Can you stop doing stupid things ? (Marek)


 Can you stop doing stupid things ? (Marek)


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Cahan O'Leary

avatar



Nephelim -staff-
✥ Régime : Sang Démoniaque
✥ Né(e) en : 1990
✥ Gains : consécration / soldes
✥ Look like : Danielle Campbell
✥ M.C : Cassandre Keras, Aniel, Caleb Isaac




MessageMer 5 Déc 2018 - 17:26


Can you stop doing stupid things ?



Marek Seymour



Cahan O’Leary



Une autre soirée ordinaire pour terminer un autre jour ordinaire… Enfin… si seulement l’ordinaire existait ! À défaut, disons simplement que ma soirée ressemblait à s’y méprendre à toutes les autres de la semaine et même du mois entier. Comme tous ces soirs, j’étais en poste derrière le comptoir du O’Sullivan Pub à servir les clients, des irlandais pure souche comme moi pour la grande majorité. Une pinte par-ci, une autre par-là, un ou deux mecs bourrés à qui j’avais pris leurs clefs – mon chef le leur rendrait demain quand ils repasseraient – quelques phrases minables pour tenter vainement de me draguer, une ou deux remarques désobligeantes auxquelles j’avais répondu sèchement… Rien d’inhabituel en somme...

Rien, sauf peut-être l’agglutination atypique autour du jeu de fléchettes. S’il n’était pas rare que la cible attire quelques clients pour un temps, cela l’était bien plus qu’une personne y reste toute la soirée en pariant coup sur coup. J’observais son manège depuis un moment déjà, non pas que ce qu’il faisait m’intéresser outre mesure. Je voyais néanmoins une possibilité pour la situation dégénère à un moment ou à un autre. Si j’avais bien compté – ce qui était le cas – c’était déjà la neuvième personne à qui il piquait du fric en lançant systématiquement sa fléchette dans le centre de la cible. Statistiquement parlant, c’était tout bonnement impossible. Si j’en étais venue à cette conclusion, d’autres le feraient sûrement d’ici peu, et monsieur « lancer parfait » risquait de se retrouver seule contre une bande d’irlandais en colère… ce qui était aussi un risque pour moi. Un risque que je ne voulais pas prendre.

Honorant les dernières commandes qui venaient d’être passées, je remplissais une chope de plus que je posais sur un plateau avant de quitter mon bar pour m’approcher du jeu de fléchettes. Le dixième et le onzième perdant repartaient, tout deux plus légers de quelques dizaines de dollars et ne cachant pas leur mécontentement.

« Je vous l’offre si vous arrêtez d’arnaquer tous mes clients. » Lançais-je à celui qui comptait les billets qu’il avait amassés.






Marek A. Seymour

avatar



Sorcier
✥ Nature : De Lignée
✥ Statut : Non Pactisé
✥ Né(e) en : 1994
✥ Look like : Dennis Van der Berg
✥ M.C : Jace Ambden, Maxens I. Aurèle




MessageDim 9 Déc 2018 - 18:49
*Se faire virer de presque tous les boulots dans lesquels il s'était lancé : FAIT
*Ne pas se présenter à plusieurs rendez-vous judiciaires : FAIT
*Se comporter comme un con et provoquer des bagarres : FAIT
*se faire éconduire : FAIT
*Se faire humilier et snober : FAIT
*Se faire harceler par des types louches : FAIT
*Gagnez de l'argent en surfant sur les croyances humaines : EN COURS...


Les poches presque vide, Marek avait très grandement besoin de se refaire un petit bas de laine. Son chien, Bacchus ne comprenait pas le concept de « on a plus de sou donc on achète rien ». Lui se contentait d'avoir faim et de réclamer ses croquettes. Comme le bon papa qu'il était, Marek se mettait au turbin et trouvait des manigances pour faire rentrer de l'argent. Ce soir, il traînait dans un pub irlandais... il n'avait rien consommé encore, se contentant de faire la conversation de table en table, avant d'hameçonner sa première victime. Bon enfant, ils s'étaient défiés aux fléchettes et désormais, Marek tenait le pied de grue depuis près d'une heure, observés par de nombreuses paire d'yeux et enchaînant les participants. Toutes ses flèches atteignaient le centre ou ses alentours, marquant toujours plus de points que ses adversaires. Parfois quand il sentait que les plus audacieux n'avaient pas envie de perdre les 15$ du pari, Marek mimait avoir quelques douleurs dans l'épaule à force de garder son bras levé. Les participants se sentaient à nouveau en vaine et revenait à lui... jusqu'à ce que, de nouveau, il y ait un creux dans le service.

Parfait, il pourrait donc commencer à compter son argent. S'asseyant à une table près du bar, il mouilla le bout de son doigt et compta un à un les billets. 165 foutus dollars ! Il avait gagné 165 foutus dollars en une heure, presque sans effort. Il se retînt de bondir sur son fauteuil et pensa au repas pantagruélique qu'ils allaient s'offrir tous les deux, lui et son fidèle Bacchus. Il pourrait même se trouver un petit motel pas cher... dormir dans un lit, prendre une douche chaude. L'extase !

Marek releva son regard encore brillant de cette pensée, sur la serveuse qui s'adressa à lui. Visiblement, elle n'avait pas apprécié son petit numéro, ce qui n'était pas sans rajouter à son charme.

_ Vous faites une partie ? Vous n'êtes pas cliente... Marek observa la pinte posée sur le plateau. C'était assez enviable, il devait bien l'avouer. C'était gratuit, donc forcément, il n'avait pas envie de la laisser passer. La bière est tentante mais si on fait une partie pour rien, est-ce que j'y aurai toujours le droit ? Sourit-il avec un brin d'audace. Et si vous avez cinq minutes à m'accorder, je serai assez curieux de voir où se trouve l'arnaque en question ? Sont-ce vos fléchettes qui seraient lestées ? Votre cible, aimantée ? Dans ce cas pourquoi moi et pas un autre ? Il fit rouler une fléchette sous ses doigts contre le bois de la table. Je vous donne un cours si vous voulez ? Et je peux vous assurer qu'avec moi à vos côtés, vous mettrez dans le mille. Marek observa les alentours avant de poursuivre. On est dans un pub irlandais, non ? Alors voyez moi comme une version moderne du leprechaun.

Cahan O'Leary

avatar



Nephelim -staff-
✥ Régime : Sang Démoniaque
✥ Né(e) en : 1990
✥ Gains : consécration / soldes
✥ Look like : Danielle Campbell
✥ M.C : Cassandre Keras, Aniel, Caleb Isaac




MessageLun 10 Déc 2018 - 16:58


Can you stop doing stupid things ?



Marek Seymour



Cahan O’Leary



Je le voyais venir aussi gros qu’une cathédrale, d’où la décision que j’avais prise. Si en offrant une pinte à celui qui vidait les poches de mes autres clients – quoi qu’il n’avait rien commandé jusqu’à maintenant, ce n’était donc pas encore un client – je pouvais éviter une bagarre, je n’en serais que mieux. Quelques unes de ses victimes s’avéraient être des bagarreurs qui avaient déjà fait couler le sang d’une lèvre ou d’une arcade… les irlandais ont le sang chaud, et je n’avais pas besoin d’une démonstration, j’étais moi-même une irlandaise, la bagarre pour tout et n’importe quoi, ça coulait dans mes veines malgré moi. Mais je ne voulais prendre aucun risque, la moindre goutte de sang pouvait me faire perdre le contrôle, et je ne le voulais pas. Je n’avais pas quitté mon travail à l’hôpital cinq ans plus tôt pour rien.

Arrivée jusqu’à mon arnaqueur d’un soir, je lui proposais un deal que je jugeais correct : une pinte gratuite contre l’arrêt de son activité frauduleuse. Il y avait deux possibilités de réponses : il refusait, se vexait d’être accusé à tort et trouvait le moyen de faire un scandale, ou il acceptait avec une option drague tout à fait envisageable. Lorsqu’il ouvrait la bouche, je penchais vite pour la deuxième solution… et avec l’option drague apparemment. Quoi qu’il semblait aussi prendre un peu de la première solution en me demandant ouvertement de quelle arnaque il retournait.

« Hum… petit, attaché à l’or et farceur ? » Demandais-je, en réponse à sa remarque sur les lepreuchauns. « Les deux derniers ont l’air de se vérifier, mais vous me paraissez grand pour un lepreuchaun. » Ajoutais-je non sans un brin d’humour. Je laissais un léger blanc avant de reprendre. « Je vous offre une pinte et par la même je vous évite de vous faire casser la gueule par une bande d’irlandais en colère, et vous trouvez le moyen d’en demander plus ? » Peut-être ne voyait-il pas la bagarre se profiler, mais moi je la voyais, dans deux ou trois pintes – que les habitués ne manqueraient pas de prendre – toute l’histoire dégénèrerait bien rapidement. « Je sais déjà jouer aux fléchettes, je n’ai pas besoin d’un cours. Quant à l’arnaque… vous n’avez pas raté une seule fois le centre ou ses alentours… statistiquement, c’est tout bonnement impossible. À moins que vous soyez un champion de lancers de fléchettes, autrement l’arnaque réside à faire croire que vous n’êtes qu’un joueur occasionnel. » Je marquais une pause. « Vous la voulez cette pinte ? »



Marek A. Seymour

avatar



Sorcier
✥ Nature : De Lignée
✥ Statut : Non Pactisé
✥ Né(e) en : 1994
✥ Look like : Dennis Van der Berg
✥ M.C : Jace Ambden, Maxens I. Aurèle




MessageLun 10 Déc 2018 - 23:01
Il avait connu des barmaids et des serveuses moins conciliantes et diplomates qu'elle. Cette soirée semblait vraiment tourner sous de bonnes augures, ça le changeait des habituelles merdes qui lui tombaient sur le coin du nez ! Pas une insulte, rien. D'un soupçon subtil, elle l'avisa de son air cupide et il n'aurait pu nier que dans sa situation, l'argent était important. Mais ce n'était pas avec ce genre de mot qu'il se mettrait en colère. La discussion l'amusait plus que tout autre chose :

_ Je suis un leprechaun de l'Est. On est beaucoup plus grand là-bas. Argumenta-t-il sans se démonter avant de plier sa liasse de billets en deux et la ranger dans sa poche. Il avait bien gagné sa soirée et pouvait concéder s'arrêter là. C'était si gentiment demandé ! Et qui plus est, elle était venue pour le sauver, plateau au bras ! Marek fit un tour de bar du regard... il est vrai que certains clients avaient leur tête des mauvais jours et qu'on parlait encore un peu de son exploit mais personne ne le dévisageait. Il y a des tas de choses que vous ne pouvez pas avoir si vous n'oser pas les demander. Ajouta-t-il, revenant dans la conversation après un bref silence. Et il avait été de ceux qui n'osent rien durant des années alors elle pouvait le croire sur parole quand il lui disait que certaines choses ont besoin d'un coup de pied au derche pour commencer à exister. Marek se redressa, attrapa la pinte qu'il dégagea du plateau pour la poser sur la table et lui fit face pour lui tendre sa main. Marek, champion de fléchettes au pays des Leprechaun de l'Est !

Les présentations faites. Il s'était rassis. La jeune femme avait du travail ! Et si les clients pouvaient lui pardonner de leur avoir volé 165$ au total, ils se feraient couper en fines lamelles pour avoir trop longtemps regardé la serveuse.

_ Je garde la pinte, on a un deal !

Marek ne refit pas de fléchettes et honora la requête même lorsqu'un audacieux insista pour refaire une manche. La discussion commença même à devenir houleuse quand le grand gaillard prit la fléchette sur la table pour la planter dans le bois dans un geste impulsif. Après quelques mots de plus, l'homme finit par s'en aller.
Marek resta longuement assis à boire sa bière et en apprécia toutes les saveurs. Les dernières bières qu'il avait bu provenait d'un supermarché lowcost et avaient été bu tièdes. Le problème de sa camionnette, c'est qu'il y faisait soit trop chaud, soit trop froid... l'entre deux était assez rare.

Quand la pinte fût vide, Marek quitta sa table et le bar dans un même temps. La serveuse avait bien remarqué qu'il aimait tirer sur la corde, marchant à pleine bottes sur les conventions. Il était revenu, mais pas sans un présent. Sans se démonter, les mains terreuses, il s'était approché du bar et avait tendu un bouquet de fleurs fraîchement dépotées.

_ Tous les fleuristes sont fermés à cette heure... alors je les ai cueilli pour toi, sur le balcon d'un immeuble. Il s'en amusa et lui tendit l'objet de son délit. Avec un peu de chance, elle repoussera une fois replantée... Enfin voilà, c'était pour te remercier d'avoir voulu me sauver la peau... et maintenant je vais reculer vers la porte en espérant que tu m'invites à bavarder après le service. Il commença à reculer. Attention, je m'éloigne. Encore deux pas vers l'arrière. Je suis presque à la sortie ! Il posa la main sur la poignée. Je m'en vais, hein... Elle allait vraiment le laisser partir ? Avoir 165$ en poche, bu une bière gratuitement devait être déjà trop. Trop pour qu'en plus, il termine la nuit à papoter avec une femme qui lui plaisait.

Cahan O'Leary

avatar



Nephelim -staff-
✥ Régime : Sang Démoniaque
✥ Né(e) en : 1990
✥ Gains : consécration / soldes
✥ Look like : Danielle Campbell
✥ M.C : Cassandre Keras, Aniel, Caleb Isaac




MessageMar 11 Déc 2018 - 17:55


Can you stop doing stupid things ?



Marek Seymour



Cahan O’Leary



Si j’avais eu encore le moindre doute sur l’option drague, il était pleinement dissipé ; car privé d’une tentative de se rapprocher de moi en me proposant de m’apprendre à jouer aux fléchettes, il surfait sur la vague de sa plaisanterie sur les lepreuchauns, trouvant le moyen de m’informer l’air de rien d’où il venait. Un détail dont je n’avais nul besoin pour lui offrir une bière, mais qui, je supposais, avait pour but de l’aider à se rapprocher de moi en me livrant quelques informations sur lui pour que je lui en livre sur moi. Il appuyait davantage sur le fait d’en demander plus argumentant qu’il fallait parfois oser pour obtenir ce qu’on voulait et je ne relevais surtout pas, histoire de ne pas l’encourager sur cette voie.

Il prenait finalement la pinte posée sur le plateau pour la poser sur la table, avant de me tendre la main et de se présenter. Je ne donnais jamais mon prénom aux clients du bar, si une des raisons était assez évidente – je ne voulais pas me faire draguer et donner mon prénom c’était le premier pas vers un peu plus de familiarité – la seconde l’était franchement moins. Je savais que Jackson me cherchait toujours, et si par hasard je tombais sur une de ses connaissances à qui il avait parlé de moi, il pourrait vite faire le rapprochement : parce que soyons honnêtes, il ne devait pas y avoir 150 Cahan O’Leary à Los Angeles… je crois d’ailleurs que j’étais la seule ! « Galway. Non, ce n’est pas mon prénom, mais c’est comme ça que tout le monde m’appelle ici. » dis-je en serrant sa main, même si je m’attardais pas sur la dite poignée de mains. Il s’était rassis, et m’assurait qu’on avait un deal. « Je vous surveille… si vous rejouez aux fléchettes, vous la payez. » Dis-je sur un ton plutôt sympathique, même si je comptais effectivement lui faire payer cette bière s’il ne respectait pas notre marché.

Je retournais au bar après ce bref interlude, et me remettais à mon travail. Je servais et servais encore plusieurs clients, quelques habitués, des inconnus. La soirée se déroulait sans accroche, et je continuais de surveiller Marek du coin de l’œil au cas où l’envie de rompre notre deal le prenait. Même lorsque ce bon vieux Neal venait insister pour une revanche, Marek restait le cul vissé sur sa chaise. Ce qui me contentais irrita l’irlandais pure souche qui planta la fléchette dans la table. « Neal, ma table ! » Lâchais-je sur un ton autoritaire qui lui défendait de recommencer. Ce n’était pas ma table à proprement parler, mais bel et bien celle de mon patron, mais ce détail n’avait pas la moindre importance.

Marek quittait finalement le bar après avoir fini sa pinte, pas de nouvelle tentative de drague, ça changeait un peu des habitudes. Je m’étais toujours demandée ce que les hommes aimaient tant dans le fait de draguer des serveuses et des barmaids. J’allais récupérer sa pinte vide, et j’imaginais ne plus le revoir de la soirée, ni même du tout. La soirée continuait sans que je n’y repense jusqu’à ce moment où il débarquait de nouveau avec de pauvres fleurs dépotées alors que je lavais quelques pintes. Totalement immobile, seul mon regard remonta jusqu’à lui avec l’air de dire « Vraiment ? ». Je ne savais pas si je devais rire, râler ou saluer l’audace dont il faisait preuve. Il me faisait un petit sketch qui changeait des habituelles techniques de drague auxquelles j’avais déjà eu droit.

« Non seulement tu me rends complice de ton délit, mais en plus de ça, tu pourris mon bar avec de la terre. T’as vraiment envie de te faire remarquer, en fait. » Le ton était neutre, j'attendais de voir ce qu'il allait répondre avant de me pencher sur une option plus précise.



Marek A. Seymour

avatar



Sorcier
✥ Nature : De Lignée
✥ Statut : Non Pactisé
✥ Né(e) en : 1994
✥ Look like : Dennis Van der Berg
✥ M.C : Jace Ambden, Maxens I. Aurèle




MessageDim 16 Déc 2018 - 17:18
Etre direct, ça marchait mieux dans les films où le scénario avait 1h30 pour que la fille tomba sous le charme du beau-gosse, ait des sentiments puis pour que ce nouveau couple vive heureux jusqu'à la fin des temps... Pourtant Marek ne baissait pas les bras. Il était parti mais revenait plus audacieux que jamais, restant optimiste alors que rien ne semblait prendre ! S'il avait pleinement rempli son objectif de se faire remarquer, conserver son intérêt était une autre paire de manche. Il est vrai que rien ne semblait parler en sa faveur. Ce n'était pas l'homme le plus beau de la terre. Ses 165$ demeuraient sa seule fortune. Ses vêtements usés sentaient la lessive de laverie automatique et pas les parfums hors de prix des pubs TV. Si ce n'était un acharnement qui pouvait vite devenir fatigant et un bagout éhonté, il n'avait rien de valorisant à mettre en avant. Difficile à impressionner, elle ne s'était même pas émerveillé de son incroyable talent pour les fléchettes, criant tout de suite à l'arnaque... Le Leprechaun de l'Est avait la loose mais demeurait ancrer à cette porte.

Sur le point de quitter le bar après un ratage total dans l'approche séduction, son intervention fût la seule excuse qu'il s'inventa pour se dire qu'elle voulait qu'il reste. Il se rapprocha à nouveau du bar et se hissa sur un des fauteuils. Observant la barmaid, d'un œil curieux, il se demanda si le cadeau avait suscité un quelconque sentiment positif à son regard. Elle le tutoyait. C'était déjà un grand pas... à moins qu'elle ne voit en lui qu'un gosse à remettre en place. Il lui sourit victorieux lorsqu'elle parla de complicité :

_ Donc tu les acceptes ? S'exclama-t-il après un bref encouragement silencieux. Cependant, il ironisa, répondant à sa conclusion. Absolument pas ! Si j'avais voulu me faire remarquer j'aurai fait : You know, she played the fiddle in an Irish band But she fell in love with an English man . Kissed her on the neck and then I took her by the hand. Said, "Baby, I just want to dance" With my pretty little Galway Girl. You're my pretty little Galway G...

une main lourde s'écrasa sur son épaule, le faisant durement plisser des yeux alors qu'il mettait à profit ses sept années de chant. Il ne parvînt même pas au bout du refrain alors que la voix lourde et tonnante d'un client qu'il reconnu bien vite vînt lui vriller les oreilles.

_ Tu vas lui foutre la paix ? Tu te crois chez toi ? Ce cher Neal lui broyait l'épaule. Un sentiment de colère et de rage passa dans son regard de séducteur maladroit. Marek avait une soudaine envie de lui faire manger le bar. Sa taille ou sa capacité à lui en mettre une, d'irlandais en colère, ne l'intimidait pas. Il en avait sous le pied aussi. Mais là, ce n'était pas le moment. Il tapota avec une amicalité hypocrite sur la main robuste de l'homme, histoire qu'il songe à retirer ses doigts rapidement :

_ Ecoute Neal, j'allais justement proposer à Galway de rester pour nettoyer mon merdier. Sa voix était beaucoup moins joueuse, beaucoup plus mordante et tranchante. Il avait bien comprit que ce bar était leur territoire et que, au mieux, il protégeait Galway comme une petite sœur, au pire, il avait des vues sur la jolie serveuse. Mais sa main, ce contact sur son épaule, il ne le supporterait pas une minute de plus. Le petit gars squelettique qui rentrait la tête dans les épaules, tremblant de peur, était mort et le sorcier ne reculerait pas devant un face à face devant Neal -et ses potes-. Malgré tout, cet abruti était en train de lui retirer tous les points qu'il aurait pu marquer. Marek retînt sa hargne encore un moment pour s'adresser à la jeune femme derrière le bar. Ok pour que je t'aide à nettoyer le bar après fermeture ?

Neal écouterait peut-être Galway comme il l'avait fait plus tôt. Malgré la confrontation, il espéra qu'elle allait aller dans son sens. C'est vrai, il n'était pas une figure récurrente de ce bar. Ce n'était pas son quartier général, ni son clan, ni sa famille... Elle pouvait choisir de l'éloigner comme elle éloignerait les problèmes... et que pourrais-t-il faire à part obéir et s'en aller ?

Contenu sponsorisé








Message
 

Can you stop doing stupid things ? (Marek)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-