Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.


 

 Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.


 :: take a breath :: Griffith parc :: Rive droite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageWhy am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mar 11 Oct 2016 - 5:49
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


T'ignores ce qui est pire. Te trimballer avec un carton de cupcake sous le bras ou être incapable d'avouer ton attirance à Clarke. Au fond, peut-être que t'as peur de te faire repousser. Ou que votre relation s'effrite si elle ne ressent pas la même chose que toi. Enfin, relation... Ce n'est pas comme si tu la connais depuis que vous êtes gamins, quoi ! Néanmoins, t'as vécu plus de choses avec elle qu'avec n'importe qui d'autre. Ça doit peser dans la balance, non ? Qui plus est, tu ressens une étrange connexion avec elle. Comme si vous étiez lié, en quelque sorte... Tu te fais probablement des idées, mais, pourtant, t'es convaincu que le courant passe plutôt bien entre vous deux. Et pas que de ton côté ! Il y a certains signes qui ne mentent pas. Comme cette force inexplicable qui fait en sorte que vous devenez subitement très tactile lorsque vous êtes ensemble alors que, à la base, ce n'est pas trop ton truc. Et t'oses imaginer que ce n'est pas non plus dans les habitudes de la rouquine. Cela dit, tu n'es pas très confiant à ce propos. Peut-être qu'elle apprécie simplement ta gentillesse. Parce que, ouais, ce n'est pas rare qu'on te foute automatique dans la catégorie "ami-trop-gentil-pour-le-fréquenter". T'espères que le démon avec qui tu cohabites t'apporte plus... de couille. Autant qu'il serve à quelque chose, celui-là !

T'échappes un soupire histoire de régulariser ton rythme cardiaque qui est, littéralement, en train de péter une durite. T'es toujours dans un état pathétique lorsque tu lui parles et, ce, même au téléphone. Tu tremblais lorsque t'as composé son numéro et ça ne s'est pas amélioré lorsqu'elle t'a proposé un après-midi pique-nique. Par contre, t'es persuadé que ce n'est pas uniquement parce qu'elle est jolie que tu t'emballes chaque fois que tu croises son regard. Non, parce que, des filles mignonnes, il y a en a à tous les coins de rue. Avec elle, c'est... C'est différent. Et, malgré ta gêne innée et ta maladresse fulgurante, tu parviens à te montrer affectueux envers elle. Parce que t'en as envie mais, surtout, parce que ça se fait naturellement. Trop naturellement, d'ailleurs. T'y songes qu'après avoir pris sa main ou qu'une fois le compliment sorti. C'est frustrant mais, d'un sens, tu ne peux pas être plus vrai que tu l'es. L'honnêteté étant l'un de tes principes fondamentaux, même si tu viens tout juste d'omettre à ta tante la vérité concernant ta venue à Los Angeles. Et, putain... Comment tu t'en veux ! Preuve que, malheureusement, mis à part l'être démoniaque qui sommeille en toi, tu possèdes aucune once de méchanceté. La. Men. Table.

Arrivé sur les lieux du rendez-vous, il te faut qu'une nano seconde pour la repérer. Bon, après, tu la remarquerais les yeux bandés, dos à toi, avec quarante-deux mille kilomètres vous séparant ! Ce n'est pas tellement impressionnant, du coup ! Tu te diriges vers elle et lui esquisses un sourire timide lorsque tu parviens à sa hauteur. « Désolé pour l'retard... J'ai, euh, croisé une d'mes tantes en chemin... C'était... franchement bizarre. » Tu t'excuses en lui tendant le carton de gâteaux. Tu zieutes rapidement ce qu'elle a apporté de son côté et, ouais... Tu te sens un peu minable d'avoir acheté des cupcakes alors qu'elle s'est donné tout ce mal pour vous préparer tout ça. « Wow ! Je... J'croyais pas qu'tu ferais tout ça... toute seule. J'aurais dû... Enfin, j'aurais pu t'aider, t'sais... Ou faire le dessert moi-même ? Par contre, c'est tante Carla qui les a faites. Du coup, j'suis certain qu'ils sont très bons ! » Tu décrètes, mal à l'aise, en te grattant la nuque. Ouais, Adam, arrête d'parler, là. Elle doit rien piger à c'que tu dis et tu n'fais qu't'enfoncer, vieux ! Après, c'était impossible pour toi de cuisiner un dessert. Pour la simple et bonne raison que tu ne souhaites pas la rendre malade en l'intoxiquant. Ou annuler le rendez-vous parce que t'as fait exploser ton appartement. T'échappes un rire nerveux avant d'enchaîner rapidement : « J'suis content d'te voir ! Tu vas bien ? » Question simple, mais efficace. Généralement.

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Ven 14 Oct 2016 - 14:13
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




Il faisait encore beau, l'une des joies de vivre à Los Angeles. Alors quand Adam m'avait proposé une sortie... Je m'étais dit que le parc serait sympa et j'avais enchainé sur un pic nique aussitôt. Non seulement parce que j'étais une grande gourmande, mais parce que vu à quel point j'étais douée pour parler de moi et de ma vie privée, je redoutais une discussion qu'on devait avoir.

J'avais réalisé en rencontrant Valentine par hasard qu'on devait parler et pas qu'un peu. Mais la nourriture, le soleil, la bonne ambiance aiderait non ? Au moins à combler les blancs ? Ou faire passer mon caractère de cochon ? Au son de sa voix, j'avais presque compris que cuisiner n'était pas son fort alors j'avais aussitôt ajouté que j'amènerais le repas et qu'il n'aurais qu'a se charger du dessert. De toute façon, je n'étais pas non plus un cordon bleu, j'avais fait deux salades c'était loin d'être de la grande cuisine. A vrai dire, c'était plus de la cuisson qu'autre chose.

J'avais mis le tout dans des boites, ajouté des couverts et assiettes en plastiques, le nécessaire quoi et j'avais quitté la maison pour rouler jusqu'au parc devant lequel je m'étais garée. J'étais là la première et en profitait pour sortir tout ce que j'avais apporté. Une couverture pour mettre au sol, le panier avec la nourriture et les couverts... Parfait. Je m'installait, laissant l'eau confortablement dans le panier avec les verres et profitait d'un petit bain de soleil en attendant Adam.

Sa voix et son excuse m'extirpèrent de mes pensées et j'ouvrais les yeux en souriant.

▬ Pas de soucis, je ne suis pas arrivée il y a longtemps. J'avais a peine eu le temps de fermer les yeux à vrai dire. On avait fait pire comme retard. Je notait plus ce qu'il avait dit sur sa tante, me disant que même si j'étais curieuse, c'était probablement déplacé de poser la question.

▬ Une tante ? Pourquoi c'était bizarre ? Tant pis ! Ma curiosité l'emportait sur le reste. C'était dans mon caractère après tout et il avait dit juste assez pour l'attiser.

▬ Tout ça... J'ai fait deux salades et c'est pas de l'art culinaire, attends de manger avant de trop t'émerveiller tu risque d'être déçu. Blaguais-je alors qu'il avouait ne pas avoir fait le dessert lui même. Je regardait la boite qu'il tenait et reconnaissait le nom de la boutique dessus. Des cupcakes... MIAM !

▬ Tu ne pouvais pas mieux choisir avec moi et ma gourmandise, alors... tait-toi et assied toi plutôt. Tu as très bien fait. Ajoutais-je avec un sourire moqueur avant de laisser mon regard s'attendrir légèrement.

▬ C'est gentil. Je vais bien, oui. Et toi ?... J'aurais pu ajouter que ça me faisait plaisir aussi, ce qui aurait été vrai mais... il m'avait prise au dépourvu et j'avais répondu sans trop réfléchir.

▬ Ton compagnon n'est pas encore revenu, tu es venu sans escorte... C'est bien ! Avec un peu de chance, j'aurais appris à faire une Caitria avant que ce ne soit... nécessaire. Ajoutais-je en référence à l'âme et au chien de l'enfer que je ne voyais pas à ses cotés. Il attendait peut être le retour de son âme ou... il avait peut être perdu Adam depuis la fois ou je l'avais pétrifié. Ce qui serait plutôt sympa comme solution.








Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 22 Oct 2016 - 4:13
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


Mains moites, coeur qui bat la chamade, c'est toujours la même chanson lorsque tu te retrouves face à la demoiselle. Et c'est pire lorsque t'ouvres la bouche. T'enchaînes connerie par-dessus connerie. Heureusement pour ta fierté, ça la fait rire, en temps normal. De ce fait, t'es plutôt content qu'elle possède un bon sens de l'humour et qu'elle confond ta maladresse innée par des plaisanteries. T'as l'air moins con, d'un coup. Déjà que t'arrives en retard... Bon, ce n'est pas dramatique, quelques minutes à peine, mais t'aurais aimé être là le premier. Lui démontrer que t'es fiable et ponctuel, même si, pour le dernier point, tu ne le seras jamais. D'ailleurs, son commentaire à ce propos te rassure. Pourtant, elle a l'air bien installé pour une fille qui vient d'arriver. Tu mordilles légèrement ta lèvre inférieure, presque honteux de te retrouver debout devant elle. Faudrait que t'arrêtes un peu de la voir sur un piédestal. T'aurais peut-être moins de difficultés à aborder certains sujets plus sensibles avec elle. Parce que, c'est un peu le but de votre rencontre, non ? Ou tu te fais des idées... Ouais, surement.

Évidemment, parler de tante Carla a attisé sa curiosité. T'aurais dû t'en douter, il s'agit de Clarke, après tout. T'esquisses un léger sourire lorsqu'elle reprend tes paroles concernant la rencontre avec cette dernière. « Disons que... j'savais pas qu'elle était ici, à LA. Du coup, ça m'a fait tout drôle d'la revoir après toutes ses années. » Tu préfères rester bref sur le pourquoi du comment. Pas que tu ne fais pas confiance à la rouquine, c'est juste que tu n'aimes pas t'apitoyer sur ton sort et, de toute manière, il ne sait rien passé de dramatique. Ça t'a juste... perturbé de tomber sur elle, par hasard alors que tu ne t'y en attendais pas. Inutile d'en discuter pendant des heures. Tu changes rapidement de sujet en remarquant ce qu'elle a apporté de son côté et t'en profites pour faire l'éloge des petits gâteaux que tante Carla a préparé. Spécialement pour la rouquine, d'ailleurs ! Cette dernière semble enchanté et tu ne peux t'empêcher d'échapper un rire sincère lorsqu'elle te dit de te taire. T'obéis en t'installant près d'elle après lui avoir mentionné que t'es content de la revoir et de lui demander comment elle va. Tu réalises soudainement ce que tu viens de dire en déposant ton cul contre le sol et tu deviens rouge écarlate. Ou pas. Mais c'était limite ! « Ça va, merci ! » Tu te contentes de lui répondre en détournant le regard. Tu poses le carton contenant le dessert à vos côtés alors que la rouquine passe une remarque concernant l'âme. Tu pinces les lèvres en levant les yeux vers elle. « Ah, ouais. Non, j'l'ai pas invité, celui-là. J'me disais qu'il y aurait pas assez d'bouffe pour trois. » Tu blagues en te remémorant ce qu'est une Caitria... C'est l'espèce d'anneau dont elle t'a parlé, non ? Ah, cette mémoire... vraiment.

Tu réfléchis quelques secondes à un truc à lui dire. Peut-être que tu devrais lui parler de cette fameuse nuit où tu t'es réveillé dans ta caisse avec cette clef à molette maculée de sang. Du coup, t'hésites à lui révéler cet incident. Sans doute pour la protéger. Tu n'imagines pas dans quel pétrin tu peux la mettre si t'oses lui dire une telle chose. Surtout que tu ne sais aucunement à qui appartient ce sang et tu n'arrives plus à dormir depuis cette fameuse nuit. Les cernes doivent témoigner de ta fatigue. En aucun cas tu laisseras cette situation se reproduire. Enfin, tu l'espères. « Et toi, du coup... Ça va l'Université ? » T'optes pour un sujet plutôt neutre et qu'elle aime - enfin, tu crois - histoire de briser un peu la glace avant de passer aux choses sérieuses. T'es conscient qu'elle a un truc sérieux à dire, mais tu préfères la mettre à l'aise, d'abord et avant tout. Surtout que t'ignores de quoi il s'agit exactement. « On s'est pas croisé, encore... Quoi qu'faut avouer qu'l'Université est plutôt grande, hein. » Balivernes ! Tu sais pertinemment dans quelle aile elle donne ses cours. Si tu n'y es pas été c'est uniquement pour ne pas t'imposer et devenir un mec chelou. Tu n'as pas envie de la faire fuir et qu'elle te prenne pour un barge, quoi !

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mer 26 Oct 2016 - 14:56
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




Je jouais les curieuses, comme d'habitude ! Mais... là c'était un peu sa faute. Il ne fallait pas me donner un début d'information intriguant et s'arrêter en chemin. J'étais moi, après tout !

Cela dit, il était un peu plus ouvert que moi. Moins... cachotier ! Il répondait sans trop se faire prier et j'écoutais les explications. Je comprenais mieux pourquoi il avait dit que c'était bizarre de la voir. Mais j'aurais bien demandé plus et cherché à savoir le fin mot de l'histoire. Seulement... pour une fois je m'en gardais. Parce qu'il s'agissait d'Adam et que ma raison me disait que je n'avais pas le droit de lui demander une transparence que je n'offrait pas. Avec quelqu'un d'autre, ça ne m'aurait pas gêné le moins du monde, mais... il était trop gentil et... - de qui je me moquais ? La gentillesse n'avait rien à voir la dedans.- En général quand j'avais quelqu'un d'aussi gentil en face de moi, j'avais encore moins d'état d'âme, parce que leur gentillesse me gênait. Et j'appréciais rarement ce genre d'individu, trop propre sur lui, trop... droit. Parce que j'étais tout sauf ça.

C'était aussi pour ça que j'avais dit à Valentine quand je l'avait croisé à l'université que je ne comprenais pas ce que ferait le si gentil Adam avec une femme comme moi. Mais... même s'il était gentil et moi non. Je ne le mettais pas avec les autres dans ce panier là. Pas de question en plus donc... Parce que je voulais profiter de ce rendez-vous plutôt que de chercher à l'inspecter au microscope. J'avais validé ses paroles d'un signe de tête, indiquant que je comprenais. Pour m'éviter de parler et de craquer. Juste au cas ou. Puis nous avions échangé des politesses. Adam, plus que moi, comme d'habitude. Et j'étais restée dans la retenue fidèle à moi même aussi. Même si j'étais heureuse de le voir aussi.

Après des boutades sur l'âme et son chien de garde -mieux valait en rire, non ?- j'avais peur que la situation reste tendue. J'ignorais comment aborder les sujets que je pensait devoir aborder. C'était... Je riais légèrement en l'entendant relancer la conversation et me parler du boulot.

▬ Après on parle du beau temps ? Le taquinais-je en laissant mon rire s'élargir en sourire. Je me moquais, gentiment cela dit. Parce que vu à quel point j'étais à l'aise avec ce que je voulais dire...

▬ Mais oui... elle est plutôt grande. Et je suis toujours fourrée dans une salle ou une autre aussi... Entre les bouquins et le copies. Je m'étais dit que répondre à ses paroles était quand même plus poli que ma boutade. Et puis... parler de "la pluie et du beau temps"... ça retardait la discussion que je voulait aborder et me laissait un peu de temps. Même si... j'aurais envie de me donner des claques. Allez Clarke, tu dis toujours les choses comme tu les sent ! Parles, point !

▬ Je pense qu'il faut qu'on parle ! Ah bah oui... c'était venu comme c'était dans ma tête. Plus brut tu meurs ! C'était le pire changement de sujet de l'histoire. Si je continuais de me mettre une pression sans raison... j'allais finir par lui faire prendre ses jambes à son cou avant d'avoir aligné deux mots intelligibles.

▬ Je veux dire... que ce serait bien qu'on aborde deux trois trucs. L'autre jour j'ai croisé Valentine, tu sais... de la fête foraine. Et notre discussion à été très... intéressante. Je n'étais pas certaine du choix de mot, mais c'était quelque chose comme ça en tout cas. Parce qu'il ne m'avait pas appris grand chose, juste fait ouvrir les yeux sur ce que je faisait. Sur ce que je laissait se produire entre Adam et moi.

▬ Tu veux bien... qu'on parle de la fête ? De tout ça ?








Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Jeu 27 Oct 2016 - 22:03
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


Comme tu t'en doutais, les échanges de politesse, ce n'est pas tellement son truc. D'ailleurs, son commentaire concernant le beau temps peut en témoigner. Cependant, tu sais qu'il s'agit d'une blague, mais tu ne peux t'empêcher de te trouver con, à la limite. Quand une fille comme Clarke t'indique que vous devez discuter, ne lui cause pas de son job. Pauvre idiot ! Enfin, tu notes précieusement cette information dans un coin de ton cerveau pour éviter que ça se reproduise. Même si elle ne t'a pas fait une quelconque reproche concernant tes sujets de conversations ennuyeuses, tu doutes que de l'éloigner de la principale cause de votre rencontre puisse l'aider à se lancer. Tu commences à bien la connaître - ta Clarke - et t'es parfaitement conscient qu'elle n'est pas le genre de nana qui parle facilement et aisément de ses ressentis. S'il s'agit bien d'un ressenti ? Peut-être qu'elle veut t'annoncer mettre un terme à votre... relation bizarroïde. Après tout, perdre son temps à menotter un mec pour envoyer valser une âme démoniaque, c'est amusant une fois, mais, au bout d'un moment... ça doit gaver. Et pas qu'un peu !

Tu te grattes nerveusement la nuque avant de lui sourire à ton tour. « Non, je... Ça m'intéresse. C'tout. » Tu lui réponds, faisant référence à ta question concernant son boulot. Enfin, tout d'elle t'intéresse, tu dois bien l'admettre. Elle poursuit néanmoins à propos de l'Université en spécifiant qu'elle court d'une salle à l'autre. Tu te contentes d'effectuer un léger signe de tête, compatissant, même si tu ne pourras jamais réellement comprendre ce que ça fait de jongler avec les responsabilités qu'elle a en ce moment. Cette fois-ci, tu demeures silencieux, zieutant les passants au loin, les yeux plissés. Sa voix attire ton attention, mais tu n'as pas le temps de répondre qu'elle enchaîne déjà en te rappelant que vous devez parler. Tu fronces les sourcils, perplexe. Elle... Elle vient de penser à voix haute, ou... ? Ou tu deviens fou. Littéralement. Tu confirmes tes propres inquiétudes concernant ta santé mentale lorsque t'entends d'autres mots alors qu'elle n'a même pas bougé les lèvres. C'est quoi cette plaisanterie ? « Eh... » Tu te taies une seconde fois lorsqu'elle t'avoue avoir eu une discussion très "intéressante" avec le mec chelou de la fête foraine. Tu... Elle... Eux ? Mais non... C'est donc ça qu'elle voulait te dire ? Qu'entre elle et Vlad... Valentine... Ils... Sérieux ? Non parce que... de quoi ils peuvent bien avoir discuté de si "intéressant" s'il ne s'agit pas de ce que tu penses présentement ?

Wô, mec, calm down ! Déjà, t'entends des voix, alors relax. Sinon tu vas finir par perdre complètement la tête ! Même si c'est déjà un peu ce qui arrive, non ? Non, parce qu'être possédé, ça peut passer. Entendre des voix, c'est putain de grave. Mais si tu dois, EN PLUS, te faire larguer par une femme que t'apprécies alors que vous n'êtes même pas ensemble... Putain, vieux, t'es pathétique. Tu restes muet une demi-seconde, histoire de chasser tout ce qui te traverse l'esprit. « Eh, oui. J'veux bien qu'on en discute... J'ai fait ou dit quelque chose qui t'a... Qui t'a mis mal, du coup ? » Tu l'interroges, c'est plus fort que toi. Néanmoins, tu secoues rapidement la tête, regrettant déjà tes paroles, avant d'esquisser un mince sourire. « Excuse-moi... Oublie ça, je... j't'écoute. » Oui, le mieux c'est d'être attentif à ce qu'elle va te dire et, si ça se trouve - et que t'es particulièrement chanceux - ce n'est pas aussi dramatique que ce à quoi tu t'attends. Même si t'as déjà entamé le processus d'auto-défence en jouant avec tes propres doigts pour te concentrer sur autre chose. Parce que, entendre deux Clarke, ça t'a carrément déboussolé.

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Dim 30 Oct 2016 - 17:35
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




Le pire dans ma moquerie sur son sujet de discussion ? C'était qu'il avait répondu que la réponse l'intéressait vraiment. Ce n'était pas un mal, non. Mais... je me sentait presque coupable de ma gentille plaisanterie. Parce qu'il ne parlait pas pour meubler, ou pas que du moins ! Le point positif, c'était que j'avais quand même répondu à sa question. Malgré mes bêtises et mon sentiment sur ce genre de discussions.

Donc ça n'était pas totalement un fiasco ! Et je n'avais pas été la dernière des garces. Pas complètement. Résultat, je souriais à son aveu. Comme pour le remercier de s'intéresser et m'excuser à la fois. C'était pas flagrant mais... je n'était pas du genre douée pour ça, alors il devrait s'en contenter malheureusement.

Après tout ça... il fallait que je m'y mette, sinon les mots ne sortiraient jamais. J'avais donc lancé LA discussion, de manière brusque certes mais c'était fait au moins. Je précisait un peu ma pensée, parlant de Valentine et mentionnant notre discussion après cette deuxième rencontre fortuite. Et je n'était pas certaine de quoi penser ou ajouter je dois dire. Parce que le regard paumé d'Adam et son "Eh" plein d'incompréhension me déstabilisait légèrement. En temps normal, j'aurais probablement demandé un truc du genre "Ta perdu ta langue ?" Mais au lieu de ça, je m'inquiétait. Qu'est-ce qui se passait pour qu'il bloque ainsi ? Il ne manquerais plus que l'âme revienne maintenant, tiens !

▬ Est-ce que ça va ? J'avais demandé ça doucement, presque pour ne pas que l'âme m'entende. Ce qui était totalement con ! Mais c'était fait... Sauf que... Je n'étais même pas certaine qu'Adam m'ai entendu lui. De un parce qu'il était perdu dans ses pensées ou je ne sais quoi et de deux... parce que j'avais chuchoté ça comme une idiote.

Il était resté silencieux un instant avant de se remettre à parler, prouvant que mes mots étaient passés à la trappe. Ça m'apprendras à jouer à l'idiote !

▬ Eh, oui. J'veux bien qu'on en discute... J'ai fait ou dit quelque chose qui t'a... Qui t'a mis mal, du coup ?

Quoi ? Non ! Pourquoi ? J'avais pensé tout ça à une vitesse incroyable quand il m'avait posé la question. Mais je n'avait pas eu le temps de répéter tout ça à voix haute qu'il avait ajouté une phrase me disant d'oublier ses questions.

▬ Non, j'oublie pas ! Rétorquais-je presque violemment. Outch, Clarke du clame ! Je m'emportais, pas parce qu'il m'avait énervé, mais parce que... parce que quoi ?

▬ Pourquoi crois tu ça ? C'est stupide ! Tu es trop gentil pour ça. L'autre jour à la fête foraine, j'ai passé un très bon moment avec toi. Il me semble pas qu'on ai fini sur une mauvaise note, non ? Ajoutais-je plus calme, comprenant en partie pourquoi je m'étais affolée. Je n'aimais pas qu'il crois que je lui reprochais quoi que se soit. Je n'avais pas envie de le faire fuir. Pas quelqu'un d'autre qui s'en aille et m'abandonne, pitié !

▬ Si je voulais te parler, c'est justement à propos de ça, cette journée... Pour être honnête, Valentine nous croyais en couple. Ça m'as surpris, même si j'ai pu comprendre pourquoi mais... Je ne suis pas du genre relation sérieuse d'habitude et pour être honnête je ne sais pas du tout ce qu'il y a là... c'est...

Est-ce que je viens de... ? Oui, avec tout ça j'avais déblatéré en disant les choses peut être trop vite. Pas de manière très compréhensible non plus. Mais c'est vrai après tout... Qu'est-ce qu'on étaient tous les deux ?

▬ Désolée, je parle trop... Je devrais me calmer je crois...






Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Lun 7 Nov 2016 - 3:35
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


La situation commence à légèrement dérapé. Enfin, de ton côté. Tu n'arrives pas à dissimuler ta crainte de te faire lâcher par la rouquine et, de plus, sa voix que t'entends... Oui, c'est LA SIENNE, tu la reconnaitrais parmi mille de toute manière et c'est, d'ailleurs, ce qui te perturbe autant. Comme si tu pouvais... décrypter ses pensées ? Mais non, c'est impossible... Ah, tu veux bien croire être capable de soulager les maux des gens, mais être un putain de télépathe... ça frôle la camisole de force ! Tout se passe putain de trop vite, en fait. Tu n'arrives pas à être attentif avec autant de voix qui s'immiscent dans ta tête et, de toute évidence, t'appréhendes de bien mauvaises nouvelles. Peut-être que tu t'emballes pour rien, mais, quand une fille t'indique que vous devez discuter, ce n'est jamais bon signe. Enfin, dans les films... Pour le coup, là, c'est la réalité et c'est nettement plus douloureux que ce à quoi tu t'imaginais.

Tu reviens quelque peu à toi lorsqu'elle te balance une phrase négative assez violemment en pleine figure. Même si cette négation s'avère être une très bonne chose en fin de compte. Tu soupires presque de soulagement, au moins, tu n'as pas foutu en l'air cette journée à la fête foraine. Sa question suivante t'arrache presque le coeur et tu te dépêches de prendre la parole pour t'expliquer. « Je... Non, pas du tout ! J'ai adoré ma journée... Je... » Tu te taies, arquant un sourcil. L'abandonner ? Pourquoi ferais-tu une telle chose ? ET POURQUOI T'ENTENDS ÇA ? T'as l'impression de t'immiscer dans sa vie privée et, putain, tu te détestes pour ça. Tu devrais peut-être lui dire que t'entends des trucs chelous. Au pire, elle te prendra pour un fou. T'ouvres la bouche, mais, trop tard ! Elle poursuit son monologue d'une traite, mais, cette fois-ci, tu restes attentif, te concentrant uniquement sur les mots qu'elle emploie. Tu déglutis lorsqu'elle termine en s'excusant. Eh bien... tu dois admettre que tu ne t'attendais pas du tout à... ça. Et, putain, comment t'as l'air d'un idiot, les yeux écarquillés, la dévisageant comme si elle était une bête de foire alors que c'est toi le monstre ici. Si tu n'étais pas déjà assis, t'aurais probablement eu une faiblesse dans les jambes tellement t'es estomacqué.

Tu secoues la tête de gauche à droite en prenant une grande respiration. Aller, vieux, calme toi. Mieux vaut en discuter doucement, autrement, tu vas ouvrir une porte à ce connard d'âme démoniaque ! « Tu parles pas trop, j'te rassure. Et j'suis plutôt content qu'tu sois honnête... » Tu marques une pause, histoire de laisser la poussière retomber un brin avant de reprendre la parole. « J'sais pas où on en est exactement et j'ai pas vraiment pris l'temps d'y réfléchir avec tous les trucs weird qui m'arrive, mais... j'te mentirais si j'te disais que j'ressens rien pour toi. » C'est ton coeur que t'entends là ? Faudrait que t'arrêtes de bouffer tout ce qui traîne dans ton frigo. Si ça se trouve, tu t'es empoisonné et t'as des hallucinations auditives ! « Tu m'plais. Vraiment beaucoup, j'veux dire et c'pas facile d'te dire ça, t'sais. » D'ailleurs, tu te demandes pourquoi t'es toujours en vie. Un infarctus est sans doute en cours de route. « Si j't'en ai pas parlé avant c'juste que... j'veux pas mettre de pression ou... Enfin, j'sais qu'c'est autant difficile pour moi qu'ce l'est pour toi et j'suis prêt à attendre s'il le faut. » T'esquisses un mince sourire à la rouquine, bien qu'il soit sincère. Pour le coup, heureusement que t'as apporté des cupcakes, t'auras besoin de sucre pour tenir debout après tout ça. « J'sais pas c'qui s'est passé avec Vlad... Valentine pour qu'tu t'mettes dans c't'état mais... j'suis là, hein. J't'abandonnerai pas. Et peu importe c'qui arrive après c'pique-nique, les choix qu'tu feras... Tu peux compter sur moi. » Tu lui souffles en déposant doucement ta main contre la sienne. Est-ce que ça fait trop bisounours tout ça ? Au pire, tu l'autoriseras à te menotter contre un arbre si vous devenez trop sentimental ! Il n'y a pas de soucis. Mais, en attendant, peux-tu être heureux pendant deux minutes ? Non, parce qu'elle vient de semi t'avouer que tu lui plais, non ? SI ? OU T'AS MAL COMPRIS ? Pitié...

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mar 8 Nov 2016 - 22:27
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




J'avais presque l'impression que nous avions des souvenirs différents de cette journée à la fête foraine. Pourquoi il pensait ça ? Qu'est-ce qu'il pensait exactement, d'ailleurs ? Je n'étais pas certaine du pourquoi de ces questions ou de ce qu'elles voulaient vraiment dire vu qu'il m'avait dit d'oublier et c'était donc peut être arrêté en chemin. Mais... Je ne comptais pas oublier et je comptais comprendre un minimum.

Le résultat était simple, je m'étais peut être un peu emportée dans ma réaction et j'avais fini en m'excusant, mais en lui demandant si notre sortie cette fois-la n'avait pas été agréable jusqu'à la fin ?! Il avait répondu assez vite, pour me rassurer sûrement vu la manière dont j'avais parlé.

▬ Je préfères ça ! Rétorquais-je sur un ton presque moralisateur en affichant pourtant un sourire pour cacher le soulagement que j'avais ressentit. Du soulagement ? Bon sang Clarke... Je n'étais pas certaine de savoir si c'était que j'échappais à l'abandon pour cette fois ou parce que c'était lui qui répondait ça, mais... OUI, j'étais incroyablement soulagée en entendant ses paroles.

▬ Il vaut mieux, je ne sais pas faire autre chose que... 'brutalement honnête'. M'amusais-je à lui répondre alors que j'essayais de comprendre pourquoi il semblait si étrange. Il avait secoué la tête pendant que je parlait, sans que je sache si c'était quelque chose que j'avais dit ou l'appréhension peut être ? Comme moi et le débit de parole que j'avais eu avant de penser à me calmer.

Je voulais tout de même continuer sur ma lancée, parce que j'avais fait le début en mentionnant ma discussion avec Valentine mais... on en avait pas encore fini avec cette histoire. Mais Adam semblait prendre la relève et rajoutais phrases sur phrases, accaparant mon attention et me forçant au silence.

▬ J'sais pas où on en est exactement et j'ai pas vraiment pris l'temps d'y réfléchir avec tous les trucs weird qui m'arrive, mais... j'te mentirais si j'te disais que j'ressens rien pour toi. Tu m'plais. Vraiment beaucoup, j'veux dire et c'pas facile d'te dire ça, t'sais. Si j't'en ai pas parlé avant c'juste que... j'veux pas mettre de pression ou... Enfin, j'sais qu'c'est autant difficile pour moi qu'ce l'est pour toi et j'suis prêt à attendre s'il le faut. Il avait eu un faible sourire après ça et moi... moi j'étais restée immobile et muette. Je n'étais pas sûre de me sentir bien, j'était contente d'être assise, ça c'était certain, parce que ce qu'il disait m'aurait coupé les jambes autrement.

Il avait plus de cran que moi cette fois ! Probablement parce que j'étais pire qu'un mollusque quand il s'agissait de parler sentiments et relation. D'ailleurs, il reprenait déjà, puisqu'apparemment il n'en avait pas fini avec ça.

▬ J'sais pas c'qui s'est passé avec Vlad... Valentine pour qu'tu t'mettes dans c't'état mais... j'suis là, hein. J't'abandonnerai pas. Et peu importe c'qui arrive après c'pique-nique, les choix qu'tu feras... Tu peux compter sur moi.

Cette fois, il avait fini n'est-ce pas ? En tout cas il avait semblé le faire en posant sa main sur la mienne.

▬ Whoa c'est... euh... je ne sais pas quoi dire... Oui, ça se vois, Clarke !

▬ C'est marrant que tu parle d'abandon... Quoi que pas marrant "ahah" mais... Je soufflais, prenait une inspiration et essayait de remettre mes pensées dans l'ordre. Il fallait que je retrouve la Clarke 'brutalement honnête', comme je venait si bien de dire, et fissa !

▬ Valentine n'as rien dit... Pas pour me mettre dans cet état du moins. A vrai dire, il m'a plus ou moins ordonné de faire... avancer les choses... Avec toi ! Oui, c'était un peu moins cru que les mots de Valentine mais... C'était pas une mauvaise idée que de changer deux trois choses dans ses paroles.

▬ Je ne suis pas très douée, alors... je vais dire les choses comme elles viennent, j'espère que tu m'en voudras pas ! Mais... Il y a quelque chose entre nous, c'est certain. Je ne suis pas sûre de savoir quoi, mais... J'aime beaucoup passer du temps avec toi, tu me fait rire, tu es mignon et adorable avec moi même si des fois je ne sais pas pourquoi... J'aimerais pouvoir dire ce que... c'est. Mais merde, je suis la dernière personne à qui demander un engagement, ça me fait fuir en général.

Ce n'était pas très positif tout ça, mais... il y avait des non dit, des sous entendus qui ne trompaient pas. pourquoi j'avais dit en général ? Pourquoi j'avait choisi ce mot là en particulier ou encore choisi cet ordre pour lui dire qu'il me plaisait, presque pour le cacher avec sa gentillesse ?

▬ Ce que je veux dire, c'est que... On est pas obligé de mettre un nom sur tout ça ? On pourrait juste, profiter de l'autre, non ? Ouai... c'était une pâle copie d'un couple ça ! A quoi je jouais ? Je voulais tout ce qui avait attrait à un couple, sans dire le mot qui fâche ! Très mature et courageux, Clarke !





Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 19 Nov 2016 - 2:00
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


À peine tu fermes la bouche et, déjà, tu regrettes amèrement tout ce que tu lui as dit. Pas que tu ne le penses pas, bien au contraire ! En fait, t'es tellement sérieux que t'as peur qu'elle te prenne pour un mec carrément flippant. Non, parce que vous vous connaissez à peine tous les deux et, pour le coup, lui dire qu'elle te plait, ce n'était peut-être pas l'idée la plus brillante du monde. Surtout vu le peu que tu sais de la rouquine, franchement... T'as tout fait sauf assuré, quoi. Faut admettre que son mutisme n'aide pas des masses. Normalement, ce n'est pas très bon signe un silence aussi lourd, elle qui parle toujours en temps normal... Même ses pensées se sont tuent. Tu demeures silencieux également, hésitant entre l'envie de creuser ta propre tombe juste à côté de votre pique-nique ou de prendre la fuite. Ah ouais, tu n'es peut-être pas doué en matière de déclaration d'amour - ou de truc semblable - mais, par contre, au cent mètres, tu gères !

Tu retires rapidement ta main de la sienne lorsque tu surprends cette dernière devenir moite. Fuck off. Il n'y a rien de plus dégueulasse qu'une main humide ! Décidément, ce n'est clairement pas ta journée ! Tu glisses nerveusement la serpillère qui te sert de main dans tes cheveux alors qu'elle brise enfin le silence. OH PUTAIN D'SA MÈRE... Tu soupires discrètement, soulagé qu'elle est retrouvée l'usage de la parole. Tu l'écoutes attentivement et prends soin d'enregistrer chaque mot qu'elle emploie. Lorsqu'elle cite Arkham, qu'elle mentionne aimer passer du temps avec toi et même lorsqu'elle parle d'engagement. Cependant, le reste de son discours... « Profiter... » Tu répètes à voix basse. Tu n'es pas certain de vouloir ça. En fait, tu ne profites pas d'elle et t'espères que ce n'est pas l'impression qu'elle a de toi. Vu qu'elle t'aide beaucoup ces temps-ci avec l'âme, peut-être qu'elle croit que tu l'utilises alors que, bordel, c'est tout le contraire. En fait, ce n'est pas vraiment le mot qui t'écorche, mais plutôt la phrase entière. Clairement, elle ne veut pas s'engager et tu t'en doutais. Mais, même si tu connaissais déjà inconsciemment sa réponse, ça fait mal et tu ne peux t'empêcher de ressentir un léger pincement au coeur. Trop sensible, mec. Calme toi. Tu déglutis pour faire passer le choc. Enfin, choc... C'est bon, quoi. T'aurais préféré une réponse plus enthousiaste, certes, mais... Déjà, elle ne t'a pas giflé. Tu vas t'en remettre... Oui...

Tu tentes de te ressaisir en plongeant tes iris dans les siens. Ouais, ben... Ça n'aide pas ! Tu te contentes alors de lui esquisser un faible sourire. « Ça m'va. Profitons, alors. » Hors de question de lui démontrer une quelconque déception. Surtout que c'est entièrement ta faute. T'aurais dû t'écouter et y aller doucement avec Clarke. T'as peut-être gâché la seule chance que t'avais avec elle, espèce d'imbécile ! Malgré le fait que tu te sentes amorphe tout d'un coup, tu ne zappes pas sa pensée qui suit ses dires. Bon, comme t'as, de toute évidence, déjà tout foutu en l'air, aussi bien y aller franc jeu et lui dire pour ce... phénomène étrange... « Je... Depuis tout à l'heure j'me sens comme un putain d'violeur d'vie privée. Je... J'sais pas comment t'le dire sans qu'tu m'prennes pour un fou allié et, déjà, avec l'âme, ça commence à faire beaucoup, mais... Arrêtes de penser. Je... J'crois que... j'entends... Tout, j'veux dire. » DÉLICATESSE, BONJOUR ! Après, il n'y a pas cinquante mille façons de lui faire comprendre que tu peux entendre ses songes, quoi. Et bien, voilà. Quelle fille voudrait d'un mec qui peut comprendre tout ce qu'elle pense, de toute manière ? T'enchaînes les gaffes, vieux, ce n'est pas possible ! « Mais c'est p't'être juste le stress qui m'rend aussi... Weird, je... J'sais plus. Dans... dans ma tête, tu parlais alors qu'tes lèvres bougeaient pas... J'pense qu't'avouer tout ça... Ça m'a un peu sonné pour être franc. » Le mieux c'est que t'arrêtes de parler, voilà. Prends toi un cupcake et mets-le dans ta putain de bouche pour t'empêcher de jacasser, bordel de merde !

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 19 Nov 2016 - 22:35
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




Je n'étais pas certaine d'avoir choisi les bons mots, même si j'avais prévenu que ça allait être bancal niveau explications... je n'était pas très fière de moi. Encore moins quand j'avais sentit la main d'Adam fuir la mienne. Génial... J'ai géré ça comme un manche !

Il avait ensuite répété quelques mots des miens, rien de bien encourageant non plus. Ouai... dire que je n'étais pas douée, c'était probablement un putain d'euphémisme.


Tout du long, je l'avais sentit... étrange. Parce que ces trucs que j'avais noté, c'était qu'une infime partie de sa réaction. Le reste, je préférais éviter de le décortiquer pour ne pas m'accabler d'avantage de reproches. Ceux là c'était déjà bien suffisant !

Le fait est, que quand il avait fini par accepter avec un léger sourire, j'avais du mal à croire à tout ça. Je ne voulais pas l'accuser de me mentir, je ne l'en croyais même pas capable. Mais on aurait plutôt dit qu'il répondait ça pour me faire plaisir.

▬ Tu es sûr ? Parce que tu as éloigné ta main comme si j'avais la lèpre alors... Tact quand tu nous tiens... Je n'avais pas été plus bavarde, surement parce que j'avais été peu sympathique dans le peu de mots que j'avais laissé échapper. Mais est-ce que j'avais besoin d'ajouter quelque chose ? Je l'avais effrayé avec tout ça. Ma peur de l'engagement éloignait le seul avec qui s'était nettement moins effrayant... Qu'est-ce que je fais ? Qu'est-ce que je dis, maintenant ? J'étais plutôt paumée au milieu de tout ça. Le pique nique était mal partit malheureusement et je pouvait m'en prendre qu'a moi ou presque. Et pour couronner le tout Adam disait quoi ?

Plus penser ? Il en as des bonnes ! Songeais-je malgré moi. Il suffit qu'on vous dise de ne pas penser... et c'est l'effet inverse.


▬ Tu entends ? Quoi ? Comment... Tu veux dire mes pensées ? Tu entends mes pensées ? J'écarquillais les yeux. C'était possible ? Probablement, vu tout les dons que j'avais déjà vu, mais... j'avais quand même du mal à y croire.

▬ Tu as déjà fait ça ? Entendre... On peu vérifier, c'est simple j'imagines... Je réfléchissais à une pensée à avoir, quelque chose qu'il pourrait répéter, pour vérifier. Tout sauf penser à Nous... mes idioties de la journée. J'aurais du suivre le conseil de Valentine. J'ai déjà craqué de toute façon, je...

▬ Je... Tu as entendu ça ? A trop vouloir penser à tout sauf ça... Quelle idiote. Peut être qu'il n'avait rien entendu et qu'on pourrais tester avec une autre pensée. Ou peut être qu'il n'entendais pas vraiment mes pensées, que c'était... le surmenage ou je ne sais quoi. J'étais prête à envisager toutes les possibilités pour... pour quoi ?

▬ Si tu as entendu, c'est pas plus mal j'imagines. C'est peut être plus clair dans mes pensées que quand je parle. Enfin... pas plus ordonné mais... moins filtré. Moi qui filtrait mes mots, c'était rare !

▬ C'est plus simple tu sais, quand je m'en fiche de vexer ou blesser la personne en face. Mais avec toi... C'est différent ! Je prenais une inspiration, me décalait pour me rapprocher de lui et demandais, essayant de rester détendue et calme.

▬ Alors, tu entends réellement mes pensées ? Tu sais ce à quoi je pense là ? Je souriais simplement. Après tout, il y avait plus simple que les mots ! J'en avait un peu assez de bégayer et peiner à lui expliquer mes handicaps sentimentaux. Je n'étais pas du genre sentimentale, mais il me donnait envie de changer mes habitudes et si ce n'était que notre deuxième rendez-vous, nous nous étions vus plus que ça pourtant. Qu'est-ce que c'était un baiser ? Je ne faisait pas une déclaration, c'était trop tôt, mais... c'était surement la plus limpide des explications que j'aurait à donner !

Je me penchais finalement, réduisant un peu plus l'espace entre nous pour lui voler un baiser. Je n'étais pas de nature douce, plus passionnée mais j'avait mis un léger freins quand même, capturant ses lèvres quelques secondes appréciables avant de reculer.





Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Jeu 24 Nov 2016 - 23:03
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


Ta main. Cette putain de main... Tu la couperas en arrivant chez toi, tien. Saleté de membre dévergondé qui vient se poser sur le sol comme un flocon de neige en plein mois d'août ! C'est à se demander ce qu'elle foutait là ! T'y crois pas et, pourtant, l'humidité de cette serpillère humaine t'a fait sursauter. Tu l'as donc retiré pour que Clarke ne soit pas horrifié par la moiteur de tes paumes. Quel crétin tu fais. Et pourquoi tu ne penses qu'à ça, tout d'un coup ? Comme si c'était LE problème dans cette discussion. Tu te contentes de secouer la tête et de rassurer la rouquine. Enfin, tu tentes, mais... Voilà qu'elle croit que tu crois qu'elle a la lèpre. Trop de mots en si peu de temps et t'as du mal à gérer. À savoir si elle a réellement dit ça ou non. « Tu... Quoi ? T'veux que j'la remettre là où elle était, p't'être ? » Mais quelle question ! Putain, Adam, tu fais exprès ou quoi ? Tu lui offres un sourire navré en glissant tes doigts dans les siens. Comme pour dire : Excuse moi d'transpirer d'la main, t'as vu l'effet qu'tu m'fais ? « Si, si, j'suis sûr. » Tu ne veux pas lui mentir, mais... au fond, même si t'es un peu déçu, tu restes tout de même heureux qu'elle ne te claque pas la porte au nez. C'est déjà ça, non ? Et, du coup, tu t'es toujours contenté de peu dans la vie. Si les seuls trucs que tu peux avoir de Clarke sont des journées comme celle-ci, au parc, main dans la main, tu ne peux que te considérer comme étant un homme choyé.

Une pensée de plus et c'est la goutte. Non, tu n'es pas du tout en colère, comment le pourrais-tu, de toute manière ? Mais ça t'agace d'entendre tout ce qu'elle pense, comme si tu brimais son petit jardin secret et que tu lisais dans son journal intime alors qu'on ne t'a pas invité à le faire. Tu dois lui dire. Tu vas lui dire. Il faut que tu lui dises. Après une grande respiration, tu lui interdis presque de réfléchir. Bravo, Hitler du paranormal ! Comme si c'était possible, d'abord, d'arrêter de penser. Étrangement, sa réaction est normale. Même étonnamment calme pour une fille qui vient de se rendre compte qu'un type joue avec son cerveau sans son consentemment. « J'pense, oui. Enfin... J'crois. Parce que c'toi qui pense. Moi aussi j'pense, mais t'entends pas... Enfin, j'crois. BREF ! » Tu te taies parce que, de toute évidence, tes paroles ne mèneront à rien de concret. Elle t'indique alors que vous pouvez essayer pour vérifier et te demande aussitôt si t'as entendu, mais tu ne réponds pas, trop préoccupé à tenter de savoir quel était le fameux conseil de Valentine. Elle continue à parler - et à penser - et tu l'écoutes. Tu souris lorsqu'elle mentionne un mot en particulier. « Et pourquoi c'est différent avec moi ? » Elle se décale alors en prenant une inspiration et elle se rapproche de toi. Tu déglutis, nerveux, lorsqu'elle te demande à quoi elle pense là. « Je... »

Ton coeur loupe un battement lorsqu'elle se penche pour estomper l'espace qu'il y a entre vous. Ses lèvres se collent contre les tiennes et tes doigts se crispent. Ce fut bref. Et putain de bon. Mais trop bref vu comment c'était bon. Et tu ne sais pas si tu pourras t'en contenter. Lorsqu'elle rompt le baiser, t'ouvres les paupières, cherchant ses iris pour t'y accrocher le temps que la sensation de vertige s'efface. « Wow. » Tu souffles, limite choqué par la surprise. Toi qui t'attendais à une gifle ou qu'elle te fuit... Tu préfères nettement mieux cette alternative, hein ! Tu ne vas pas te mentir. Tu te redresses un brin ne quittant pas sa main et, cette fois-ci, la serpillère s'est transformé en flaque d'eau tellement tu paniques intérieurement. « Tu... J'pourrais plus m'en passer, t'sais. De t'ça, j'veux dire. » Tu fais référence au baiser, mais tu doutes qu'elle comprenne où tu veux en venir. Tant pis ! Tu n'as pas le temps de penser, de toute façon. « J'arracherai mon coeur, là... tellement il fait mal à force d'battre comme un mongol. » Tu rigoles avant de retrouver ton sérieux, affichant un air pensif. Pourquoi c'est toujours difficile de dire les choses comme elles le sont ? Ce n'est pourtant pas très compliqué. Il y a des mots qui existent pour ça, utilise-les, nom d'un chien ! « Ah... fuck it ! » Mais, parfois, les gestes sont plus clairs que les paroles. Tu glisses l'une de tes serpillères derrière sa nuque et t'approches doucement ton visage du sien pour lui offrir un baiser plus tendre que le précédent. Plus long aussi. Parce que Clarke est le côté charnel que tu n'as pas et tu es sa partie sentimentale qu'elle a enfouie au plus profond d'elle-même. À contre-coeur, tu te détaches finalement, lui esquissant un sourire timide lorsque tu croises à nouveau son regard. Ouais... Ça t'a donné faim, tout ça.

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 26 Nov 2016 - 17:10
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




Pour être certaine que c'est ce qu'il voulait, il aurait fallu qu'il soit un peu plus tactile. Parce qu'il l'avait été, quoi ? Quelques secondes avant de lâcher ma main comme si sa vie en dépendait. Je lui avait fait remarqué, sans tact, pour changer. Et il avait répondu avec une phrase qui m'arracha un rire. On aurait dit une enfant à rire à un truc pareil, mais la manière dont il l'avait dit et la maladresse dans les mots m'avait amusée. Je n'avais cela dit rien ajouté à ce propos, parce qu'une réflexion n'aurait fait que le mettre plus mal à l'aise encore et... j'avais encore des choses à comprendre et dire. Il avait remis sa main dans la mienne et il avait été le seul à ajouter des mots, m'assurant qu'il était sûr de la décision et j'avais continué, sur un autre sujet. Le plus fou de tous et pourtant, je n'était pas plus choquée que ça. Au début si, mais... je faisait des rêves qui me montraient l'avenir, alors est-ce qu'entendre les pensées des gens pouvait me paraitre si absurde ?

Au final, j'avais l'impression que le plus perturbé de nous deux, c'était Adam. Il avait l'air perdu parce qu'il n'avait pas idée du comment, probablement et surtout parce qu'il entendait des choses qu'il n'était pas censé entendre. Heureusement que je dis presque tout ce qui me passe par la tête ! C'est vrai que ça simplifiait les choses. J'avais moins besoin de m'inquiéter si effectivement il lisait en moi; parce que je taisait rarement ce qui me traversait l'esprit. D'ailleurs je proposais de tester, pour être sûre. il me suffirais de penser et de voir s'il savait ce que j'avais gardé pour moi. Simple non ? Je commençais à douter que ce soit le cas, parce qu'il ne réagissait pas beaucoup depuis que j'avais lancé l'idée. Jusqu'à ce que je ne termine pas ma phrase. Il aurait pu combler les blancs par déduction, mais quand même ! Quand il me demandais pourquoi c'était différent. Je me laissait convaincre. Et ensuite... je n'avais pas eu envie de répondre avec des mots, j'avais agis...

J'avais embrassé Adam comme si c'était la meilleure idée du monde. Mais ça ne l'étais pas ! Pas à cause de lui, pas parce que je n'en avait pas envie, puisque ce n'était clairement pas le cas. Mais... Bon sang, à quoi je jouais ? Écouter les conseils de Valentine c'était un prétexte, je savait pourquoi il me l'avait conseillé et pourquoi je n'était pas opposée à la chose. Ce qui me gênait c'était bien ça, du coup. Parce qu'Adam avait réussi à m'attendrir et si je me laissait faire... Pfiouuu, plus de barrières. Du moins avec lui. Et ça je ne le voulais pas ! Si j'en venais à les laisser tomber, j'allais en payer le prix tôt ou tard.

J'aurais probablement dû en parler à quelqu'un, quelqu'un de compétent, mais je n'avais ni l'argent, ni la réelle envie de causer de ça. Peur de l'engagement ? A cause d'une peur de l'abandon ? Eh bien ravie de le savoir et d'avoir dépensé deux cents balles pour ça. C'était un résumé assez cliché, mais c'était ça l'idée. Je savais que je prenais une mauvaise décision, une avec laquelle ma tête dérangée n'était pas d'accord, mais... quelque part ça semblait être une bonne décision, pour toutes les autres raisons. A commencer par lui et sa réaction.

▬ Carrément ? Je ne me savais pas aussi douée ! Blaguais-je alors qu'il m'avouais ne plus pouvoir se passer de ça, de ce baiser après ça.

▬ Évite, il peu encore servir. Mais si tu préfères on peu lui laisser le temps de... Se calmer... Je n'avais pas fini ma phrase cela dit, juste pensé quand il avait laisser sortir un « Fuck it » et avait plongé vers moi, me rendant avec bien plus de douceur le baiser que je lui avait volé. Comment j'arrivais à être surprise alors que c'était moi qui l'avait embrassé en première ? Il arrivait à me surprendre et c'était un bon point et mauvais à la fois. J'aurais pu classer chacune des qualités que je lui trouvais du coté des contres si j'avais été du genre à faire une liste. Parce que c'était pour toutes ces choses que je risquait de m'attacher à lui et de me brûler les doigts. J'avais gardé mes yeux fixes, plongés dans les siens, dès qu'il s'était écarté pour mettre fin à ce second baiser.

▬ Ou tu peux me rendre la pareille. Ça marche aussi... Finis-je par ajouter, pour finir la phrase d'une manière plus véridique. Laisser le temps de se calmer, c'était passé à la trappe. Non, il avait forcé le mien à s'emballer à son tour à la place.

▬ Je crois qu'on as... dis tout ce qu'il y avait à dire ! Ajoutais-je avec un sourire, même si c'était en partie faux. Nous avions parlé et dit le reste avec des gestes mais... c'était fait au moins. Alors quoi maintenant ?

▬ Donc... Pic-nique, maintenant ? Histoire qu'on ne gaspille pas tout ça non plus. Ce serais dommage.

Je lui tendais un des plats aussitôt tout en me moquant de mon manque de subtilité. J'avais fait un virement à 180 degré pour changer de conversation. C'était une chose de penser me mettre en danger moi et ma résolution de rester libre et sans attaches. C'est autre chose que d'apprécier ces deux baisers comme je l'ai fait. Manger, ça semblait moins palpitant et nettement moins compliqué à gérer pour le coup.

▬ J'espère que tu aimes tout, je n'ai pas pensé à te demander si je devais éviter des ingrédients... Il n'y avait rien de mieux que du 'small talk' pour s'éloigner des choses plus intenses, si je continuais sur cette voix, j'y arriverais peut être.





Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mar 29 Nov 2016 - 19:37
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


Décidément, ce baiser a eu le don de te désarmer, oubliant presque que t'arrives à entendre les pensées des gens - ou serait-ce uniquement celles de Clarke ? - comme un putain de voyeur. Malgré ta stupéfaction lorsque la rouquine a posé ses lèvres contre les tiennes pour t'arracher une caresse, tu t'es senti soulagé, comme si tu flottais sur un nuage. Les battements de ton coeur se sont accélérés et ça t'a percuté de pleins fouets, ayant une sensation de vertige lorsqu'elle s'est détachée. Comme si, chaque fois qu'elle s'éloigne de toi, t'as l'impression d'avoir les deux pieds dans le vide, sur le point de tomber par manque d'équilibre. Et, lorsqu'elle s'approche, ta stabilité revient, mais t'es trop aveuglé par tes sentiments démesurés envers elle pour comprendre ce que tu fais. Et elle te guide sans le savoir et tu réagis uniquement au son de sa voix, t'accrochant à elle comme si elle était ton point d'encrage dans ce monde qui n'a visiblement plus aucun sens. Tu navigues en eau trouble, au beau milieu d'un ouragan depuis des mois - voire des années - et il suffit qu'un petit bout de femme arrive dans ta vie pour apaiser la tempête et te laisser souffler un brin avant de reprendre le gouvernail à deux mains. On ne devient pas un capitaine de navire en claquant des doigts et chaque commandants a besoin d'une carte pour s'orienter, d'un équipage fiable et d'une encre assez solide pour soutenir le poids du bateau. Clarke... elle est un peu tout ça pour toi.

D'un côté, ce baiser - aussi exquis qu'il était - n'a fait que t'affamer davantage. Comme si chaque échange ne pourrait jamais totalement démontrer à la rouquine tout ce que tu ressens pour elle. Vous vous connaissez à peine, mais, déjà, t'as l'impression que t'as finalement trouvé ce que tu cherches depuis tout ce temps. T'étais perdu, t'as toujours été un peu dans les vapes, jamais réellement présent... Trop occupé à te comprendre, à savoir qui t'es. Et elle débarque, te menotant à son fauteuil et elle devient, à elle seule, la réponse à tout ce que t'attendait. Tu sais d'avance que ce sera compliqué, qu'il y aura des embûches. Entre possessions et séances d'exorcismes, t'espères tout de même lui démontrer que tu tiens à elle. Que, même si elle ne t'appartient pas, t'as peur de la perdre. Du coup, t'as cherché ses lèvres à nouveau et t'as été plus tendre. T'as mis toute la douceur que tu peux pour goûter pleinement cette étreinte et t'aurais souhaité qu'elle ne se termine jamais. Ou, enfin, que sa durée soit largement plus longue. Quand tu t'es dégagé - parce qu'il le faut bien, hein - t'as ressenti un coup de barre monumental, comme si tout le stress et la pression des derniers mois c'étaient évanouis en un seul baiser. Un échange pur et innocent, de quoi faire rêver même les plus sans coeurs qui existent sur terre.

T'esquisses un sourire timide suite à son commentaire. Il était temps que tu retrouves tes couilles, mec. Tu les as égaré bien trop longtemps et elle mérite quelqu'un de solide... pas une mauviette qui chie dans son froc quand il est temps de parler sentiments. Même si, au fond, vous n'avez pas réellement discuté de la chose en soit. Vous avez préféré utiliser les gestes pour vous comprendre et, d'un sens, ce n'est pas plus mal. Parfois, les mots ne parviennent pas à décrire tes pensées et ceux des autres. Il faut alors mettre l'emphase sur le non-verbal - ou devenir un putain de télépathe du jour au lendemain comme toi. T'hoches la tête positivement lorsqu'elle évoque le but principal de votre rencontre ; le pique-nique. Honnêtement, tu l'aurais oublié si ton estomac et Clarke ne te l'avait pas rappelé. Elle te tend un plat et tu zieutes ce qu'elle a apporté. Elle s'est donné tellement de mal que, effectivement, ça serait dommage de gaspiller tout ça. « Tout semble très bon ! Et j'aime pas mal tout, j'suis pas difficile ! » Tu lui indiques, un sourire suspendu à tes lèvres que tu n'arrives pas à estomper. Et que tu ne veux pas effacer, de toute manière. Parce que t'es fichtrement heureux là, maintenant, avec elle. Tu quittes finalement sa main, à contre-coeur - et parce que manger sans main ce n'est pas très pratique - et tu t'attelles au buffet qui se dresse devant toi. « Wow, tu t'es donné, en tout cas ! » Même si tout est plus ou moins simple à cuisiner, ça te fait plaisir qu'elle l'est faite. Juste ça... et t'es au septième ciel.

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mar 29 Nov 2016 - 22:07
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




Je n'aimais pas me sentir comme ça, perdue, déstabilisée... Vulnérable. C'était une sensation qui pouvait s'avérer dangereuse, ou douloureuse du moins. Et aujourd'hui face à Adam, j'étais presque fragile. Pas dans les mots, même si j'avais commencé à dire les choses, mais dans les gestes. Ces baisers qu'on avait échangé... J'avais ressentit chaque seconde, chaque frisson provoqué par l'étreinte, chaque pensée que je n'avais pas confié à Adam, ne me l'étant pas avoué à moi même.

Vulnérable... Je refusait de l'être, ou de le montrer pour ce que ça valait. J'avais donc changé de sujet, peu subtilement et remis le cap sur le pic-nique et ce repas que j'avais préparé. Des salades, rien de bien important, mais à cet instant elles me sauvaient la mise.

▬ J'ai rien donné du tout, encore une fois c'est pas grand chose. C'est mangeable, peut être un minimum bon, mais je n'aurais pas de trop grand espoirs en mes talents culinaires si j'étais toi ! Parce qu'ils s'arrêtent là. Fis-je avec un sourire en songeant que tout ce que je savais cuisiner c'était les basiques. Une cuisson, un assaisonnement, il ne fallait pas trop compter sur plus. Mon temps libre je ne le passait pas tellement sur la cuisine plus sur la sorcellerie.

▬ Si tu veux quelque chose de réussi, mieux veux me demander une potion. Ajoutais-je taquine en prenant une portion de l'une des salades. J'étais toujours un peu chamboulée par tout ça et je n'avais même pas envie de vérifier laquelle. Quelle qu'elle soit, ce n'était pas pour manger que je me servait, c'était plus pour garder l'illusion que mon changement de sujet n'en était pas un.

▬ Et toi... Je crois qu'avec ta confession sur les cupcakes ont à tous les deux admis que cuisiner c'était pas ton fort. Mais... il y a quelque chose pour lequel tu es doué ? Il m'avait parlé de ses études, d'histoire, mais je ne pouvais pas croire que c'était tout ce qui l'intéressait. Et j'avais vraiment envie de savoir. Ma vulnérabilité et moi...

▬ Promis, je ne l'utiliserais pas contre toi. Sauf... si ça s'avère vraiment utile ! Blaguais-je en posant l'assiette que je m'étais servie, sans même en manger une bouchée. C'était étrange, ça ne ressemblait à aucun rendez-vous que j'avais pu avoir jusque là. Parce que tu n'as jamais eu de rendez-vous, bécasse ! Juste des flirts, des nuits, des aventures d'un soir. Cette fois, c'était différent. Ce n'était pas la première fois que je le revoyais et pas non plus le premier rendez-vous. La fête foraine... C'était le premier et ça avait été des plus agréable. Pourtant, celui-là a peine commencé le détrônais déjà. Je devrais m'inquiéter ? Arrêter d'y penser ? Peut être les deux ! Mais c'était plus fort que moi et si je continuais j'allais ruiner tous mes efforts pour parler de manière détachée. J'avais fait le pire changement de sujet de l'histoire et il n'avait rien dit, je n'allais quand même pas le gâcher moi même ?!







Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Jeu 5 Jan 2017 - 19:53
Why am I so afraid to lose you,
when you're not even mine ?

Adarke


Tu ne te rappelles même plus à quand remonte ton dernier "vrai" rencart avec une gonzesse. Et tu doutes que la fête foraine compte. Enfin, pour toi oui, mais pour Clarke... Du coup, ça remonte à l'époque de Vanessa... Même si tu n'as jamais réellement eu de rendez-vous officiel avec elle. Vous avez plutôt passé votre temps cloîtré chez elle, entre quatre murs, croyant vivre la plus belle histoire d'amour alors que tout n'était qu'illusion. Enfin, vous étiez tous les deux perdus, en quête d'un peu de réconfort et vous avez comblé ce manque l'espace de quelques temps. Tu ne peux pas réellement prétendre avoir été heureux avec qui que ce soit dans ta vie. Du moins, jusqu'à cet instant précis. Même si ce genre de moments semblent banals pour certains, toi, c'est ceux que tu chéries le plus, surtout avec la rouquine à tes côtés.

Tu retiens une grimace lorsqu'elle dénigre ses talents culinaires, mais tu te tais, te rappelant que t'es le roi de l'autodérision en personne. De toute manière, tu jugeras par toi-même et elle ne peut pas être pire que toi, ça, c'est certain ! Pour la peine, tu te sers une petite portion de chaque salade qu'elle a concocté lorsqu'elle avoue être douée davantage en potion qu'en cuisine. Sur ce point, tu ne comptes pas la contredire. Il y a toujours des domaines dans lesquelles les gens excellent plus que d'autres. D'ailleurs, tu te poses silencieusement la même question qu'elle te demande à l'instant. L'ustensile dans la bouche, t'hésites, prenant soin de bien mastiquer. Du coup, ça te donne une bonne excuse pour ne pas répondre tout de suite et t'en profites pour réfléchir. En quoi es-tu doué ? Mécanique ? Non, certainement pas ! Personne ne répare ses essuies glaces avec des attaches en plastique de toute évidence. Tu peux également oublier le dessin ou toutes formes d'arts, quelles qu'elles soient. T'es trop malhabile de tes mains pour créer quelque chose de potable et il est hors de question que tu lui mentionnes ton talent pour les jeux vidéos. Du coup, il reste quoi comme option ? Pas grand-chose, tu t'en doutes...

Ses quelques pensées te déstabilisent, plissant les paupières après avoir finalement avalé la salade que t'as mis trente ans à mastiquer. « Pour être franc, j'ai pas vraiment de talent quelconque... » Tu finis par lâcher lorsque tu te rends compte qu'il n'y a rien qui te vient à l'esprit. Au risque de passer pour un mec ennuyant ou sans passion, tu préfères être honnête. Tu n'excelles malheureusement dans aucun domaine ou activité. Certes, tu pourrais citer des milliers d'histoires accompagnées de leurs dates exactes, mais tu doutes que ce soit très palpitant de connaître ce genre de choses. Surtout dans les circonstances actuelles. « J'suis sans doute trop maladroit pour être doué dans... OH ! Par contre, j'ai tendance à faire rire les gens sans l'vouloir... La maladresse, t'sais... » Tu poursuis sur un ton légèrement plus humoristique, histoire d'estomper le malaise que t'as installé.

À ton tour, tu déposes ton assiette devant toi, affichant une mine sérieuse cette fois-ci. « J'aimerais vraiment ça pouvoir t'dire que j'soulève le triple de mon poids aux altères, que j'cours mille deux cent mètres sans être sur le point de vomir mes intestins ou que j'suis capable de construire une école pour les enfants démunis uniquement avec un marteau et un deux par quatre, mais... C'pas l'cas. J'pourrais probablement jamais changer l'huile de ta caisse, ni réparer l'robinet d'ta salle de bain ou t'tricotter une paire de moufle pour garder tes doigts au chaud... Non, j'suis pas doué... » Tu t'arrêtes un instant, un léger sourire déformant à nouveau ton visage. « Mais t'sais quoi ? J'm'en bats les couilles... Pas obligé d'être fort ou séduisant ou parfait dans tout pour partager des salades avec une femme exceptionnelle. J'en suis la preuve vivante... À moins qu'ce soit l'âme qui t'attire... » Tu feins un air outré avant de rire timidement et de reprendre ton assiette, jaugeant l'expression de Clarke. Si ça se trouve, tu l'as carrément révulsé avec ton aveu à deux balles. « En tout cas, c'est super bon ! » Tu changes de sujet, désignant le pique-nique du menton. Créer les plus gros malaises de toute l'histoire de l'humanité... Est-ce un talent ou une énième forme de maladresse ?

Kortyx
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 7 Jan 2017 - 17:51
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




J'étais partagée entre mes pensées. Je voulais en savoir plus sur lui et d'un autre coté ça me dérangeait de poser ces questions avec autant de sens et d'envie. Dépendre de quelqu'un... ce n'était pas ce que je voulais, ni même ce que j'avais envisagé, là, maintenant ! Mais je passait plus de temps avec Adam qu'avec mes étudiants ou même Lou pour ce que ça valait. Et ça, je ne pouvais pas l'ignorer !

Tout comme je ne pouvais pas ignorer le fait que nous étions là à discuter de ce qu'on aimais faire ou de nos talents, comme si je ne lui avait pas sauté dessus quelques minutes plus tôt. Cela dit, à défaut d'oublier, je pouvait ne pas en parler ! Nous avions tout dit à ce sujet, non ? Est-ce qu'il restait quelque chose à ajouter ? Si c'était le cas, j'étais trop peu douée quand il s'agissait de ce genre de choses pour le savoir. Et sa réponse, ça mènerait à une discussion, puis une autre, non ? Je n'aurais pas à trop réfléchir. Ou pas... C'était tout ? Pas de talent ! Point final ? Ah bah j'avais eu grossièrement tord et je n'était pas certaine de savoir quoi dire après ça. J'avais laissé un silence s'installée, surprise comme je l'étais et j'allait finir par le gêner et me mettre mal à l'aise aussi à ne rien dire.

▬ J'suis sans doute trop maladroit pour être doué dans... OH ! Par contre, j'ai tendance à faire rire les gens sans l'vouloir... La maladresse, t'sais... Ô miracle ! C'était lui qui avait brisé la glace. Ses paroles m'arrachèrent d'ailleurs un rire, prouvant ses dires. Même s'il n'était pas maladroit à proprement parler en ce moment... il marquait un point. Je n'avais rien ajouté si ce n'était le rire franc qui m'avait échappé. Non plus parce que j'étais mal à l'aise, mais parce qu'il avait fini par poser lui aussi son assiette et repris la parole.

▬ J'aimerais vraiment ça pouvoir t'dire que j'soulève le triple de mon poids aux altères, que j'cours mille deux cent mètres sans être sur le point de vomir mes intestins... À moins qu'ce soit l'âme qui t'attire...

▬ Ah... ce début de rire, je l'avais coupé avec une pensée qui le transformait en sourire avant de lui répondre:

▬ Non, l'âme je la trouve plus qu'antipathique, pas de soucis à te faire de ce coté là. J'avais répondu simplement, sans prendre en compte tout ces détails qu'il avait cité et que j'aurais difficilement pu contredire. J'avais eu des aventures avec des hommes doués pour des choses variés, au abdos avantageux et j'en passe... Mais il avait raison. Ce n'était clairement pas un critère de choix, parce qu'avec eux... je n'avais rien cherché. Il n'y avait rien eu si ce n'était un échange de bon procédé entre adultes consentants.

▬ Oh merci ! Je... Je n'ai même pas encore goûté la première salade, pour ma part. La discussion avait été plus intéressante et je n'était pas certaine d'avoir faim. J'avais l'estomac noué depuis le début de ce rendez-vous. Je me sentait bien avec Adam, là n'était pas le soucis, mais... trop de pression, trop de sentiments que je ne devrais pas ressentir. Je m'apprêtais à me compliquer la vie, je le savait !

▬ J'ai du mal à croire que tu n'aimes rien cela dit ! Je ne sais pas... faire de la moto ? Danser ? Écouter de la musique ? J'ai plutôt l'impression que tu es trop dur avec toi même. Tu l'es souvent de ce que j'ai remarqué...





Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 11 Fév 2017 - 7:32
Discuter, t'aimes bien. Discuter de toi, t'aimes franchement moins. Pas que tu sois ennuyant à ce point, enfin, tu ne penses pas. C'est plutôt que ça te gêne et tu dois mettre un certain temps à réfléchir à ce que tu peux dire parce que, ces derniers temps, t'as l'impression de ne plus te connaître du tout. De devenir totalement un autre Adam et tu dois admettre que tu n'as pas encore fait la paix avec toi-même -et l'âme qui te possède non plus, d'ailleurs. Du coup, t'as laissé un silence beaucoup trop long et beaucoup trop malaisant s'installer avant de te rattraper avec un peu d'humour. Heureusement, ça fonctionné. T'es parvenu à la faire rire et détendre un peu l'atmosphère. T'ignores ce qui est devenu soudainement trop pesant. Peut-être ce baiser que vous venez d'échanger? Peut-être aussi parce que t'as l'impression de perdre un peu tes moyens quand la rouquine est dans les parages.

Cela dit, t'as beau être timide, t'es habituellement franc et honnête -enfin, le plus possible, quoi. Tu lui as donc avoué que tu n'étais pas vraiment doué en quoi que ce soit, mais que ce n'était pas nécessaire pour avoir un rencart avec une fille -elle, en l'occurrence. T'as terminé, encore une fois, sur une note humoristique à propos de l'âme qui s'amuse à tes dépends. Non, l'âme je la trouve plus qu'antipathique, pas de soucis à te faire de ce coté là. Tu lâches un soupire imperceptible, soulagé par sa réponse, même si tu t'en doutais quand même un brin. Il faudrait être un peu cinglé pour s'éprendre d'un demi-démon et ce n'est définitivement pas le cas de Clarke, cela va de soi. Surtout qu'elle ne gaspillerait pas tout son temps à te déposséder.

Tu complimentes les plats qu'elle a faites, parce que c'est bon et aussi pour changer de sujet. Oh merci ! Je... Je n'ai même pas encore goûté la première salade, pour ma part. Et tu te doutes bien que ta maigre réponse concernant tes passions était insuffisante. Tu commences à bien la connaître, la demoiselle! Comme de fait, elle ne se fait pas prier pour te relancer et tu souris malgré toi aussitôt qu'elle ouvre la bouche. J'ai du mal à croire que tu n'aimes rien cela dit ! Je ne sais pas... faire de la moto ? Danser ? Écouter de la musique ? J'ai plutôt l'impression que tu es trop dur avec toi même. Tu l'es souvent de ce que j'ai remarqué... Trop dur? Peut-être. Enfin, tu le perçois différemment. Sous un tout autre angle. Tu le vois plutôt comme être conscient de tes forces et tes faiblesses. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas grand-chose qui te branche que t'es un mec minable. En réalité, c'est juste qu'il n'y a rien qui suscite un intérêt pour toi, au point de pratiquer un sport à tous les jours ou de faire la même chose continuellement. Tu préfères varié, tester de nouveaux trucs et... t'abandonnes souvent en cours de route, tu dois l'avouer.

Tu fronces les sourcils en mordillant ta lèvre inférieure, réfléchissant à ce que tu peux bien répondre à ça. Après tout, elle n'a pas totalement tort, même si tu n'as jamais spécifié que tu n'aimais rien. C'est, disons, un peu plus complexe que ça. « Ce n'est pas que j'aime rien... Il y a un tas d'trucs qui m'plaît, mais de là à n'en faire une passion ou une activité quotidienne, j'crois pas, non. » Tu souffles, incertain de sa réaction puisque tu ne lui as toujours pas donné une quelconque réponse. « J'aime bien lire, apprendre de nouvelles choses. Peut-être que j'aime aussi un peu bidouiller sur ma bagnole, même si j'suis nul et, qu'au final, l'résultat ressemble à rien. Passer des nuits blanches à juste... rouler, sans savoir où j'vais, ni où j'vais atterrir. Assister à des concerts, peu importe lesquels et d'admirer les lumières des briquets qu'les gens allument qui s'balancent dans les airs au rythme de la musique. Et j'adore tes salades. Ça, j'pourrais plus m'en passer! » Nouveau sourire qui s'immisce sur ton visage alors que tes iris plongent dans les siens. « Et toi, outre les sorts et les potions, il y a un truc de plus... "humain" que t'aimes faire en particulier? Pas qu'tu sois pas humaine, hein... J'veux dire... qu'tu voudrais partager... avec quelqu'un. » C'est bon, Adam, respire! Tu te rattraperas. Tu le fais toujours.
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Ven 17 Fév 2017 - 17:11
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




J'insistait ! D'autres avec plus de tact auraient probablement abandonné à sa première 'non réponse' mais... moi je n'était pas de ceux-la. J'était curieuse et quelque part, qu'il me dise ça m'interpellait. Je voulait en savoir plus, plus il restait mystérieux sur le sujet. Même si mystérieux n'était peut être pas le mot le plus adéquat... Il blaguait, il réussissait à me faire rire et sourire. J'avais d'ailleurs rapidement enchainé une réponse à l'une de ses blagues. Lui confirmant que ce n'était clairement pas l'âme qui le possédait qui m'intéressait. Mais qu'il soit capable de plaisanter de ça, même si c'était bien... ça n'arrangeait pas mes affaires. Et ça ne me faisait pas en apprendre plus sur lui ou le connaître.

Alors j'avais insisté. Disant qu'il était trop dur avec lui même, avec ses talents probablement aussi. Et ça avait l'air de fonctionner, en tout cas il était un peu plus pipelet et j'écoutais attentivement ce qu'il me racontait.

▬ Ce n'est pas que j'aime rien... Il y a un tas d'trucs qui m'plaît, mais de là à n'en faire une passion ou une activité quotidienne, j'crois pas, non. J'aime bien lire, apprendre de nouvelles choses. Peut-être que j'aime aussi un peu bidouiller sur ma bagnole, même si j'suis nul et, qu'au final, l'résultat ressemble à rien. Passer des nuits blanches à juste... rouler, sans savoir où j'vais, ni où j'vais atterrir. Assister à des concerts, peu importe lesquels et d'admirer les lumières des briquets qu'les gens allument qui s'balancent dans les airs au rythme de la musique. Et j'adore tes salades. Ça, j'pourrais plus m'en passer!

▬ Tu es sûr que tu veux finir sur ça ? C'est ton dernier mot ? Parce que je crois que les concerts et les lumières... ça laisse un meilleur souvenir que ma cuisine. Je blaguais, parce que je pensait clairement qu'il essayait d'être gentil, de me flatter. Et aussi parce que je savais que je n'avais rien fait d'exceptionnel avec ces salades. J'étais honnête sur mes capacités dans cette 'discipline'. Je savais cuisiner, assez bien pour pouvoir changer au fur et à mesure des repas, pas suffisamment pour qu'on me fasse de tels compliments.

▬ Tu es douer pour flatter aussi ! Tu devrais l'ajouter à ta liste. J'ajoutais ça avec un sourire avant de répondre à la question que je savais arriver. Cela dit, il l'avait dit de manière maladroite et je l'écoutais se débattre avec les mots.

▬ C'est gentil, d'essayer de te rattraper. Comme si tu avais dit quelque chose de mal. Quelque part, c'était le cas ! Mais... venant de lui j'avais du mal à croire que se soit dit méchamment. Surtout après les bégaiements qui avaient suivis.

▬ Eh bien... a part tout ça, j'adore la danse, la science... c'est même très proche de la magie sur bien des points; j'aime aussi beaucoup regarder des films, je fais du sport toutes les semaines et j'aime... les études, réfléchir... Je suis assez douée pour faire des recherches. Je crois que j'aime vraiment ça, apprendre des choses aussi... Pas que sur la sorcellerie, même si dernièrement j'ai beaucoup concentré mon énergie la dessus. Possessions, exorcismes... Tu vois le genre. J'avais terminé avec un sourire en coin en énumérant les raisons de mes dernières recherches. C'était affolant à quel point ma vie avait changer depuis que je l'avais rencontré. En dehors de toutes nos rencontres, il était qui plus est au centre de mon apprentissage de sorcière aussi.

▬ On pourrait presque dire que c'est devenu une passion de t'aider avec cette chose ! J'ignorais si la boutade était trop déplacée ou s'il pouvait en rire mais... elle était sortie toute seule et je me mordait la lèvre inférieur en me demandant si je n'avais pas été trop loin.






Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 18 Fév 2017 - 4:16
T'as finalement trouvé un truc à dire. Quelque chose de potable, en plus. Bravo Adam! C'est qu'elle te stresse un peu, la rouquine et t'as du mal à réfléchir convenablement. Surtout là, après ce baiser qui t'a littéralement déboussolé. Parce que, même si elle t'a spécifié, dans ses mots, qu'elle n'était pas prête à être en couple -de toute manière, avec l'âme qui fait des siennes, ça t'arrange- t'as l'impression d'avoir passé au stade supérieur d'un coup et que, maintenant, tu dois te faire valoir auprès d'elle. Oh, tu sais que ce n'est pas son genre et que, limite, elle s'en tape un brin, mais tu ne peux malheureusement pas penser à autre chose. Et, comme t'es qu'un simple humain maladroit, tu n'as rien de spécialement intriguant à lui dire sur ta petite personne.

Tu es sûr que tu veux finir sur ça ? C'est ton dernier mot ? Parce que je crois que les concerts et les lumières... ça laisse un meilleur souvenir que ma cuisine. Elle répond après que t'aies vanté sa cuisine une énième fois aujourd'hui. T'aurais bien aimé lui dire un truc de bolosse, un truc du genre que tu ne pourrais plus te passer de ses baisers, de ses lèvres contre les tiennes... Mais t'es Adam et Adam est bien trop timide. Tu es douer pour flatter aussi ! Tu devrais l'ajouter à ta liste. Tu te contentes d'esquisser un léger sourire en coin alors que tu sens tes joues virés au rouge. Même si t'étais sincère et que le but n'était pas vraiment de la flatter, mais plutôt d'être honnête. En cuisine, t'es nul. T'as l'habitude de bouffer des repas surgelés ou des choses qui demandent moins de cinq minutes à préparer. Aussi, avec l'âme qui monopolise ton corps ces derniers mois, tu n'as pas vraiment pris le temps de manger un bon repas. C'est peut-être pour ça que ses "simples" salades -comme elle dit- semblent aussi délicieuses pour toi.

Tu lui demandes à ton tour ce qu'elle aime faire, outre que les potions et sorts, maladroit à souhait. Tu tentes de te reprendre avant de te taire complètement mais, heureusement, il lui en faut beaucoup plus à la rouquine pour s'offusquer. C'est gentil, d'essayer de te rattraper. Comme si tu avais dit quelque chose de mal. Eh bien... a part tout ça, j'adore la danse, la science... c'est même très proche de la magie sur bien des points; j'aime aussi beaucoup regarder des films, je fais du sport toutes les semaines et j'aime... les études, réfléchir... Je suis assez douée pour faire des recherches. Je crois que j'aime vraiment ça, apprendre des choses aussi... Pas que sur la sorcellerie, même si dernièrement j'ai beaucoup concentré mon énergie la dessus. Possessions, exorcismes... Tu vois le genre. Elle termine en affichant un de ces sourires, ceux que t'aimes tant et tu fais pareil. Surtout après avoir cité "possessions et exorcismes" qui sont, fort probablement, relié à toi. À moins qu'elle s'amuse à exorciser tout LA, ce que tu doutes, mh.

On pourrait presque dire que c'est devenu une passion de t'aider avec cette chose ! T'étouffes un rire avant d'gratter ta nuque, légèrement mal à l'aise de lui faire vivre ça. « J'crois pas qu'ce soit réciproque d'son côté, malheureusement. Il doit péter un câble aussitôt qu'il t'voit! » T'ajoutes, poussant la blague un peu plus loin. Si ce sujet est sensible pour toi et que ça t'affecte définitivement trop, en revanche ça te fait du bien d'en rire un peu. Ça aide à te détendre et t'apprécies Clarke pour ça, aussi. Qu'elle soit là pour toi quand tu perds littéralement la carte pour te ramener à la raison. De savoir qu'ils existent des gens qui sont présents pour toi -également ton supposé ange gardien- ça t'empêche de déprimer et de baisser les bras. Même si, parfois, ton corps ne suit plus du tout. T'as mal, t'as de la difficulté à tenir debout et ces absences grugent ta patience... mais, sans ça, tu ne serais pas là aujourd'hui, en train de partager des salades avec la sorcière. « Faudra s'refaire ça, un jour... Ça change d'être menotté à ton fauteuil! » Tu poursuis, en appuyant les paumes de tes mains derrière ton dos pour t'étirer un peu. « Comment il va, au fait? Il tient l'coup? » Tu lui demandes à la blague, te préoccupant de son mobilier. Mobilier qui risque de terminer aux ordures si vous n'arrivez pas à trouver cette foutue Caitra... Caitia? Catrina? Arf, t'as déja oublié...
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Sam 18 Fév 2017 - 19:29
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?



Une passion, ça ne l'était pas vraiment mais... l'aider lui, ça ne me dérangeait pas et au final; j'étais devenue plutôt douée pour les exorcismes en peu de temps. Qui l'aurait cru ?! Ce n'était pas que j'étais heureuse qu'il soit dans cette situation, pas du tout, mais... Sans ça, nous ne nous serions probablement jamais rencontrés. Alors peut être qu'une partie de moi, et de lui j'espérait, ne rejetais pas totalement cette idée.

J'ignorais si c'était pour ça du coup, ou parce que j'avais essayé d'en rire qu'il continuais ainsi. Mais nous parlions toujours de sa possession et de l'âme - ou comme j'aimais à l'appeler: l'autre enfoiré - et ce avec humour. Je riais à sa dernière réplique à ce sujet avant d'ajouter sur le même ton:

▬ Non, je crois que la réciproque qui est vrai c'est sur ce que j'ai dit plus tôt. Et par là je faisait bien entendu référence à ce que j'avais dit sur l'âme que je trouvait antipathique. Sauf que... j'aurais pu choisir des noms plus brutaux, surtout me connaissant et que lui devait en penser autant si ce n'était plus. Mais, sinon, la supposition d'Adam était très proche de la réalité à mon humble avis.

Je continuais de sourire, voyant que nous ne semblions pas nous éloigner du topic principal. Il mentionnait les menottes, le fauteuil, m'arrachant un nouveau rire.

▬ Ça dépend... il y a des façons plus agréables de les utiliser ces menottes...

Un instant, je crois que j'avais oublié qui j'avais en face de moi. L'allusion était sortie toute seule, dès qu'elle avait traversé mon esprit. En règle générale, je n'étais pas gênée par ce genre de discussions, bien au contraire, c'était d'ailleurs pour ça que je n'avais pas réfléchi, rien filtré, mais... j'avais tout de même peur de mettre Adam mal à l'aise. C'était pour ça que je n'avais pas ajouté plus, pas même un sourire pour compléter la chose.

▬ Ahem... Oui, il tient le coup ! C'est du bois robuste ! C'était un bois assez épais et... De qui je me moques, comme si j'avais envie de penser déco !

▬ Désolée, c'est sortit tout seul... pour... Est-ce que le lui répéter n'était pas pire ? Il savait de quoi je parlait de toute façon.

▬ Je n'ai pas trop de filtres, tu as du le voir. Je sort tout ce qui me passe par la tête, quitte à m'attirer des ennuis, mais... je vais faire des efforts avec toi. Promis. J'ajoutais un sourire cette fois, sincère. Parce que si je continuais comme ça... Je risquait de lui faire avoir une attaque.







Adam J. Sykes
avatar
Humain | Possédé -staff-
✥ Je suis : un humain possédé
✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Codeur




MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mar 14 Mar 2017 - 4:03
Vous êtes là à papoter de l'âme et même d'en rire. Au fond, c'est peut-être mieux ainsi. T'as moins l'impression d'être un monstre ou, enfin, qu'une partie de toi le soit. C'est plus facile d'encaisser le choc de cette manière et, d'ailleurs, Clarke, à elle, seule y parvient. Passer du temps avec elle, ça t'aide à tenir le coup, étrangement. Comme si tu retrouvais, quelque part, le véritable Adam. Celui que t'as toujours été, finalement. Oh, tu resteras probablement le même malgré tes possessions. C'est juste que, inconsciemment, ça laisse des marques profondes qui sont difficiles à cicatriser. Si t'es moins trouillard qu'il y a quelque temps, en revanche t'es davantage méfiant. Toi qui donnait ta confiance si facilement, aujourd'hui, ce n'est plus tout à fait le cas. Tu pouffes de rire en lui mentionnant que la passion qu'elle éprouve à t'exorciser ne doit pas être réciproque du point de vue de l'âme. En fait, il doit être agacé dès qu'il aperçoit la rouquine. Non, je crois que la réciproque qui est vrai c'est sur ce que j'ai dit plus tôt. T'hoches la tête, un sourire pendu à tes lèvres. Effectivement, vue comment ils semblent s'aimer, ces deux-là, tu ne peux qu'être d'accord avec elle. Tu te rappelles toutes les fois qu'elle t'a filée un coup de main sans rien demander en retour. Elle et Ezechiel. Honnêtement ça te fait du bien de savoir qu'il existe des gens aussi généreux de leur personne. Tu lui fais donc la remarque que vous devriez faire ce genre d'activité plus souvent, que ça change des exorcismes et d'être menotté à son fauteuil. Elle rigole et son rire t'arrache un rictus amusé. T'aimes bien ça, la voir comme ça. Surtout que son sourire te fait fondre. Littéralement. Ça dépend... il y a des façons plus agréables de les utiliser ces menottes... Mh? Tu mordilles l'intérieur de ta joue, les yeux légèrement plissés. Elle te fait du rentre-dedans ou c'est ton imagination? Peut-être qu'elle a seulement dit ça à la blague... Néanmoins, tu sens tes joues s'empourprer, voire devenir rouge écarlate, carrément. Tu déglutis maladroitement, ne sachant pas quoi répondre à ça. Tu te contentes de lui demander des nouvelles de son mobilier, trop timide pour revenir sur le sujet des menottes. T'es vraiment coincé, vieux! Ahem... Oui, il tient le coup ! C'est du bois robuste ! Elle te répond et tu souris à nouveau, déchiffrant quelques bribes de ses pensées. Le sont-elles? Probablement. Tu n'as pas vu ses lèvres bougées. C'est agaçant ce don, vraiment... Désolée, c'est sortit tout seul... pour... Je n'ai pas trop de filtres, tu as du le voir. Je sort tout ce qui me passe par la tête, quitte à m'attirer des ennuis, mais... je vais faire des efforts avec toi. Promis. Tu ne peux t'empêcher d'afficher un sourire niais en penchant légèrement la tête sur le côté sans cesser de la contempler. « Hey! T'en fais, Clarke, vraiment. Sois toi-même. C'est ça qui m'plait chez toi, justement... Ta non-censure et l'fait qu'tu dis tout haut tout c'que tu penses. Au moins, avec toi, on a l'heure juste. Alors, sérieusement, n'te force pas à devenir une autre personne parce que... » Tu l'aimes comme ça? Oui, mais tu ne comptes pas lui balancer ça. Parce que t'es Adam. Tu déglutis bruyamment avant de reprendre. « Anyway, j'suis pas si sensible que ça, t'inquiètes! » Tu te moques même si, avouons-le, t'as frôlé la crise cardiaque. Ce ne serait certainement pas aussi intense si elle ne venait pas te chercher à ce point. Limite, tu n'aurais pas compris l'allusion ou, du moins, tu n'aurais pas tilté, naïf comme t'es.
Clarke Spencer
avatar
Humain | Sorcier -staff-
✥ Je suis : Une sorcière



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   Mar 21 Mar 2017 - 2:39
ADARKE
Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine ?




J'essayais de le faire ficher le camp, je ne voyais que ça ! Pourquoi j'avais sortit ça ? Avec Adam ? Il était devenu rouge écarlate et franchement, je n'aurais pas pu m'attendre à une autre réaction, quoi que... ça pourrait être pire, il restait avec moi, c'était déjà ça. Je m'étais excusée, je n'étais pas trop certaine de quoi je m'excusait... mais lui il semblait en avoir une bonne idée. Et il avait raison quelque part. J'était en train de m'excuser de mon franc parlé, d'être... moi ! Et il semblait ne pas être d'accord avec ça ! Pas du tout.

▬ Hey! T'en fais, Clarke, vraiment. Sois toi-même. C'est ça qui m'plait chez toi, justement... Ta non-censure et l'fait qu'tu dis tout haut tout c'que tu penses. Au moins, avec toi, on a l'heure juste. Alors, sérieusement, n'te force pas à devenir une autre personne parce que... Anyway, j'suis pas si sensible que ça, t'inquiètes!

▬ Si tu veux de la non-censure, alors... tu vas être servit ! Je ne savait pas quoi rétorquer d'autre. Parce que j'étais un peu démunie face à sa réaction. Je le mettais mal à l'aise et il... me disait de continuer ?

▬ Franchement, je me demande qui est le plus cinglé de nous deux ! Tu aimes que je te mette mal à l'aise ? Comme... je le fait maintenant avec ma question, sans filtre... C'était sortit direct, sans même réfléchir, pour changer.

▬ J'avoue que l'honnêteté, le coté limpide c'est en partie pour ça que je le fait, ça et... parce que je suis pas hypocrite pour un sous, je préfère que quelqu'un sache quand je ne l'aime pas ! C'est plus simple comme ça. Mais... Je n'ai pas envie de te faire fuir non plus. Et je ne sais pas comment tu fais pour ne pas avoir pris tes jambes à ton coup !

Je ne cherchais pas à l'effrayer, en fait, je voulait qu'il reste ! Mais je ne saisissait pas pourquoi il en avait envie. Nous étions si différents et même s'il semblait toujours honnête c'était bien différent de mon honnêteté brutale. Il était gentil et il avait un bon fond. Moi, je n'était plus très sûre des fois de la raison pour laquelle j'adoptais cette attitude !

▬ Alors je vais continuer, mais... si tu sent que c'est trop... je ne savais pas comment dire la suite, parce que le coté sentimental par contre ce n'était pas moi ! Préviens moi ? Donne moi un coup sur la tête ? Fais des signaux de fumés, parce que je n'ai pas envie que tu me laisses seule ? J'aurais pu le dire sur le ton de la plaisanterie comme ça, mais...

▬ N'hésite pas à me le dire ! Je n'aimerais pas te faire fuir... C'était tout de même mieux dit comme ça !

Le reste du pique nique s'était passé comme on l'avait dit. J'étais restée moi même et je n'avais pas mit de frein à mes répliques, attendant qu'il me bride si jamais c'était trop. C'était une belle journée et j'avais profité du beau temps et de la compagnie...





Contenu sponsorisé



MessageRe: Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.   
 

Why am I so afraid to lose you, when you're not even mine w/ Clarke.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-