[H 14-16 et +] I've been hanging on the phone... • [Adarke]


 [H 14-16 et +] I've been hanging on the phone... • [Adarke]


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Clarke Spencer

avatar



Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière




MessageMar 12 Juin 2018 - 13:53


I've been hanging on the phone...





ADAM & CLARKE, ADARKE




J'étais à mon appartement, plongée dans un bouquin sur les procès de Salem depuis des heures. J'avais passé la matinée de mon jour de repos de cette manière, histoire de m'occuper l'esprit et éviter de penser à Adam et l'enquête qui n'avançait pas. Et quand je parlais d'enquête, ce n'était pas uniquement celle des flics à qui j'avais signalé sa disparition. C'était également la mienne, celle que j'avais lancé de mon coté impliquant la magie et les démons que je trouvais à interroger.

J'avais même impliqué Cassandre, mon mentor, la dedans. Suivant ses conseils sur les lieux ou trouver des démons et surtout, acceptant son aide car elle était bien plus douée que moi. Plus ancienne, plus puissante et... moi en dehors des potions et sorts, je n'avais aucun pouvoir pour me protéger contrairement à elle. Je n'avais que des dons divinatoires qui ne m'étaient d'aucune utilité pour retrouver Adam. C'est bien la peine d'avoir tous ces pouvoirs, si je ne peux pas trouver la seule personne que je veux retrouver...

Le sort pour Saskia avait fonctionné, j'avais facilement pu vérifier qu'elle allait bien et était partie comme je le pensais de son plein gré. Mais Adam... j'avais essayé sort après sort, interrogé des indics, des démons, essayé des potions pour provoquer des rêves ou les amplifier... J'avais tout essayé mais à chaque fois... RIEN. C'était comme si quelque chose m'en empêchait, ou quelqu'un. J'avais toujours des rêves prémonitoires, j'avais toujours ma clairvoyance, même si c'était surtout avec Caleb qu'elle se déclanchait. J'avais aussi ces impressions qui se trouvaient être un nouveau pouvoir comme je m'en était douté. Un autre... parce que les autres sont tellement efficaces, c'est sur ! La précognition... des intuitions sur l'avenir. Des futures probables... En plus de tout ce que je voyais déjà...


▬ Trois putains de dons divinatoires et pas un seul pour m'aider ?

Je soufflais, en colère et posait le livre brutalement sur mon bureau. Décidémment, la distraction apportée par les procès et l'injustice de ces derniers ne fonctionnait qu'a un certain point. Une pensée, une seconde et hop, j'étais repartie sur le terrain des reproches et des flagelations.

Je prenais une profonde inspiration et ouvrait le tiroir du bureau, en sortant la Caitria que j'avais spécialement faite pour Adam. Je lui avait donné juste avant qu'il ne disparaisse et je l'avais retrouvée chez lui, par terre il y a quelques semaines. Ou es-tu ? Songeais-je le regard rivé sur la bague. J'essayais une énième fois de me concentrer sur la bague, sur lui et de déclancher mon pouvoir de clairvoyance avec lequel je m'entrainait depuis des semaines. Je tentais tant bien que mal de le provoquer pour voir autre chose que Caleb avec qui j'étais liée. Je voulais trouver Adam, voir ce qu'il voyait, avoir des indices, mais à chaque fois j'avais heurté un mur. Et là... JE rouvrais les yeux subitement, les écarquillant à cause de la surprise.

▬ Est-ce que j'ai vraiment vu quelque chose ? Est-ce que c'était lui ?

Je n'arrivais pas à m'en convaincre, une partie de moi était persuadée que quelque chose était différent des autres fois. J'avais vu quelque chose, mais est-ce que c'était lui ? Est-ce que...

Je prenais de nouveau la bague et la serrait dans mon poing à en faire blanchir mes jointures. Je me concentrais, soufflais un grand coup et essayait de nouveau. Le résultat fu le même, le même mur, les même meubles... Cet endroit me disait quelque chose. J'allais reprendre une nouvelle fois quand j'avais entendu "girls just want to have fun" derrière moi. La sonnerie de mon portable, une connerie de Saskia que je n'avais jamais changé. Je prenais mon telephone et allait mettre sans on, pour laisser le répondeur prendre la relève quand je voyais le numéro.

▬ Allo !

L'indicatif et les chiffres m'avait convaincue de répondre, j'avais reconnu le début du numéro qui correspondait à celui du détective que j'avais eu la semaine dernière.

▬ Mademoiselle Spencer ?

Ma respiration s'était coupée en reconnaissant sa voix. Il m'appelait, mais pourquoi ?

▬ Oui...c'est... moi !

▬ Ici le détective Manners, j'aimerais vous voir au poste au plus tôt.

Mon coeur s'était serré et j'avais crispé ma main sur mon portable, sentant ma respiration s'accélérer.

▬ C'est Adam ? Vous... qu'est-ce qui se passe ?

▬ Oui c'est au sujet de monsieur Sykes. Je ne voulais pas vous faire de faux espoirs mais... nous avons retrouvé un jeune homme séquestré dans un bâtiment abandonné en périphérie de la ville ce matin. Il correspond à la description, nous avons lancé quelques vérifications, il est actuellement en route pour l'hôpitalo et je vais y aller également, on devrait y être d'ici une quarantaine de minutes. J'aurais voulu que vous...

▬ J'arrive ! Je serais là d'ici quarante minutes aussi, suivant le trafique et... J'arrive !

J'avais entendu le détective baragouiner un merci dans le combiné, mais j'étais déjà en train de raccrocher et d'aller chercher mes clefs de voiture et mon sac, dans lequel j'avais glissé la bague que j'avais toujours en main. Avec cette nuit permanente, les gens dehors étaient moins nombreux, mais ils roulaient cela dit plus doucement et pour ceux qui travaillaient... bref, le trafic avait tendance à être terrible. Et je devais traverser toute la ville pour rejoindre l'hôpital.

J'ignorais s'ils voulaient que je l'identifie ou si la question des vérifications étaient toute autre. Mais je m'inquiétais. Pourquoi me faire venir ? Pourquoi des faux espoirs ? Peut être qu'Adam était inconscient quand ils l'avaient trouvé ? Peut être que ce n'était pas Adam ? Tout un tas de questions me venait en tête alors que je montais dans la voiture et avec les quelques arrêts que j'avais du faire à cause du trafic ralenti... j'avais eu le temps d'y penser plus que nécessaire.

Toutes les possibilités se succédaient dans ma tête et je réfléchissais encore au pire cas de scénario quand j'arrivais sur le parking du C.M.H.C.. Je me garais et sortait du véhicule, puis prenait le portillon pour quitter le parking quand je voyais une ambulance se garer un peu plus haut. Il faisait nuit noir mais avec les lumières de l'ambulance, je pouvais suffisamment voir.

▬ Adam... Chuchotais-je d'abord, sûre qu'il s'agissait de lui, mais croyant presque à un mirage.

▬ ADAM ! Hélais-je, cette fois bien plus fort avant de courir dans sa direction. Sans réfléchir, je m'étais jetée dans ses bras, trop heureuse de le revoir en vie. Il est peut être blessé et toi tu te jettes comme ça ? Bien joué ! Je me détachais aussitôt et lui offrait ainsi qu'aux personnel médical une moue contrite, puis soufflais finalement :

▬ Est-ce que ça va ?








Dernière édition par Clarke Spencer le Dim 17 Juin 2018 - 16:10, édité 1 fois

Adam J. Sykes

avatar



Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur





MessageJeu 14 Juin 2018 - 1:35



Il correspond à la description physique du jeune homme qu’a été porté disparu. Adam Sykes.

T’ouvres les paupières lorsque t’entends ton nom. Oui, c’est moi, que t’hurles. Et, pourtant, tes lèvres restent soudé l’une contre l’autre, incapable de prononcer le moindre mot, la moindre syllabe. Il y a une main qui se pose contre ton épaule, une silhouette qui s’accroupie à ta hauteur alors que tu tentes de soulever ta tête bien trop lourde. La gravité qui se fout de ta gueule. Tu clignes des yeux pour retrouver une vision à peu près correcte, en vain. T’es cloîtré sur cette chaise depuis bien trop longtemps, déjà. Si bien que tu ne pensais plus la quitter un jour. Des doigts glissent sous ton menton pour maintenir ton crâne élevé alors qu’une lueur aveuglante t’agresse la rétine.

Il est en piètre état. Il faut le transporter aux urgences. Tout d’suite!

Ta carcasse est rapidement libérée des liens qui te clouaient dans une position peu confortable et te voilà maintenant allongé sur un mince matelas que t’arrives, tout de même, à grandement apprécier. Tu ne te plaindras plus jamais de ton pieu à partir d’aujourd'hui. Si, un jour, t’as la chance d’y dormir à nouveau, bien entendu. Non, parce que tu restes méfiant malgré les voix rassurantes qui s’animent autour de toi, craignant que ce ne soit qu’une illusion grotesque, un rêve éveillé. Tes paupières qui s’alourdissent de plus belle en t’enfonçant davantage contre la minuscule couchette, t’abandonnes ton faible combat et tu te laisses doucement bercer par les bras de Morphée.

Tu te réveilles en sursaut, tes prunelles qui cherchent à déchiffrer l’endroit où tu te situes exactement. T’es à l’intérieur d’une ambulance. Génial. Manquait plus que ça! Tu te redresses, maintenant en position assise sur la couchette alors qu’un des ambulanciers se ruent vers toi.

Restez allongé, monsieur… Sykes, c’est bien ça?

T’hoches la tête alors qu’il prend ton pouls. Tu remarques enfin l’aiguille qu’est planté dans ton bras et tu déglutis, posant à nouveau tes yeux dans celui de l’homme qu’est debout, devant toi.

C’pas nécessaire. J’me sens bien, j’le ju-

Il te fait signe de te taire d’un mouvement de la main. Ok. Tes lippes se referment alors que l’ambulance s’arrête. Les portes s’ouvrent sur le stationnement de l’hôpital et ton soluté est rapidement retiré alors qu’on te pousse presque jusqu’à l’extérieur.

Non. Lâchez-moi! J’veux pas aller là d’dans. J’veux pas!

Tu cries presque alors que le personnel médical se mette à chuchoter entre eux. Tu parviens à dénoter quelques-unes de leurs pensées. Selon eux, tu vis un traumatisme et il te faut de l’aide. Oui, ça, tu t’en doutais. Le fait que tu ne veules pas entrer dans l’hôpital et que tu gueules ne doit pas pencher en ta faveur. T’as l’air de tout sauf d’être mentalement stable. Et, pourtant… Tu poses ton cul sur le rebord de l’ambulance pendant qu’ils discutent toujours entre eux de ton triste sort. T’as mal, oui, mais tu n’es pas au stade critique non plus. T’es capable de marcher, de bouger… c’est bon signe, non? Pour un mec qu’a été enlevé pendant plusieurs semaines, c’est même assez surprenant que tu tiennes toujours debout. Comme quoi tes ravisseurs ont bien fait ça.

Adam…

Faible murmure qui parvient à tes tympans, comme s’il s’agissait d'un songe étouffé ou d’un écho lointain. Comme si ton cerveau te jouait des tours et qu’il répétait ton prénom, encore et encore, à force de l’avoir entendu beaucoup trop souvent ce soir. Mais, il y a cette brève hésitation, accompagné d’un froncement de sourcil. Étant donné que, cette fois-ci, c’est sa voix que t’as décelé. L’est-elle? Tu te lèves brusquement du rebord de l’ambulance, tes pieds qui butent le bitume alors que t’analyses les lieux d’un battement de cil.

ADAM !
Clarke !

T’attrapes sa silhouette lorsqu’elle se jette sur toi, réprimant une grimace. Non, parce que tu viens tout juste de mentionner aux personnelles médicales que t’allais bien alors tu n’as pas envie d’être coincé ici encore longtemps. Et puis, avec tout ce que tu viens d’endurer comme torture, l’étreinte de Clarke n’est pas la plus désagréable. Oh que non! Tu tentes de la serrer davantage contre toi malgré ta force casi inexistante, mais elle se détache rapidement, à ta grande déception. Toi qui croyait ne plus jamais la revoir, t’as le myocarde qui s’emballe sous ton torse.

Est-ce que ça va ?
Je… ouais. Ils veulent pas tellement m’laisser partir, tu sais. Ils disent qu’je devrais voir un médecin. Et un psychiatre.

Tu soupires. Après tout, c’est logique, il s’agit de la procédure. T’as été kidnappé, ligoté et torturé. Pour eux, c’est tout à fait normal d’être perturbé par cet événement. Et tu l’es. Un peu. Cela dit, tu ne te souviens de rien ou, enfin, pas grand-chose. Ils s’en sont pris surtout à l’âme lorsque ce dernier prenait le dessus. Toi, ils t’ont laissé tranquille. Enfin, la plupart du temps. Alors, t’as beau comprendre que la situation aux yeux d’un être humain lambda peut sembler dramatique, mais, de ton côté, c’est devenu ton quotidien de vivre ainsi. Et quand t’as une Clarke dans ta vie, tu n’as pas besoin d’aide psychologique quelconque, sa simple présence te suffit à rester moindrement sain d’esprit.

J’ai juste envie d’une putain d’bonne douche. Et d’un repas pas trop dégueulasse.

Tu souris faiblement, la fatigue qui étire tes traits. Tu n’as pas dormi suffisamment pour reprendre assez d’énergie. Par contre, tu dois avouer que la compagnie de la rouquine te procure une légère dose d’adrénaline. Tu glisses tes doigts contre sa joue, tes iris qui s’ancrent dans les siens.

Merci… d’être la seule qu’a r’marqué ma disparition. J’suis content d’te voir, Clarke.

Et, pour le coup, ça te fait du bien de savoir qu’il y a bien quelqu’un sur cette terre qui s’inquiétait à ton sujet. Tu sais pertinemment que c’est elle qu’a informé les autorités de ton absence suspicieuse. Personne d’autre qu’elle l’aurait fait. Tout simplement parce qu’il n’y a pas masse de gens dans ton entourage et t’es content qu’elle en fasse partie.

Clarke Spencer

avatar



Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière




MessageDim 17 Juin 2018 - 16:32


I've been hanging on the phone...





ADAM & CLARKE, ADARKE



Je n'étais restée contre lui qu'un court instant. Juste le temps de réaliser que j'avais sauté sur un blessé et risquait d'empirer son cas. Il n'avait pas l'air en pleine forme, mais il était vivant et lucide. Il était lui. Pas d'âme, pas de cadavre... C'est glauque ! Je secouais la tête, chassant ces pensées et le regardant alors qu'il répondait à ma question concernant son état.

▬ Je… ouais. Ils veulent pas tellement m’laisser partir, tu sais. Ils disent qu’je devrais voir un médecin. Et un psychiatre. Il soupirait avant d'ajouter : J’ai juste envie d’une putain d’bonne douche. Et d’un repas pas trop dégueulasse. Je lui souriais, tentant d'être compatissante alors que j'ignorais encore tout de ce qui lui était arrivé. Puis je tressaillait en sentant sa main se poser sur ma joue. Ce n'était pas de la peur, c'était la surprise de son geste qui m'avait fait sursauter de manière presque imperceptible. Merci… d’être la seule qu’a r’marqué ma disparition. J’suis content d’te voir, Clarke. Je m'étais tellement inquiétée, j'avais été d'un coup rassurée, une vague de joie m'avait envahie, mais avec son geste... le reste était revenu. J'ignorais ou on en étaient. J'ignorais ce qui s'était passé pour lui, ce que j'avais cru voir entre lui et Dylan...

▬ Je... de rien. Je ne savais pas quoi dire d'autre et je n'avais donc rien forcé. Au lieu de ça, je me repassait en boucle ses paroles précédentes et réalisait qu'il me fallait lui donner quelque chose. Je sortais la bague de mon sac, essayant d'être la plus discrète possible vis-à-vis du personnel médical autour de nous.

▬ Mets ça ! Tout de suite. Je ne veux pas que... Et puis s'ils veulent vraiment te faire voir un psy... Autant qu'il n'y ai qu'une personnalité à interroger, sinon ils vont vraiment te prendre pour un fou.

Je me montrais directive, presque distante et ce sans prévenir. Et le pire dans tout ça, c'est que j'étais la première à ne pas aimer la sensation que ça me procurait. Je sentait comme un poids sur ma poitrine, j'étais oppressée. J'avais envie de lui poser tout un tas de questions, j'avais envie de le prendre de nouveau dans mes bras et de me gifler pour ça. Je voulais tellement de choses que c'était difficile de suivre le fil, même pour moi.

Nous avions eu quelques instants et déjà les ambulanciers étaient revenus pour conduire Adam à l'intérieur. J'aurais voulu avoir plus de temps, mais c'était compliqué de leur reprocher de faire leur boulot, de respecter la procédure. Ils l'attiraient plus loin et je le regardait, voyant du coin de l’œil le détective Manners s'approcher de moi.

▬ Je reste ici, Adam. Je... je te retrouve après ! Promis. Soufflais-je en me tournant vers l'enquêteur.

Il avait vite comprit qu'ils avaient retrouvé la bonne personne. Il n'y avait plus de doute, mais j'avais du faire une déposition. Ou je ne sais quoi. Après tout j'étais celle qui l'avait déclaré disparu. Ça avait duré un long moment, une demi heure peut être bien. Une demi-heure pendant laquelle Adam était censé se faire admettre dans une chambre, recevoir les premiers soins et... ensuite ils prendraient sa déposition à lui. C'était du moins ce que venait de dire le détective.

▬ Est-ce que... Il doit être épuisé si... Est-ce que ça pourrait pas attendre ? Demain ? Je vais veiller ici cette nuit. Mais je pense qu'après tout ça, il mérite bien un peu de repos...

▬ J'imagine que si. Je vais demander à ses médecins avant, quoi qu'il en soit.

Je lui avait alors faussé compagnie avec un merci et il avait continué de noter deux trois choses alors que je m'approchais du médecin qui se trouvais devant la chambre d'Adam. Je regardais l'heure, 17h02. La discussion avec le détective m'avait parue plus longue que ça...

▬ Il dors ? L'infirmière à coté du médecin avait hoché la tête à la négative et avait ajouté quelques mots gentils avant de me dire que je pouvais entrer si je le voulais. Mais fait quelques pas en direction de la porte, puis m'était ravisée.

▬ Le détective voulais l'interroger ce soir, mais...

▬ Il devra attendre demain. Monsieur Sykes à besoin de repos et il doit voir un de mes collègues demain matin, avant toute chose. Il devait parler du psy qu'avait mentionné Adam. Mais bien sûr, il ne disait rien de trop précis. Je hochais la tête, le remerciait et entrait avant d'entendre un dernier 'ne restez pas trop longtemps' derrière moi. J'avais plus ou moins ignoré la chose, car il était hors de question que je quitte les lieux. Quitte à réaliser un sort pour me planquer, j'allais camper ici toute la nuit.

▬ Re-bonjour. Soufflais-je en m'approchant du lit dans lequel ils l'avaient installé.

▬ Cette fois... on devrait être un peu tranquilles. Les médecins devraient empêcher le détective d'entrer de ce que j'ai comprit. Et... ils ont fini pour ce soir. Ton prochain rendez-vous est demain matin, avec le psy, c'est ça ? Je crois que les horaires de visites vont bientôt être finis. Mais... je trouverais une solution pour rester. Il est encore tôt en plus...





Contenu sponsorisé








Message
 

[H 14-16 et +] I've been hanging on the phone... • [Adarke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-