission. La mission à échoué, des anges sont morts... et elle a vendu son âme aux démons... Une parfaite réussite, comme tu le vois !

Mon résumé était amer et concis. Je n'avais jamais dit ces choses aussi rapidement et l'air sur mon visage devait trahir la raison. La douleur était des plus vive depuis le combat à l'usine et la mort de Jenny. Les souvenirs avaient beau ne jamais partir, surtout pour quelqu'un comme nous, ceux-là étaient imprégnés et ne cessaient pas de me revenir en mémoire encore et encore. Le plus vibrant et pénible était SA présence, le combat et cette sensation... Je fermait un instant les yeux, tentant de chasser ces pensées et avalait ce qui restait de mon verre d'une traite.

▬ Probablement pas ce que tu aurais voulu entendre. Tu me pardonneras le résumé, mais... je n'ai pas très envie de m'étaler la dessus dernièrement...

J'ignorais s'il savait, s'il avait eu vent de l'intervention de Père ou s'il s'intéressait même à la raison de mon état et de mon manque d'explications. Mais m'excuser était presque une seconde nature, alors pourquoi se priver ?

▬ Trois mille ans... Comment tu as fait pour supporter ça pendant trois mille ans ? Soufflais-je, ne réalisant même pas que j'en était venue à cette question. Le tout sonnais las et triste, et ça l'était, mais j'aurais voulu éviter de le montrer si clairement.




Nolen Y. Xiao

avatar

✥ Je suis : Un ange déchu
Déchu | Neutre



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Lun 16 Avr 2018 - 15:12
Castiel avait une façon de s’exprimer qui me semblait porter le même genre de fatalisme que je supportais à longueur de temps. Nous n’étions pas humains, non, mais nous avions tous deux commis le même péché qu’eux : nous avions commis une erreur et nous devions désormais vivre parmi eux. Sans jamais être vraiment l’un des leurs, sans jamais être vraiment dans le camp de qui que ce soit. C’était un châtiment cruel, si l’on me demandait mon avis, mais personne ne le faisait. Je ne m’étalais pas davantage sur le sujet, préférant essayer encore une fois de comprendre ce qui avait poussé mon supérieur, si vertueux, hors des limites du Paradis. Sa réponse m’arracha une surprise que je cachais mal, mes sourcils se soulevant de nouveau quand mes yeux se posèrent sur lui.

Tomber amoureux d’une humaine… Je trouvais cette idée ridicule. Et pourtant, j’aurais menti en disant que ça ne m’était jamais arrivé. J’avais cotoyé des humains pendant plus de trois mille ans. Bien sûr que certains m’avaient accroché plus que d’autres. Je ne savais pas si l’on pouvait parler d’amour, ce concept me laissait perplexe, me semblait lointain. Comme si je ne l’avais jamais réellement expérimenté moi-même, mais je savais la douleur de perdre une personne devenue soudainement importante à notre vie. Et je tentais de l’éviter désormais.

“Je comprends.” soufflais-je, le regard perdu dans le vague à essayer d’imaginer tout cela. “Que tu ne veuilles pas en parler, je veux dire. Pour ce qui est d’aimer… D’être amoureux… C’est plus compliqué.” Je laissais passer quelques secondes sans rien dire, permettant à cette idée de me gagner, de me réchauffer. L’amour. Ma vie tournait autour de l’art et je savais que l’inspiration de nombreux artistes venaient de là. Mais je ne me souvenais pas avoir déjà ressenti quelque chose d’aussi puissant que ce que l’on pouvait lire dans les poèmes.

Il m’arracha à cette pensée en me posant une question qui me tira un rire et je relevais les yeux vers lui. “Je n’ai pas vraiment eu le choix.” admis-je sans perdre mon sourire. Quelle autre option avais-je, après tout ? Je n’avais le pouvoir de mourir, alors il fallait vivre. “J’ai voyagé, profité autant que possible de chaque petit plaisir que peut offrir ce monde. Ils semblent bien fades à côté d’une vie au Paradis, mais… Après un certain temps, on finit par oublier un peu ce que ça fait, d’être un ange et on s'accommode de tout.” expliquais-je aussi sincèrement que possible. “J’ai tout essayé, lutter contre ma nouvelle réalité, essayer de me fondre en elle, de vivre comme un mortel, disparaître, briller… Jusqu’à trouver un compromis plus ou moins supportable entre les deux.”

Et je ne me sentais pas plus à ma place ici aujourd’hui que je ne m’y sentais trois mille ans plus tôt, mais j’avais appris à me faire à l’idée, à trouver des supercheries pour tenir le coup. Je m’isolais et j’avançais, comme je le pouvais. “Comment c’est ?” demandais-je. “D’être amoureux, je veux dire, vraiment amoureux… “ Je ne voyais que les mauvais côtés à cette idée. La peur, la perte, la douleur… Mais tant de monde autour de moi vivait avec ce concept et ils semblaient tous tellement heureux. Alors pourquoi pas ? Il devait bien y avoir quelque chose de positif à ce genre d’existence.

Connor C. Dikson

avatar

✥ Je suis : Un déchu
Déchu | Rebelle -staff-



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Mar 17 Avr 2018 - 17:20


The fall never ends...





CASTIEL & YERATHEL



Nous étions tout deux fait pour autre chose que ce que nous étions aujourd'hui. J'avais d'ailleurs eu de quoi raviver ce souvenir, ce fait déjà bien présent. Mais les sentiments, les erreurs n'étaient pas faites pour nous. Alors quand il m'avait posé ces questions, j'avais répondu et comblé les blancs. Je me devais d'être honnête avec lui et d'équilibrer les choses, quand j'étais avant le seul à savoir ce qui lui avait valu sa chute. Mais si ma révélation était forcée, si je me sentait le devoir de la faire, j'étais resté concis. J'avais résumé le tout aussi brièvement qu'il me l'était possible et m'était sitôt excusé de la chose.

Mais Yerathel comprenait. C'était du moins ce qu'il disait quand j'avais eu fini de parler. Il disait comprendre, non pas pour mes sentiments de l'époque, mais pour mon silence aujourd'hui. J'ignorai s'il savait ou comprenait dans les moindres détails la raison de ma retenue. Je ne savais pas si tous l'avait sentit, sa présence. Ou si la rumeur avait pu se répandre après la chute de l'usine... Mais quoi qu'il sache, quoi qu'il comprenne, je prenait ce qu'il m'était donné de prendre. S'il comprenait, je pouvait me taire...

▬ Merci. Soufflais-je simplement.

Si parler de moi était difficile, lui semblait plus enclin a la chose et j'avais une question, une peur qui me força à lui poser une question qui sembla le surprendre. C'était peut être simplement ma voix, je l'avais peut être tiré de ses pensées, ou alors... il ne s'attendait pas à cette question... Quoi qu'il en soit, il avait répondu après un rire et j'avais hoché de la tête, comprenant parfaitement.

▬ C'est vrai...

Le choix était limité, la mort seule pouvait résoudre ce problème et ils étaient peu ceux capables de nous détruire. Me concernant, la liste c'était qui plus est amenuisée dernièrement. Je le toisais, curieux d'entendre le reste de ses paroles et écoutait avec attention quand il avait reprit.

▬ J'aimerais que ce soit vrai pour nous tous... Soufflais-je avec dépit, voyant qu'il n'avait pas de solution miracle. C'était à prévoir, mais... j'avais eu l'espoir de trouver un remède à mon état. Car si je n'avais jamais oublié l'ange, si je n'avais jamais cessé d'y penser en cent cinquante ans... aujourd'hui je doutais de pouvoir le faire un jour, ne serais-ce que quelques secondes.

▬ Comment... ? Cette fois, c'était moi qui était surpris par sa question et son enchainement. Je l'avais regardé en répétant ce mot et avait réfléchi longuement. Je n'était pas certain de connaitre la bonne réponse, ni connaitre MA propre réponse.

▬ Je crois que... c'est compliqué. Sûrement le sentiment le plus compliqué qui existe sur cette Terre. Je prenais une pause, cherchant mes mots, cherchant ce que je ressentait au milieu de tout ce vide et cette tristesse.

▬ La dernière fois qu'on m'a demandé de parler des sentiments... j'étais plus... expressif. Je songeais à Methiziah et notre discussion, fermant les yeux pour essayer de retrouver cet état d'esprit.

▬ L'amour, c'est l'un des plus forts. Et si j'y ai succombé quand j'étais... je pense qu'il est vain de lutter. Quand tu aimes quelqu'un... il faut juste te l'avouer. J'imagine que ça épargne des souffrances.

En essayant de trouver mes mots, j'avais perdu l'essentiel : sa question. Je tournais cette dernière plusieurs fois dans ma tête avant de répondre vraiment et ajoutait enfin :

▬ C'est beau, mais c'est aussi douloureux. Tu ne peux pas t'empêcher de penser à l'autre. Tu perds en jugement souvent. Tu... peux te perdre dans l'autre si tu ne fais pas attention. Tu peux trahir tout ce en quoi tu crois... Fis-je avec amertume, continuant pourtant mon récit.

▬ C'est des souffrances, des pertes, des moments de doutes... mais si tu es humain ou... comme nous ici et sans autre solution... J'imagine que ça en vaut forcément la peine !

Je soupirais, reprenant une gorgée de mon verre et le regardait :

▬ Est-ce que ça répond à ta question ?




Nolen Y. Xiao

avatar

✥ Je suis : Un ange déchu
Déchu | Neutre



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Mer 18 Avr 2018 - 15:28
Il aurait fallu me connaître bien intimement pour percevoir dans mes yeux la lueur d’intérêt sincère qui brûlait alors que Castiel tentait de répondre à ma question. Je conservais un air neutre qui ne laissait rien deviner et dont j’étais particulièrement fier, honnêtement. Il était impossible de prétendre que j’avais vécu plus de trois mille ans sur Terre sans jamais m’intéresser de près à l’amour. C’était le sujet principal de la plupart des oeuvres créées chaque jour par des centaines d’artistes dans le monde, j’avais lu à ce sujet plus de poèmes, de romans et de pièces qu’on ne pouvait décemment l’imaginer. Je l’avais trouvé dans la musique, dans la peinture, dans toutes les formes d’expression qui existent. Mais jamais je ne m’étais senti réellement concerné par ce qu’on décrivait en ayant ce concept en tête. J’avais aimé, bien sûr, c’était impossible d’y échapper. Et j’avais souffert, ô j’avais tant souffert de perdre ces êtres chers les uns après les autres à mesure que le temps passait et que leur mortalité me les arrachait. Mais le véritable amour, celui ayant inspiré Rodin, Shakespeare, De Bussy ou Picasso ? Celui que chaque être sur cette Terre semblait pourchasser à tout prix… Il m’échappait forcément, je n’en avais jamais douté, pour la seule raison qu’aucune des oeuvres essayant de le représenter ne me touchait profondément, totalement.

“Je ne sais pas, je suppose que oui.”
répondis-je étrangement sonné par la description que venait d’en faire Castiel. La façon qu’il avait d’en parler recoupait ce que j’en avais déjà lu. Et ce qui en ressortait plus que tout le reste n’avait rien d’appréciable. La douleur. Une souffrance telle qu’elle était au centre de tout ce que pouvaient en dire ceux qui l’avaient connu. “J’ai juste du mal à comprendre, je crois, pourquoi l’on voudrait subir quelque chose d’aussi douloureux que ce que tu décris. La vie me semble suffisamment pesante comme ça, d’autant plus pour ceux de notre condition qui doivent la supporter pour l’éternité. Pourquoi rajouter à son fardeau en s’encombrant ainsi d’une histoire qu’on sait condamnée avant même qu’elle ne commence ?” Il était peut-être là, mon problème, je ne laissais pas une chance à ce genre de chose de me tomber dessus parce que je connaissais déjà la fin de l’histoire et que ce qui ne m’apportait aucune surprise m’ennuyait.

J’avalais une nouvelle gorgée d’alcool en réfléchissant quelques instants à tout cela, jusqu’à décider que je n’étais finalement pas plus malheureux même sans avoir vécu ce grand amour qui faisait rêver tout un chacun. Un jour, peut-être, aurais-je ce plaisir, mais ça n’avait aucune importance à mes yeux. “Depuis combien de temps es-tu sur Terre ?” demandais-je finalement en relevant les yeux sur l’homme à mes côtés. Je devinais au poids pesant si évidemment sur ses épaules que ça ne devait pas être aussi long que pour moi. Il me semblait encore perdu dans cette période douloureuse de deuil par laquelle nous passions tous après avoir perdu l’éclat de nos ailes. Il luttait encore pour accepter sa condition, sinon il ne m’aurait pas demandé comment j’avais tenu le coup plus de trois mille ans. Je me sentais triste pour lui, ou presque du moins, mais je ne pensais pas pouvoir l’aider réellement. Il revenait à chacun de prendre le temps nécessaire pour trouver une façon de trouver la paix malgré tout et dans le cas des chanceux ayant connu le Paradis, ce temps pouvait se révéler, hélas, douloureusement long et pénible. C’était finalement comme le grand amour, que de vivre en immortel au milieu des Hommes : on y trouvait des joies, des plaisirs, mais le sentiment qui persistait intrinsèquement à tout le reste, c’était la douleur.


Connor C. Dikson

avatar

✥ Je suis : Un déchu
Déchu | Rebelle -staff-



MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   Jeu 19 Avr 2018 - 20:35


The fall never ends...





CASTIEL & YERATHEL



Mes explications avaient été lourdes, difficiles à sortir, mais je l'avais fait. Malgré le sens de certaines phrases, malgré les choses que j'avais tue au milieu. Et quand j'avais demandé à Yerathel si l'explication lui convenait, il semblait satisfait.

Mais bien vite, alors que sa première réponse avait été positive, une autre question était venue, plus précise, plus sombre.

▬ J’ai juste du mal à comprendre, je crois, pourquoi l’on voudrait subir quelque chose d’aussi douloureux que ce que tu décris. La vie me semble suffisamment pesante comme ça, d’autant plus pour ceux de notre condition qui doivent la supporter pour l’éternité. Pourquoi rajouter à son fardeau en s’encombrant ainsi d’une histoire qu’on sait condamnée avant même qu’elle ne commence ?

Ses mots semblaient rester sobres, hypothétiques, mais ils résonnaient en moi comme jamais. Pourquoi ? Pourquoi Katleen, pourquoi Alice ? Pourquoi si c'était pour finir ici, dans ce bar avec une seule envie, que tout ça s'arrête ?

▬ Je crois que tu poses la question à la mauvaise personne, Yerathel. Soufflais-je, prenant une gorgée avant d'ajouter :

▬ Je n'ai pas toujours fait les meilleurs choix. En amour non plus. Et... aujourd'hui, si je devais donner une réponse honnête avec tout ce qui...

J'inspirais longuement, enquillait le reste de mon verre en faisant signe qu'on continue de m'approvisionner et finissait par ajouter avec tristesse la seule réponse que je trouvais à donner.

▬ Il n'y a pas de raison. Et si j'ai dit que ça devait en valoir la peine... J'essaie toujours de m'en convaincre.

Pas un seul jour ne s'était écoulé depuis ma chute sans que je ne pense à tout ce que j'avais perdu. L'amour avait aidé, c'était certain, mais seulement dans les moments heureux. Et il y avait eux ces problèmes, ces désastres... Je n'avais jamais pu oublier le lien avec Dieu, oublier ce à quoi j'avais tourné le dos au nom de ce sentiment. Je regrettais et regretterais toujours mon choix et aujourd'hui, alors qu'il me demandait pourquoi ça en vaudrait la peine... je n'avais rien de positif à dire. Parce que si on me l'avait dit, si j'essayais de me convaincre... je n'en avait malheureusement jamais eu la preuve.

▬ Désolé. Ça sonne surement plus pathétique et démoralisant que ce que tu voulais entendre mais... Il y a la théorie et la pratique. Spécialement quand tu es comme nous.

Je pesais mes prochains mots, conscient que c'était me donner un coup dans l'estomac que de les prononcer. Et soufflais, contenant au maximum les sentiments qui en découlaient :

▬ Quand on est immortel, quand on a tout perdu... Aimer, c'est plus synonyme de perte que pour de nombreux autres. Ça ne m'as pas empêcher de tomber amoureux. Mais... aujourd'hui ma petite amie est sûrement dans sa chambre d'hôtel en train de regarder un truc à la télé et je suis là... Je crois que ça se suffit en soit comme explication.




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel   
 

The fall never ends... ▬ Feat. Yerathel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-