I'm not gonna stop fighting... ▬ Feat. Methiziah


 :: city of angels :: Streets & alleys :: Sud & Ouest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Methiziah B. Mizanin
avatar
Déchu | Neutre
✥ Je suis : Un ange déchu






Message   Mer 2 Aoû 2017 - 23:50

"I'M NOT GONNA STOP FIGHTING..."
Connor C. Dikson & Methiziah B. Mizanin


Castiel se lance à son tour à évoquer ses premiers instants en tant que déchu. Son air sombre, les coups de pelles plus violents dans la terre qui ne résiste pas à ces assauts montrent que l’histoire est plus pénible. On ne peut pas dire que la situation de Methiziah avait été idyllique, mais il avait échappé aux pires tourments. Il semble que ce n’est pas le cas de son nouvel ami. Il en arrive a l’élément clé de sa chute. La description qu’il en fait est courte mais il est facile de mettre des images sur les mots et elles sont loin d’être belles.

— Je vois.

Est-ce qu’il y une bonne ou une mauvaise raison de chuter ? Certes non, chuter c’est chuter, mais il fallait tout de même reconnaitre que Castiel avait pris une voie royale.

— Je comprends que cela a été dur pour toi.

Methiziah se garde de donner un avis quelconque sur le choix et les conséquences. Cela n’avait que peut d’importance en soit et l’air qu’arborait Castiel montrait qu’il avait souffert a postériori se rendant compte du résultat de l’aide qu’il avait apporté à cette femme. Il reste à expier la faute éternellement sans pouvoir obtenir de pardon. La sentence de leur créateur est la même quoiqu’on fasse. Cela est étrange d’une certaine manière. Pour certains cas, cela peut faire figure de clémence, pour d’autres la sévérité frôle la démesure.

— Je ne suis pas démoralisé. Non. Et ce que tu me dis n’enlèvera rien à l’amitié qui vient de naitre entre nous.

A son tour. Il est libre de ne pas le faire. S’abstenir serait trahir la confiance que lui accorde Castiel.

— La non ingérence de notre père. Je ne supportais plus de ne pas pouvoir agir. Laisser tomber les mortels au sol, les laisser souffrir, les regarder sans pouvoir leur tendre la main. Chasser uniquement les vautours infernaux autour d’eux ne me suffisait plus.

A l’explication donnée sur un ton neutre suit un complément plus passionné.

— Il suffit que nous leur montrions que nous sommes à leur côté, qu’ils ne sont pas seuls, jamais, pour que la vie leur soit plus facile. Nous pourrions leur montrer les chemins les moins pénibles. Nous pourrions ôter bien des épines. Ils s’en tourneraient bien moins vers le mal s’ils savaient notre bienveillance offerte.

Il soupire.

— Je suis désolé. Je t’expose ma vision des choses comme si elle était la clé. Je reste persuader que nous pourrions faire beaucoup plus pour les humains, que ce serait bénéfique pour tous. Eux, nous et notre lutte contre le mal. C’est une opinion personnelle. Nous n’avons pas droit à cela. Un ange doit obéir sans émettre de doute sur les choix de père.

Il baisse la tête, presqu’enfant que l’on aurait grondé violemment pour avoir mis le doigt dans la pâte à crêpes, trop gourmand pour attendre.

— Père m’a puni pour ces doutes et ma façon de voir les choses.

La tête baissée, c’est une vue plongeante sur le trou béant creusé par Castiel. Il hoche la tête.

— Beau travail ! Je vais en chercher un autre.




Connor C. Dikson
avatar
Déchu | Rebelle -staff-
✥ Je suis : Un déchu






Message   Dim 6 Aoû 2017 - 21:58
I'm not gonna stop fighting...
Methiziah & Castiel


J'avais tout expliqué, sans entrer dans les détails trop précis, bien sûr. Mais j'avais dit pour Katie et son pacte, pour ma chute et les morts que j'avais causé et qui me hantaient toujours aujourd'hui... Pourtant je ne décelais pas de jugement chez Methiziah qui n'avais prononcé que quelques mots. Il était peu bavard, mais il ne semblait pas me condamner. Au contraire, il disait me comprendre.

J'ignore pourquoi, mais une partie de moi était déçue. Non pas par sa faute, mais parce que s'il avait désapprouvé, s'il avait détesté mes paroles et mes actions... je n'aurais pas été le seul à le faire. C'était sûrement idiot ou auto-destructeur mais... Dans mon entourage, tous comprenaient, tous me trouvaient des excuses. Qu'il s'agisse de Daniel, de Cassandre, d'Alice par le passé, et de Katie... Personne ne comprenais pourquoi j'étais prêt à mourir et accepter le jugement divin s'il venait. Personne n'acceptais les lois ou les trouvaient justes. Mais moi, je savais que ce n'était pas les lois divines qui étaient strictes, la faute m'incombait à moi et moi seul. Alors s'il m'avais désapprouvé, quelque part, j'aurais compris et ça m'aurais soulagé d'un poids. Seulement ce n'était pas à lui de le faire, d'en prendre la responsabilité.

▬ Tu es trop clément. Mais... merci.

J'avais répondu ça lorsqu'il ajoutais finalement que notre amitié naissante ne souffrirais en rien de mes révélations. Je ne pouvais pas lui reprocher de ne pas m'en vouloir, mais... quand ses mots avaient suivis, expliquant les raisons de sa chute... Je comprenais le pourquoi de sa réaction. Tout s'éclairait plus ou moins dans mon esprit.

Non ingérence, choix, libre arbitre, le doute... il n'avait suffit réellement que d'un mot et j'avais saisi. Car tout ça était lié. Mais pas le libre arbitre des humains, non, c'était celui des anges qu'il remettait en question, car obéir simplement aux ordres ne lui suffisait apparemment plus. S'il s'excusait de démontrer trop d'entrain dans ses paroles et de présenter comme il le faisait sa vision des choses... Ma réponse tardait à venir. Pour une simple bonne raison : je ne voulais pas le juger alors qu'il ne l'avait pas fait. Je ne voulait pas ternir cette entente que nous avions mais... Je ne pouvais pas partager ses pensées. Car si je regrettais par dessus tout ma chute, et accepter mes erreurs, pour lui il semblait clair qu'il n'en avait pas commis. Que sa voix était la bonne.

▬ Pour ces doutes, ou pour avoir agit à cause d'eux ?

J'avais finis par laisser sortir cette question, ne le laissant pas me quitter pour aller chercher le prochain corps; je ne voulais pas le juer, mais demandait simplement parce qu'un doute ne causait pas une déchéance. L'action cela dit, la désobéissance, oui. Il devait avoir aidé au delà de ce qui lui était autorisé et appliquer ses idées pour lesquelles il semblait si passionné. Mais un simple geste du genre était à l'encontre des ordres divins et expliquerais sa chute.

▬ Je suis navré... Pour mon silence avant cette question. Je... je ne te reproche pas tes choix. Comment le pourrais-je quand j'en ai fait des bien pires. Mais... si je regrette ma chute, ce n'est pas uniquement pour les morts que j'ai causé ou pour ce que je t'ai raconté. C'est parce que quoi qu'il arrive, je respecte toujours les choix de Dieu. Les lois, qu'elles nous concernent... ou plutôt les anges ou qu'elles concernent les humains... sont la pour une raison. Plusieurs même.

Je prenais une pause, essayant de ne pas paraître le juger. Ce n'était pas ce que je voulais, car son opinion même si je ne la partageais pas était sienne. Alors, malgré ma façon de penser et l'ange qui restait ancré en moi, je tentais de rester ouvert dans mes propos.

▬ Je ne te dirais pas comment penser ou... je ne veux pas te juger, je veux seulement être honnête avec toi. Je ne peux pas partager ta façon de penser car la mienne n'as jamais changé durant tous ces millénaires, ou durant ma chute. Je partage la même vision que Dieu sur la question, je le ferais toujours.

Mes mots n'étaient pas là pour contrer les siens, car il avait clairement dit ne pas chercher à m'influencer ou à imposer sa vision. Non, je cherchais juste à me montrer honnête et direct dans une situation qui étais déjà bien assez étrange par elle même. A cette pensée, je baissais les yeux vers le trou qu'il avait trouvé terminé plus tôt. J'en avais presque perdu de vue ma tâche. Je me baissais alors et poussais le cadavre du démon dans le trou, près à le couvrir de terre pendant que Methiziah pourrait aller chercher le suivant.

Je doutais cela dit que nous avancions bien vite vu la tournure qu'avait pris la discussion. Ensevelir ces corps risquait de devenir plus tendu encore, s'il acceptais mal ma réaction à ses aveux.

▬ Nous devrions continuer, non ? Les... corps je veux dire.
Rien n'empêche de parler encore, pendant. Sauf... si tu préfères qu'on en reste là ?










Methiziah B. Mizanin
avatar
Déchu | Neutre
✥ Je suis : Un ange déchu






Message   Ven 18 Aoû 2017 - 23:48

"I'M NOT GONNA STOP FIGHTING..."
Connor C. Dikson & Methiziah B. Mizanin


— Bien sûr continuons notre ouvrage.

Methiziah prend le temps d’aller chercher le deuxième corps pour éviter qu’une trop grande passion anime l’échange. Il ne veut pas d’un combat verbal entre eux pour défendre des opinions qu’ils ne peuvent plus appliquer à la lettre. Methiziah, ange, avait une latitude de pouvoirs lui permettant d’influer sur le cours d’une vie, il reste bien peu d’actions possibles. Castiel, intransigeant sur l’obéissance au père, peut-il se comporter tel un ange, bras armé divin, alors qu’il a fauté. Il laisse tomber le second cadavre près de la tombe du premier. Il sourit.

— Parler est toujours possible. Il doit bien rester assez de sagesse en nous pour éviter de nous quereller pour une opinion.

La clémence fait désormais partie des choix possibles dont dispose un déchu dans sa panoplie de jugements. Methiziah, du temps où il était encore un ange, ne l’aurait pas eu, surtout face à ce qui serait apparu comme une trahison envers non seulement leur père, mais aussi tous leurs frères. Le choix de Castiel n’avait pas été sans conséquence dans leur rang. Aujourd’hui, l’approche est différente. Ils sont à l’image de survivants d’un naufrage sur une île sauvage. Ni l’un, ni l’autre n’est exactement le même qu’à l’époque antérieure ou celle de leur chute. Pourtant Castiel se vante de voir les choses de la même manière qu’avant son erreur.

— Doute et acte ne sont pas différents pour notre père. Il préfère se séparer d’une brebis qui s’égare avant même qu’elle ne fasse des vagues dans une piscine.

Un langage imagé humain qu’il a appris à utiliser avec ses collègues de travail. Avec eux, il fallait suivre sous peine d’être exclu des potins de vestiaires. De là à ce que ce soit utile ici n’effleure pas son esprit, pourtant cela représente bien son idée. Alors il développe un peu plus.

— Je n’ai pas enfreint de lois dans les faits. Pas tout à fait, quoiqu’il semble qu’avoir une opinion et l’exprimer est tout aussi inacceptable qu’agir. J’ai émis l’avis que le cadre des actions était trop restreint, qu’il pouvait être fait beaucoup plus et que cela apporterait des situations meilleures pour tous.

Le discussion et la divergence de vue peuvent être source de heurts. Methiziah n’a pas envie de cela. Croiser un déchu qui reste du côté positif est une chance. Pas question d’entacher la rencontre de pensées antagonistes.

— Notre père a une vue complète de l’univers. Un pourquoi de certains de nos ordres m’aurait empêché de douter. Je n’ai eu qu’une exclusion. C’est ainsi.

Il plonge ses mains dans ces poches, avantage de celui qui ne creuse pas.

— Je lui en ai voulu, les premiers jours, de cette condamnation silencieuse. Ce n’est plus le cas. Après tout, il m’a mis là où je voulais être, au plus près des mortels.

Il hausse les épaules.

— Il serait mal de m’en plaindre.




Connor C. Dikson
avatar
Déchu | Rebelle -staff-
✥ Je suis : Un déchu






Message   Dim 20 Aoû 2017 - 18:20
I'm not gonna stop fighting...
Methiziah & Castiel


Les doutes à eux seuls n'étaient pas suffisant pour justifier une chute. Et s'il n'avait pas désobéi clairement comme il semblait le dire... alors c'était autre chose, un sentiment peut être ? Qu'il aurait ressentit à cause de ses derniers ? Un sentiment humain qui eux... étaient interdits pour nous.

J'étais mal placé pour juger, car c'était un sentiment humain qui m'avait fait chuter aussi. Pourtant, j'avais été exécrable dans ma réponse. Je m'était excusé, je n'avais pas été rude dans mes propos mais... j'avais jugé. Je continuais de le faire quand je disais ne pas pouvoir rejoindre son opinion. Je continuais de le faire à chaque souffle que je laissais s'échapper de ma poitrine. Et je m'en voulais, car il y avait pire encore que sa raison. Pire chute que celle-ci. Tout comme il y avait bien plus mauvaise personne que lui.

Je me sentais encore plus coupable quand il se montrait si compréhensif et acceptais de continuer notre labeur. Il avait amené le cadavre suivant et semblait penser que nous pouvions rester en de bons termes, même avec pareille discussion.

▬ Ahah. J'imagines que tu as raison. De toute façon...
j'ai eu ma part d'erreurs. Je ne devrait pas autant être touché. C'est seulement... difficile d'oublier celui que j'étais.


Ou de changer celui que j'étais toujours ! Car c'était ça. Ange ou non, j'étais toujours le même, j'avais toujours les mêmes idées, les même lois... Même si je n'étais plus tenu à rien par obligation, par devoir... Mon âme, mon coeur, tout mon être continuais de suivre ce que j'avais toujours suivis. Car la mission, ces règles, tout ça était bien au delà de ma raison d'être ou de la raison de la création des anges au complet. C'était pour le bien, le divin et toute création. Jamais je n'avais songé à changer ma vision, car elle était celle de Dieu et celle que je n'aurais jamais du entacher.

▬ Parlons d'autre chose, veux-tu ? Je respecte tes choix,
je ne veux pas te dire comment régir ta vie ici. C'est déjà bien assez compliqué en soit.


Parler de nos idées n’amènerait à rien puisqu'il avait chuté pour ses convictions et je regrettais ma chute pour les miennes. Si entente il ne pouvait pas y avoir sur ce sujet, je n'oubliais pourtant pas tout le reste et le soutiens qu'il m'avait offert ce soir.

▬ Je peux comprendre que tu aimes être ici, cela dit. Ce monde, les humains... C'est agréable de pouvoir les voir de si près. Mais c'est aussi douloureux. De ne pas pouvoir tous les sauver, de perdre ceux qui nous sont proches avec les années... J'espère seulement qu'un jour, tu ne regretteras pas d'être aussi près d'eux.

Il avait l'éternité, une possible éternité à voir vieillir, mourir des centaines, des milliers... de ceux pour qui il avait chuté. Chuter pour vouloir les aider mieux était en soit louable si on oubliait ce qu'il avait enfreint et si je taisait une petite voix dans ma tête le temps nécessaire. Mais... combien de temps une âme comme la sienne pourrait subir des pertes en étant aussi prêt ? Combien de temps pourrait-il supporter de voir autant d'humains mourir malgré ses actions ? Car quoi qu'il arrive, il était impossible de tous les sauver.

Je me remettais alors à creuser, songeant qu'on aurait pu facilement liée ce que l'on faisait ce soir à la mort d'humains. Tout pouvait aller aussi vite également pour eux. Une arme, un mauvais coup, une maladie, un accident... et c'était l'un d'entre eux qu'on mettait dans l'un de ces trous.

▬ Je... serais cela dit là, si ce jour viens. Je pense que nous n'avons pas besoin de partager toutes les même idées pour rester... amis ?
Non ?










Methiziah B. Mizanin
avatar
Déchu | Neutre
✥ Je suis : Un ange déchu






Message   Mar 5 Sep 2017 - 1:25

"I'M NOT GONNA STOP FIGHTING..."
Connor C. Dikson & Methiziah B. Mizanin


Les humains sont mortels, pas eux. Eux, les déchus, enchaineront les siècles les uns après les autres s’ils passent au travers des mailles du filet tendu par leurs ennemis, démons et anges confondus. Une différence majeure que Methiziah n’oublie pas. Il le sait. Le combat, celui qu’il s’est fixé, il le sait aussi, ne sera qu’un grain de sable sur la plage. Apaiser le corps et l’esprit pour mieux sauver l’âme. Mettre les mains dans ce merdier qu’est trop souvent le vécu pour mieux révéler le bonheur d’exister. Il n’est pas son père, capable de voir l’humanité entière, son passé comme son devenir. Il est dans l’instant, celui qu’un homme ou une femme vit, entre zéro et quatre-vingt ans, trop souvent moins, et bien peu d’avantage en de bonnes conditions. Aider son prochain, car maintenant l’humain est son prochain. Ce n’est plus une loi angélique à appliquer, cela reste une loi divine, celle que son père souffle dans l’oreille du mortel qui veut bien écouter autre chose que le brouhaha du combat trivial qu’il mène au quotidien. Ange, il a vu tant d’âmes s’égarer et partir dans la direction du frère maudit. Cela ne peut être pire. Cela sera. Simplement. Il aura essayé.

— Les sentiments, Castiel, tu me parles des sentiments que je pourrais ressentir pour une personne que j’aurai côtoyer longtemps et que la mort emporterait ? Est-ce de cela que tu parles quand tu dis qu’il est douloureux de perdre quelqu’un qui nous est proche avec les années ?

La douleur de la perte, de l’échec. Methiziah observe son nouvel ami creuser la deuxième tombe. Castiel a passé tant d’années ici bas. Où en est-il de ce qui sépare un ange d’un humain ? Le pire des poisons qui peut s’insinuer dans leur être, ressentir ce que ressente les humains, ce qui fait leur fragilité, tout en gardant une longévité qui amplifie la sensation de perte impossible à surmonter. Il a chuté pour un sentiment, est-ce à dire que les autres viendront, tous, les uns après les autres ?

— Est-ce que tu as déjà ressenti une telle chose ? Comment viennent les sentiments ? Amour, haine ? Et la peur, sera-t-elle aussi au rendez-vous ? A quoi dois-je m’attendre si je dure ?

Methiziah n’avait pas pensé sur la durée. Il s’était imaginé quelques années, au mieux. Décennies, siècles, c’est une nouvelle approche de la déchéance. Fallait-il appréhender cet état comme une sorte d’humanité qui s’infiltrerait en lui en fil des années et qui le transformerait en un humain éternel avec tout ce flot de sentiments ? Quelle part angélique resterait-il ? Castiel en a gardé.



Connor C. Dikson
avatar
Déchu | Rebelle -staff-
✥ Je suis : Un déchu






Message   Mar 5 Sep 2017 - 13:20
I'm not gonna stop fighting...
Methiziah & Castiel


Je n'étais pas sûr qu'il me comprenne. Il semblait perdu par mes mots et s'interroger. Je restait pourtant silencieux, ne souhaitant rien ajouter tant qu'il ne me le demandait pas. Car s'il était en train de peser mes mots ou de tenter de les comprendre, d'autres pouvaient tout aussi bien l'embrouiller d'avantage.

Il m'avait dit être nouvellement déchu, deux ans tout au plus. Il y avait des choses qu'il n'avait pas encore vu, pas expérimenté. Je ne prétendais pas connaitre par avance tout ce qu'il vivrait, car nous étions différents lui et moi; mais sa vie, elle serait tout du moins bien différente de la précédente. Car rien ici bas ne ressemblait au Paradis, rien ne pouvait le préserver de tout ce qui se profilait. Et pire encore, il ne le voudrait probablement pas considérant la raison de sa chute.

▬ C'est de cela, oui. Parce que si tu as chuté, si tu as voulu les aider tant et si bien que tu as été déchu... C'est que cette porte est ouverte. Tu ressent les choses, qu'il s'agisse de doute, de colère, d'amour... Les sentiments humains viennent rarement seuls et s'ouvrir à l'un d'eux... c'est presque comme s'ouvrir à tous.

Bien entendu, ce n'était peut être pas vrai pour tous les déchus, comme Lucifer ou d'autres. Mais si c'était avec de bonnes pensées comme celles de Methiziah, je doutais fortement qu'il soit capable de les chasser. Il n'avait pu le faire pour se préserver de la chute, pour préserver les humains... pourquoi commencer maintenant ?

▬ Malheureusement... en 160 ans j'ai pu le vivre oui. L'espérance de vie humaine ne peu rivaliser avec la notre. Alors le jour est venu ou j'ai perdu des êtres. Chaque sentiment, chaque personne est différente, même nous. Les miens, pour beaucoup, sont venus à ma chute quand j'ai réalisé ce que j'avais perdu et pourquoi... d'autres sont apparus avec les années. Celui de perte, la colère...

Je marquais une pause, essayant de trouver les mots adéquats pour terminer ma pensée et répondre au mieux à sa question, à ses questions.

▬ Ils sont tellement nombreux, Methiziah que je ne peu rien prévoir. Je ne peu pas te donner de recette magique. Mais sache qu'aussi angélique que je sois resté... vivre parmi eux m'as changé. Et les sentiments sont des choses contre lesquelles il est difficile de lutter.

On ne pouvais pas cogner, on ne pouvais pas être des guerriers face à eux. Pas quand on y avait déjà succombé. C'était en ça que je comprenais parfaitement la sentence qui m'avait été infligée, ou celle des autres déchus. Car je n'étais pas certain moi même d'être capable de faire ce qui devait être fait comme je l'avais toujours fait avant. Les sentiments changeaient la donne et nos actions, nos décisions pouvaient en dépendre. Une chose que Dieu ne pouvait permettre.

J'avais tenté de le rassurer un peu plus tôt, en proposant après mon laïus sur les sentiments d'être là pour lui. Moi qui comme lui ne mourrait pas. Pourtant s'il n'avait pas semblé avoir besoin d'être apaisé, il avait clairement ignoré ces paroles là. Pensait-il que nous ne pouvions pas rester amis ? Il m'avait pourtant semblé qu'il disait le contraire juste avant. Ou peut être qu'il ne pensait pas nécessaire de répondre à cette phrase. Toujours est-il qu'en reprenant ma tâche et plantant de nouveau la pelle dans le sol pour avancer sur le deuxième trou, je gardais les yeux sur lui un instant le temps de demander:

▬ As tu d'autres amis, si ce n'est Cass... Louann ?








Methiziah B. Mizanin
avatar
Déchu | Neutre
✥ Je suis : Un ange déchu






Message   Dim 17 Sep 2017 - 17:33

"I'M NOT GONNA STOP FIGHTING..."
Connor C. Dikson & Methiziah B. Mizanin


Castiel dessine l’avenir des déchus à coups de sentiments. Ils passent par une métamorphose orchestrée par la montée de l’humanité en eux. Devenir un humain à la longévité extraordinaire. Très loin d’avoir imaginé cela, Methiziah tente de donner un visage aux années à venir, aux décennies. Il garde le silence, son esprit occupé à construire cet avenir moins hypothétique qu’il ne l’avait cru. Le temps ferait son oeuvre. Une oeuvre bien différente des images qu’il avait de la déchéance, autant celles de l’époque où il était un ange que celles nées après la chute. Il se tait. Son regard se perd entre passé, futur et présent. Les coups de pelle ressemble au tic-tac d’une horloge. Un jour, une semaine, un an, un siècle, une éternité. Et lui toujours là, à regarder passer les mortels comme l’eau d’un fleuve depuis la rive. Le deuxième trou touche à sa fin. Il y va d’une manière entre désinvolture et dégoût. Il pousse le corps du pied pour le faire rouler jusqu’au bord de la tombe. Il est resté silencieux longtemps, très longtemps. Des bribes de la conversation lui reviennent à l’esprit. Des questions qui sont restées sans réponses.

— Je comprends mieux pourquoi l’amitié entre nous est importante. Elle doit durer. Tu as raison. Quelque soient nos différences.

Il hoche la tête.

— Oui Castiel, je suis d’accord.

Il sourit maintenant comme un enfant qui lance un serment de fraternité absolu, à la vie à la mort. Ils pourraient sortir un couteau, s’entailler la main et mêler leur sang pour celer le pacte. Ils pourraient s’ils étaient des enfants.

— Une amitié éternelle, une fraternité qui n s’effritera pas.

Même s’il ne sait pas encore à quel point il en aura besoin, il se dit que Castiel en a peut-être déjà besoin.

— Je suis là et serais là pour toi.

Il prend encore une dose de silence avant de reprendre la parole.

— Louann... Je la tiens en grande amitié. Je dois envisager le fait qu’elle parte avant moi. Je n’avais pas envisagé ce cas de figure.

Il regarde son ami. Il lui avait posé une question avant qu’il ne se lance dans une grande réflexion silencieuse.

— Je connais des gens. Mais hormis Louann et toi maintenant, je ne qualifierai aucun d’ami. Est-ce que je dois me faire des amis ? Est-ce une bonne idée si cela doit enclencher une souffrance de les perdre ? Ne serait-il pas mieux d’entretenir une solitude ?

Une nouvelle donne dans les rapports entre lui et les mortels. Il tenait une distance par l’ignorance des menus détails qui lui permettrait de se fondre dans la masse, créant une sorte de naïveté. Il doit envisager le cas de garder une distance pour se préserver lui-même. La réponse à sa question il l'a donne lui-même parce qu'il a vu l'oeuvre de l'isolement sur la vieillesse des hommes et des femmes.

— La solitude pèse sur les épaules à faire plier l'homme, même le plus robuste. J'ai livré des colis dans une maison de retraite. J'ai vu cela dans le regard de ceux qui attendent la mort. Qui l'attendent comme une délivrance.



Connor C. Dikson
avatar
Déchu | Rebelle -staff-
✥ Je suis : Un déchu






Message   Dim 17 Sep 2017 - 20:01
I'm not gonna stop fighting...
Methiziah & Castiel


Mes explications lui avait fait perdre la parole ou le fil. Il semblait plongé dans ses pensées comme s'il avait peur de voir se réaliser ce que je prédisais. Et il avait raison d'avoir peur, car c'était le risque de vivre parmi les humains tout en les aimant. Car ils restaient les même fragiles, éphémères... quand nous étions toujours éternels. J'avais pu finir de creuser le deuxième trou qu'il n'avait toujours pas parlé de nouveau. Je commençais à m'inquiéter, plus encore en le voyant pousser du pied le cadavre du démon.

Est-ce que j'avais brisé quelque chose en lui avec mes paroles ? Peut être avais-je été trop réaliste trop vite. Lui dire tout ça était fait pour l'aider, non pas le faire paniquer concernant les années à venir. Je le regardais, inquiet et soufflais intérieurement, soulagé quand j'entendais de nouveau le son de sa voix.

▬ Je ne sais pas si elle doit, mais elle le peu au moins. Et je le veux. Nous serons là l'un pour l'autre.

Avoir des amis immortels sur qui compter était une chose salvatrice pour des êtres comme nous. Car avancer sans aucun point de repère constant devenait si dur... quand j'avais rencontré Cassandre, j'étais à deux doigts d'abandonner et chercher la mort. Cette vie, n'en était pas une.

▬ C'est une possibilité, mais... elle est pactisée et elle ne vieilliras pas. Disons que... ça ne m'as jamais empêcher de trop vouloir la protéger. Comme tu dis, c'est le risque même avec elle.

Cassandre n'aimais pas que je la protège, elle me charriait souvent à ce sujet, mais je n'y pouvais rien. Aussi pactisée qu'elle était elle n'était pas immortelle et était sensible à la maladie, aux blessures... et elle n'avait pas que des amis. En trois cent ans, on arrivais à se faire des ennemis. Et avec Mordred et les blessures qu'il lui infligeait... il y avait toujours le risque que ce monstre dépasse les limites un jour.

▬ La solitude est une solution c'est vrai. C'est pour celle là que j'ai opté un temps. Mais... ce n'est pas réellement vivre. Et dans ce monde, ce n'est pas comme le paradis. Il n'y a plus notre lien divin, il n'y a plus ce sentiment de plénitude... on se sent vite seul et je ne suis pas sûre que ce soit la solution non plus. Je pense qu'il faut réussir à trouver un juste milieu. Mais je le cherche encore.

Je commençais à recouvrir le cadavre de terre et refermait le trou. Je tassais légèrement avec le dos de la pelle et la plantait ensuite toute droite dans la terre à coté. Une pause s'imposait avant le dernier trou.

▬ Oui, c'est de ça que je veux parler. La solitude est un autre sentiment humain. Tu ne peux pas leur échapper, tu peux juste...
faire en sorte d'être entouré. Se lier, je l'ai fait avec des humains, je sais que le jour ou je les perdraient... J'essaie de ne pas y penser et j'essaie aussi de me dire que j'ai des amis qui eux seront toujours là pour m'aider à traverser ça.


C'était bien entendu dans l'optique ou je survivrais des années et plus. Rien n'était certain, mais j'avais arrêté d'essayer de couper tout lien avec l'humanité. D'abord avec Daniel, ensuite avec Alice... Ce n'était pas plus facile, la solitude était peut être pire que la perte.

▬ Il y a une expression humaine, je pense qu'elle s'y prête bien... c'est quelque chose comme... Mieux vaut souffrir d'avoir aimé que de souffrir de n'avoir jamais aimé.








Contenu sponsorisé





Message   
 

I'm not gonna stop fighting... ▬ Feat. Methiziah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-