Je vois des morts partout [LEXA]


 :: city of angels :: C.M. Hosp. Center :: Département de Psychiatrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Mar 21 Nov 2017 - 20:15
Deux jours auparavant, il avait résolu une enquête avant même que son client n'entre dans son bureau pour lui en faire la demande. Les flashs se multipliaient dans sa tête, à tout heure du jour comme de la nuit, le mettant rapidement à genoux. Jace avait la sensation de devenir fou. S'il n'aimait pas beaucoup les thérapeutes, il venait toutefois de franchir un cap où retrouver une stabilité émotionnel et psychologique lui sembla plus important que ses a priori.

La fatigue s'était accumulée, son sommeil avait presque disparu, remplacé par des images plus ou moins flous, trop rapides, trop mélangées pour qu'il les comprenne. S'il avait d'abord songé à une succession de rêves, l'énergie que cela consommait pointait une cause tout autre. Il avait ce don depuis quelques années, celui de prémonition, mais ce dernier ne se déclenchait que ponctuellement... enfin, à l'époque ! S'il avait mis un petit temps à mettre un nom sur ce pouvoir, il avait finit par l'accepter mais désormais, cela était devenu invivable, son esprit devenait désordonné, il n'arrivait plus à réfléchir efficacement. Son travail finirait par en pâtir s'il ne passait pas à l'offensive, tout comme sa réserve de sang dans laquelle il avait copieusement tapé afin de parer à cette perte de vitalité. Et comme il n'était pas du genre à attendre que ça passe : Jace avait pris les devants.
Il y avait eut tant de changements dans sa vie récemment qu'il ne douta pas pouvoir trouver un lien, une relation de cause à effet. Et puis il y avait cette ville : Los Angeles, et cette recrudescence de surnaturel. C'était le cas d'une ou deux séances se rassura-t-il. Il n'en était pas encore au stade où il se prendrait pour Spiderman ou encore à courir les fesses à l'air dans les couloirs de l'hôpital. Non, il était toujours sain d'esprit !

Assis sur le fauteuil d'une salle d'attente cosy, si on oubliait les quelques cris de patients souffrant d'un mal plus profond, Jace guettait l'oeil rouge, la porte du bureau de la dite psychologue qu'il avait contacté. Penché vers l'avant sur son siège, accoudé sur ses genoux, ses mains se rencontrent et s'éloignent dans un manège répété. Il n'était pas particulièrement à l'aise avec la démarche : sa nature et ses capacités spéciales étaient tout un monde qu'il voulait dissimuler. Il n'avait même pas parler de ce mal-être à son oncle, préférant tout garder pour lui. En somme, il allait jouer avec le feu en venant la voir.
Très succinctement, son œil parcourut les quelques revues abandonnés là : de comment améliorer sa libido à la dernière collection de vêtements de David Beckam, Jace refixa bien vite son regard sur la porte. Pour quoi l'avait-il contacté déjà ? Ah oui, pour des problèmes de sommeil, des cauchemars répétés. Rien de très surnaturel là-dedans. Si le fond du projet ne serait pas traité, l'homme espérait néanmoins pouvoir récupérer quelques clés données par la thérapeute afin qu'il puisse se sortir de sa galère seul.

Le bruit d'une paire de talon choqua dans le bureau voisin. Jace espéra un peu plus que cette porte s'ouvrirait sur lui. Il n'en pouvait plus d'être à l'arrêt. C'était à l'extrême opposé de son rythme de vie. D'ailleurs faudrait-il qu'il s'allonge ? Durant un moment cette image clichée lui passa par la tête. Juste assez pour le faire patienter les secondes restantes...
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Mar 21 Nov 2017 - 23:53
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout




Je n'en revenais pas de le dire, mais j'étais débordée. Mon carnet de consultations était blindés. Ma secrétaire était à présent obligée de rediriger les patients peu dangereux vers d'autres hôpitaux. Je préférais garder les tarés pour les pousser un peu plus dans la folie. J'avais même réussi à pousser au suicide la folle qui était capable de voir les vrais visages des démons. Autant le précédent psychiatre, un ange déchu, n'avait pas eu de soucis avec elle, autant avec moi, c'était une toute autre paire de manche. Est-ce que c'était réellement notre vrai visage qu'elle voyait ou plutôt le reflet de la noirceur de notre âme ? Je pensais plutôt sur la seconde, car après tout mon enveloppe charnelle avait le même aspect que mon corps d'humaine. Pourtant, il y a quelque semaine, j'avais quand même accepté un nouveau patient souffrant de manque de sommeil et de cauchemar récurrents. Pourquoi ? Parce qu'il s'agissait de Jace Ambden. Quand j'avais entendu son nom, j'avais tiqué et demandé à la secrétaire de lui trouver un rendez-vous rapide. Jace Ambden était un nephelim. Comment le savais-je ? Parce que j'étais le démon qui lui avait donné son sang pour en faire une arme à tuer. Ainsi donc l'assassinat de sa mère avait eu l'effet que je souhaitais : l'amener près de moi. La secrétaire m'avertit que le fameux patient était arrivé. Je vidais le café qui me restait dans la tasse et traversais mon bureau pour aller chercher le patient. Fixant un sourire avenant sur mon visage poupon, j'ouvrais la porte et allais à la rencontre du patient.

-Bonjour. Monsieur Ambden, je présumes ?
Demandais-je d'une voix douce et chaleureuse en lui tendant la main pour le saluer.

J'en avais profité pour détailler le fameux Jace. Plutôt beau garçon, il avait toutefois l'oeil un peu rouge et il avait les traits tirés. La fatigue se lisait sur son visage. J'allais vraiment bien m'amuser avec lui, mais pour le moment, je devais déterminer si c'était un bon nephelim ou un mauvais. Le bon étant du côté de Lucifer, le mauvais, et bien du côté des perdants.

-Veuillez me suivre, je vous pries, lui intimais-je avant de le conduire dans mon antre. Je lui désignais le divan pour qu'il s'installe à sa convenance. Certains préféraient être couché, d'autres assis. Ca dépendait des humeurs. J'attrapais un carnet de note et m'installais à mon tour, en face du jeune homme.

-Comment vous sentez-vous ?


Le but était de faire parler le patient, de l'amener à me parler, à me confier des choses sans être trop explicites. Je prenez quand même soin de noter son aspect physique qui démontrait un épuisement certain.



Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Mer 22 Nov 2017 - 18:46
Jace appuya ses mains sur ses cuisses et se redressa avec un dynamisme forcé. Qu'on en finisse !
Bien qu'il n'y ait pas de visage type pour aucune profession, l'apparence de la thérapeute le surprit : il ne s'attendait pas à tomber nez à nez avec une jeune femme aux traits si jeunes, qu'il dépassait d'une bonne tête et qu'il pourrait probablement broyer entre ses bras. Malgré son sourire poli, sa physionomie avantageuse, sa présentation soignée, une attitude amicale, il ne décelait pas son expérience et Jace parvenait encore mal à se sentir à l'aise. Il mettait beaucoup d'espoir dans ce rendez-vous et s'attendait à rencontrer une femme de la cinquantaine, cheveux grisonnant coiffé en un chignon parfait. Néanmoins, la difficulté pour obtenir une place auprès de la secrétaire parlait pour Madame Blackheart. Un médecin demandé est généralement un médecin efficace. Il n'avait pas d'autre choix que de lui laisser sa chance.

Il étudia sa main tendue comme s'il s'agissait de l'apocalypse, mettant un petit laps de temps avant de venir s'en saisir. Il en était arrivé à un stade où il avait peur de toucher les gens. C'était devenu sujet à déclencher des visions pour un oui ou un non, et bien qu'il fût encore tôt, le nephelim en avait déjà trop eu aujourd'hui. Il ne supporterait pas d'en subir une nouvelle. Ses tempes le lançaient encore de celle reçue dans l'ascenseur alors qu'il pressait le numéro de l'étage. L'appréhension au creux du ventre, sa paume vînt épouser la sienne pour bien vite s'en libérer. Rien ! Jace laissa un souffle discret filtrer d'entre ses lèvres : il était terriblement soulagé.

D'un hochement de tête, il consentit à la suivre dans son antre. Faisant un rapide tour d'horizon, du bureau, de la bibliothèque, en passant par les fauteuils, il tomba nez à nez avec le sofa. Le fameux divan que quelques minutes plus tôt, il avait envisagé. Jace fit une moue peu volontaire avant de s'y installer, assis. Bien qu'au fond du puits, il n'avait pas envie de s'imaginer dans ce cliché du type allongé fixant le plafond en pleurant sur son histoire. Même s'il s'était forcé à venir car il avait conscience d'en avoir besoin, les psychologues, ce n'était pas son truc.

À votre avis ? Pensa-t-il. Particulièrement bien, je respire la joie de vivre. S'acharna-t-il avec sarcasme dans le silence de ses pensées. Non, ça n'allait pas ! C'était une évidence. Malgré une éducation dans le contrôle des émotions, dans une perpétuelle recherche d'équilibre, il ne pouvait aujourd'hui plus cacher à personne que ça n'allait pas. Les marques de fatigue le trahissaient. Son teint pâle, sans doute aussi.

_ Je suis épuisé. Nerveux par le manque de sommeil. Nerveux, à l'idée de dormir.

Se confier à une psychologue n'était pas la chose la plus aisé qui lui fût demandé de faire, mais malgré sa réserve, c'est lui qui avait souhaité ce rendez-vous. S'il n'allait pas au bout de sa propre démarche, il casserait ses chances d'arrêter cet enfer dans sa tête. Dès qu'il s'endormait, son cerveau se mettait comme en roue libre donnant une totale liberté à son don de prémonitions. Et quand Jace parvenait enfin à revenir à la réalité, c'était un tumulte d'émotions violentes et de douleurs physiques qui le gardaient sonné encore plusieurs minutes.
Regardant le crayon se mouvoir face à lui alors qu'il n'avait encore rien dit, ses mains vinrent se frotter paume contre paume en un réflexe anxieux. Il était le centre de l'analyse. Le cobaye à étudier ! Son regard vrilla sur autre chose, tentant de détourner son attention de cette idée. Son regard s'accrocha aux dossiers posés sur son bureau, aux tranches de livre dans la bibliothèque. Il souhaitait être ailleurs.
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Mer 22 Nov 2017 - 19:20
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Le jeune homme n’était pas spécialement bavard. Malgré le fait qu’il était clairement fatigué, il ne semblait pas très heureux d’être là. En même temps, peu de gens étaient heureux de venir dans un cabinet pour suivre une thérapie. Mais sa façon de se tenir donnait l’impression qu’on lui avait forcé la main pour venir ici, c’était peut-être le cas. C’était une question à creuser. Je lui avait indiqué le sofa pour qu’il s’installe à sa convenance avant de m’installer à mon tour en face de lui avec un carnet de note entres les mains. J’avais commencé l’entretien en lui demandant comment il se sentait. C’était une méthode pour voir s’il était dans l’agressivité ou non. Beaucoup de patients, à juste titre, utilisaient le sarcasme pour me répondre. C’était évident qu’il ne sentait pas bien, mais c’était lui qui devait me le dire clairement. Je n’étais pas là pour lui donner toutes les réponses. Ceci dit, le premier contact était positif.

-Mm, je vois. Vous, vous demandez surement pourquoi je vous ai demandé ça. C’est une question que je pose toujours pour voir dans quel état d'esprit est la personne que je rencontre. Je me doute que vous n’allez pas bien et j’entends vos paroles.

J’avais évité d’utiliser le mot patient pour ne pas déstabiliser le patient. Ce mot précis leur renvoyait une image d’eux néfastes ou ils se considéraient comme des gens malades. Ce qui était vrai, mais l’essentiel était de lier un lien de confiance entre nous. Il fallait qu’il me voie plus comme une confidente que comme un médecin qui voudra l’étudier comme un sujet intéressant.

-Vous dites que vous êtes en manque de sommeil. Pourquoi êtes-vous nerveux à l’idée de dormir ?

Même si en apparence, je donnais une impression d’intérêt réel pour son bien-être, intérieurement, je souriais. C’était presque une aubaine qu’il se pointe de lui-même à moi. Mon but premier avait été de le ramener en ville. Je n’en demandais pas tant.

-Faites vous des cauchemars ?

Peut-être avait-il un don de prémonition par le biais des rêves. Ce n’était pas le premier mais si c’était le cas, ça pouvait être un avantage comme d’un problème. Un avantage si cela servait nos intérêts, un problème s’il servait les intérêts des autres.

-Vous n’avez pas à avoir peur de ce que vous dites ici. Tout ce qui est dans cette pièce reste dans cette pièce. Je suis tenue au secret médical, ajoutais-je pour le rassurer avec le sourire qui allait bien.

C’était important qu’il le sache pour qu’il ait confiance en moi. Je n’utiliserais pas ces informations pour le faire interner ou quelque chose comme ça. Ce que je lui disais pas, c’était que j’utiliserais quand même les informations qu’il me donnerait mais dans un but non officiel.


Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Jeu 23 Nov 2017 - 8:19
Sans sommeil, Jace n'était plus que la moitié de lui-même : il se sentait irritable, colérique, susceptible... une succession de trait de caractère qu'on ne lui aurait jamais prêté par le passé. Son ego déjà amoindri par l'inutilité actuelle de son existence, se voyait encore piétiné en venant s'asseoir dans le divan de la thérapeute.
Jace releva les yeux, quelque peu désolé de son attitude traînante alors qu'il voulait au contraire, que tout ça aille vite, qu'à la fin de la séance, il puisse d'ores et déjà avoir un traitement ou n'importe quel conseil lui permettant de se sortir de sa tête. Il n'avait jamais eu de pulsions suicidaires jusqu'à présent mais si cela durait encore, il en aurait. Était à parier qu'il finirait par en avoir.

Il avait deviné que l'entrevue serait délicate. Il venait pour quelque chose d'un peu plus poussé qu'un simple manque de sommeil, d'un peu plus difficile à expliquer. Mais il ne pouvait pas lui avouer la véritable raison et continuerait de dire autant que faire ce peu, que tout ceci n'était que le résultat de : ''cauchemars''. Son dos voûté de fatigue essaya de se redresser pour lui donner une image plus combative que la loque migraineuse qu'elle recevait aujourd'hui. Je suis pas ce type là, pensait-il souvent pour se redonner un peu de présence. Des coups durs, il en avait connu... celui-là n'était qu'un nouveau passage à vide et s'il s'accrochait suffisamment longtemps, il en sortirait plus fort, il en sortirait vainqueur !

_ C'est bien cela, des cauchemars... tout le temps. Jace se prêta au jeu et répondit, se permettant d'anticiper la suivante où elle lui demanderait probablement : quels genre de cauchemars ? De les lui raconter. La plupart du temps, je vois des scènes de chaos -Elles étaient à la mode dans sa tête ses derniers temps-, des morts. Je vois la panique, le sang. Ce mot lui tira un frisson. Parfois, je suis mon propre personnage, parfois je me vois et dans de rares cas, je suis un autre... Et ça ne s'arrête jamais. Des nuits passées où il se retrouvait forcer à regarder des films qu'il ne souhaitait pas voir. Il devait avoir l'air malin tiens, à lui dire qu'il ne pouvait pas dormir à cause de mauvais rêves. Pauvre petit garçon, viens donc sur mes genoux que je te console. Sans doute aurait-il pu avoir cette pensée... avant. Mais désormais il associait plus son souci à une torture qu'à une gêne. Si psychologiquement, c'était difficile de ressentir chaque nuit cette ambiance morbide, glauque, effroyable, son corps n'était pas en reste au réveil. Violent maux de tête, nausées, blocage musculaire, saignement de nez, éclatement des vaisseaux sanguins oculaires, cela attaquait son bien-être physique. Et puis, les visions ne se contentaient pas d'attendre la nuit, plus il fatiguait et plus elles se manifestaient à tout heure du jour.

_ Bien entendu.

Réponse polie à une affirmation qu'il n'estimait que d'une oreille. Il était de la partie ! Le secret médical, il n'y croyait pas vraiment. Sa seule parole et l'air qu'elle y mettait ne suffiraient pas à le convaincre. La loi pouvait le briser pour les besoins d'une enquête et puis pour bien moins que ça ! Elle était humaine, raconter les déboires d'un patient au déjeuner, entre collègues, il avait déjà vu ça. Alors avant qu'elle ne l'entende avouer qu'il était Nephelim, elle avait intérêt d'être sacrément convaincante. D'ailleurs il se demandait par moment pourquoi il était venu la voir elle ! C'était une thérapeute qui soignait des problèmes bien de ce monde et Jace voguait sur le surnaturel. En temps normal, c'était déjà plus facile à dire qu'à faire de parler devant un médecin alors devant une jeune femme qui n'avait probablement aucune idée de ce dans quoi elle avançait !
Elle était là, à le fixer, à l'analyser. Même si ce n'était que dans l'optique de l'aider, Madame Blackheart avait bien du travail pour le rassurer. Il n'avait rien contre elle, elle faisait son métier mais malgré la volonté qu'il avait manifester pour venir la voir, il restait prudent.
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Jeu 23 Nov 2017 - 13:24
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Mon petit Jace n'était pas franchement un bavard. Il se contentait de répondre aux questions sans plus de détails. Ca allait être long et fastidieux. Je détestais ce genre de patients. Ils viennent et pensent que le corps médical va les sauver alors qu'ils ne disent pas un mot. Ou alors, ce sont des pessimistes qui diront que les psy ça ne vaut rien. Le problème c'est qu'ils ne percutent pas que le but c'est qu'ils parlent d'eux-mêmes, qu'ils trouvent le souci par eux-mêmes. J'avais fait psychologie et si j'avais su que je passerai mes journées à entendre geindre de la vermine humaine, j'aurais trouvé autre chose. Heureusement pour le jeune homme en face de moi, il se trouvait être un nephelim, il avait grandi en s'abreuvant malgré lui de mon sang démoniaque. Pour lui, je ferais un effort supplémentaire.

-Mmm, je vois. Je comprends votre malaise.


Je notais rapidement ce qu’il venait de me dire au sujet des cauchemars qu’il faisait. Des rêves de chaos. Je me demandais s’il ne développait pas un don prémonitoire, mais c’était trop tôt pour en être sure. Afin de le rassurer, j’ajoutais que tout ce qu’il dira restera entre nous. C’était une évidence, mais c’était important que ça dit. Ethique médicale.

-Dites-moi, ces rêves de chaos… est-ce que vous rêvez que vous mourrez ?

Il ne me manquerait plus que ça, de tomber sur un nephelim suicidaire. Après une dans le coma, si maintenant, j’en avais un dépressif, je n’étais pas sortie de l’auberge. Ils commençaient à tous me courir sur le haricot à ne pas apprécier à sa juste valeur leur nouvelle nature.

-Vous dites que vous y voyez la panique et le chaos. Est-ce en rapport avec des gens que vous côtoyez ?

Pour l’instant, il ne s’agissait que d’hypothèses mais, je les notais au coin de mon carnet pour les reprendre plus tard. Il n’était pas question pour l’instant que je lui révèle ma nature et le rôle que j’ai joué dans sa vie.

-Que faites-vous comme travail ?

Pour l’instant, je ne faisais que poser des questions. Quand il aura plus confiance en moi, le débat pourra être plus large et plus facile. En attendant, je devais faire avec ce qu’il me donnait comme informations. J’étais peut-être une démone, mais je connaissais mon travail et la psychologie était un domaine qui me plaisait plus que tout, surtout pour manipuler les humains crédules et influençables.

-Je suis désolée si mes questions donnent l'air d'un interrogatoire, mais c'est uniquement dans le but de savoir d'où pourraient venir ces cauchemars qui vous hantent.


Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Jeu 23 Nov 2017 - 19:57
A combien de patients avait-elle dit « je comprend votre malaise » sans en avoir cure ? Jace réalisa à cette pensée, à quel point il lui était difficile de faire confiance à une personne dont il ne connaissait rien.
Habituellement, c'était lui qui posait les questions. Et il en avait des centaines qui se bousculaient dans sa tête. Tout d'abord son âge... elle paraissait si jeune... 20 ans ? 25 ans ? Depuis combien de temps exerçait-elle ici ? Une thérapeute expérimenté aurait plus de bouteille qu'elle... Et les années d'études, combien en fallait-il pour être psychologue ? Combien encore pour avoir sa place dans un hôpital ? Jace avait toujours aimé les choses logiques et bien rangées et cette incertitude lui arracha un rictus. Il l'observait intensément mais la fatigue l'empêchait de deviner les choses et de comprendre avec discernements et clairvoyance les éléments qui se rejoignaient. Sa logique n'était plus qu'un épais brouillard, un tas d'argile déjà sec qui s'effritait au fil du rendez-vous. Il aurait voulu s'étendre quelques minutes, fermer les yeux juste un instant pour se reposer... mais l'épuisement était tel qu'il sombrerait dans de nouveaux cauchemars à peine les yeux clos. Et que verrait-il cette fois ? Sa mort ? Et quand bien même ! Il n'était pas suicidaire, loin de là. Même si sa vie n'était pas rose depuis quelques années, même s'il se sentait souvent triste et seul, en finir n'était pas une option. Son oncle était un survivant, sa mère, une profonde optimiste... dans ce cadre là, on ne se fait pas sauter le caisson mais on continue de traîner son fardeau en aspirant à de meilleurs jours. Il était le premier à croire en ses jours là. Etre Nephelim n'était pas une fatalité : ce qui avait été fait pouvait être défait.

S'il se voyait mourir ? Non... Toutes les scènes n'étaient pas descriptibles mais dans aucune d'elle, il n'eut la sensation de mourir. Cela avait au moins cela de rassurant que, s'il voyait encore des visions du futurs où il était toujours là, c'est probablement que quelques années lui étaient encore allouées... mais qui savait ? L'avenir changeait si vite. Si son don lui donnait l'avantage en certaines situations, cela ne le préservait en rien de sa propre mort.

_ Non. La réponse à sa première question fût très brève mais ne montra aucune forme d'hésitation. Il ne s'était pas confronté à sa propre mort mais souvent à celles des autres. Ce n'était que des images pourtant ils entendaient les cris, il entendaient les pleurs... Il poursuivit. La plupart du temps, ce sont des inconnus... il y a bien quelques visages que j'ai pu croisé mais de mon entourage proche, je n'ai vu personne être en danger. Et pour cause, son cercle s'étant considérablement réduit, il minimisait le risque de voir ses proches dans ses visions. Son oncle et sa tante savaient se défendre seuls... les autres étaient morts ou appartenaient au passé.
S'il lui disait qu'il était détective, ex-flic... elle aurait vite fait de créer des liens là où il n'y en avait pas. Dans la logique des choses, c'est ainsi qu'il aurait procédé dans un premier temps, ou tout du moins, s'il avait ignoré pour le monde démoniaque évoluant autour d'eux. Mais sa question était simple et appelait une réponse honnête.

_ Je suis détective... depuis quelques années.
Pourquoi avait-il précisé « depuis quelques années », il n'en savait rien. Les mots s'étaient échappé tout seuls. La précision était inutile, superflue. Mais peu importe, cela avait été dit. Une introspection n'était pas nécessaire pour comprendre qu'il regrettait ses années là. S'il s'agissait d'un interrogatoire, elle était plutôt tendre. Il en avait mené de plus musclé. Certes l'objectif aujourd'hui était plus de créer de la confiance plutôt que d'extirper des informations. Et même si ce n'était pas dans son tempérament, Jace essayait. Mais quelle idée de vouloir soigner un problème magique avec une thérapie humaine ! C'est d'une sorcière dont il aurait eu besoin. Comment pourrait-elle se douter de ce qui se passait. Il hésita à se remettre debout, à se confondre en excuses et à partir. Il lui faisait perdre son temps et elle devait sans doute avoir mille patients qu'elle pouvait aider mieux que lui.
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Dim 26 Nov 2017 - 15:34
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Il y avait des patients, j'aimerai leur dire : mais pourquoi vous êtes là si je dois vous tirer les vers du nez. Ceux-là même, j'aimerai les prendre par le cou et les étouffer jusqu'à ce que leurs yeux deviennent vitreux. J'aimerai ne plus à devoir être gentille et compréhensive comme devrait l'être une psychologue. Combien de fois ais-je du rêvasser à ses scénarios pour ne pas faire un carnage dans cet hôpital ? J'en avais perdu le compte, malheureusement pour moi, ce n'était pas possible pour le moment. J'avais une couverture à tenir et elle était plus importante que mes fantasmes meurtriers. Le petit Jace en faisait partie. Heureusement pour lui, il avait mon sang dans ses veines. Sinon, je serais capable de me glisser chez lui pour le tuer dans la nuit, à l'abris des regards indiscrets. Il y avait intérêt qu'il soit à la hauteur de mes attentes : un nephelim qui allait dans le bon sens sans qu'on ait trop à le manipuler. Je notais les informations qu'il me donnait tout en m'imaginant le tuer. Je pouffais intérieurement tout en gardant une apparence parfaitement professionnelle.

-Détective...Et ça vous plait ?

Je me demandais si c'était un ancien flic. Ce n'était pas rare qu'ils se reconvertissent pour un job qui paie mieux avec moins de risques. Il était jeune pour être un ancien flic mais c'était une hypothèse à ne pas écarter. Ca dépendait du secteur dans lequel il travaillait, mais techniquement, les affaires de meurtres, c'était censé être un boulot de policier, pas de civil.

-Vous avez toujours fait ça ou vous aviez un autre boulot avant ?

S'il était flic, ça pouvait expliquer les cauchemars qui pouvait être une espèce de réminiscences de souvenirs douloureux du à ses activités policières. Ils devaient voir des choses à glacer le sang. Enfin, pour un humain, pour que moi, je sois choquée, il faudrait... Non, c'était impossible, les humains ne peuvent pas atteindre la perversité et le sadisme des démons même si certains s'en approchent. Les psychopathes en étaient le plus proche, et ce parce qu'ils ne ressentaient aucune émotion. C'étaient mes préférés, surtout quand ils essayaient de me tuer. Que de moments absolument divins... Blasphème. La plupart, je les tuais que s'ils se faisaient choper par la police, les autres, je les gardais en vie pour mieux répandre le mal parmi les humains. Les humains qui tuent les humains, ça avait de quoi saper l'espoir en l'humanité.

-Est-ce que vos cauchemars auraient un lien avec des scènes que vous avez vécu, des gens croisés, même de loin ? Ou peut-être un évènement traumatisant de votre passé ?

Si ce n'était pas, c'étaient des rêves d'origines surnaturelle. Surement des prémonitions mais là, pour le faire parler de ça, ca allait être dur. Etre un médecin et croire à ce genre de truc n'était pas franchement compatible, d'un point de vue humain. Du mien, il n'y avait aucun soucis.



Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Dim 26 Nov 2017 - 16:00
Jace finit par se remettre debout. S'il avait voulu s'en aller quelques instants plus tôt, il resta malgré tout. Une partie voulait tenter sa chance avec la psychologue. Qu'est-ce qu'il risquait à aller au bout du rendez-vous ? Il se voyait difficilement aller pire. Il fit quelques pas dans le bureau, regardant par la fenêtre les silhouettes diminuées par la hauteur du bâtiment et continua de répondre aux questions en scrutant le passage en contrebas.

_ Je gère mes contrats, mon planning, je suis mon propre patron... Il longea la fenêtre pour s'intéresser à la bibliothèque. Que lisait une thérapeute ? C'est une situation qui offre pas mal d'avantages. Poursuivit-il en observant les tranches des livres. Penchant la tête sur le côté pour en faciliter la lecture, il avança lentement. Malgré tout, sa vie de détective ne valait pas sa carrière dans la police. Les risques étaient énormes, la paye était ingrate, le courage peu valorisé mais bon sang que c'était bon ! Lieutenant Jace Ambden. Il entendit la voix de Rachel le lui susurrer à l'oreille comme elle le faisait parfois lorsqu'elle était d'humeur... coquine. Jace soupira avant de se ressaisir. J''ai été policier pendant une dizaine d'années... et puis, il y a eut un revirement dans ma vie, le genre que vous n'avez pas vu venir et qui vous force à faire le tri dans votre existence. Il se retourna et marcha tranquillement jusqu'au sofa où il se rassit,estimant peut-être avoir fait le tour des choses à voir. Et j'ai changé de travail... C'était il y a 4 ans.

Certes, il avait vu des horreurs. Moralement, mentalement, il fallait avoir les épaules solides... car ils avaient vu des hommes pires que des montres. Des malades mentaux, il en avait coffré. Kidnappeurs, meurtriers, violeurs, il pensait à cette époque avoir vu le pire... mais cela, c'était avant de découvrir sa part Nephelim et qu'il avait sans doute toujours eut une part sombre en lui. Le monstre qu'il était devenu l'avait simplement fait prendre conscience de ça. Un silence remplit le bureau alors qu'il réfléchissait à la réponse à donner à sa dernière question.

_ J'ai vu des tas de choses au cours de ma vie... parfois monstrueuses, mais je ne crois pas avoir été traumatisé par quoi que ce soit. Il avait plutôt l'estomac bien accroché et pourtant durant ses années stagiaires, on lui en avait fait voir de toutes les couleurs. Du cadavre déchiqueté en passant par le mort de plusieurs semaines qu'il fallait décoller du sol pour pouvoir le bouger, les ossements de bébés, les morceaux humains dans un congélateur. Non, je ne vois pas de lien avec les gens que je fréquente ou que j'ai fréquenté.

Il se cala un peu plus confortablement dans le fond du sofa, calant son dos fatigué, bloquant sa nuque sur l'arrondi boisé, se trouvant un position relativement agréable pour relâcher la tension et la fatigue accumulé dans ses muscles. Il cligna des yeux. L'ambiance, le parfum particulier de la thérapeute sembla soudain se lier à ses propres molécules. Bien avant qu'il ait comprit qu'il s'endormait, la vision se frayait un chemin dans son esprit qui luttait encore pour rester dans le réel. Les yeux dans le vague, sa respiration s'accéléra, il n'arrivait plus à bouger... autour de lui, il sentait le moelleux d'une couverture, sous lui le confort d'un matelas. Mais il peinait à bouger, son regard fixait le plafond ou essayait de capter l'identité de cette présence dans la... chambre. Comme un décor qui émerge, les murs de la chambre de sa mère se dressèrent autour de lui. Pourtant une douleur violente lui tira un grognement... Ses côtes étaient devenues si douloureuses qu'il serra les dents. Il ne saurait dire combien de kg étaient actuellement en train de lui presser la cage thoracique mais la sensation était épouvantable. Ses mains agrippèrent la couverture. Il arriva rapidement à manquer d'air... à quel moment ses os se briseraient ? Son cœur battait incroyablement vite et l'acharnement pour happer de l'air alors que ses poumons se voyaient compresser comme des ballons de baudruche déclenchèrent de petits soubresauts du buste. Il lui fallut un temps supplémentaire pour comprendre qu'il revivait les derniers instants de sa mère... lorsqu'il eut fait le lien et au moment où il se pensait perdu, ses yeux reprirent vie et il se cambra en avant avec stupeur, tâtant ses côtes comme si elles étaient en miettes.

Pourquoi ici, pourquoi maintenant ? Pendant des jours, il avait essayé de savoir ce qui s'était passé... il avait essayé d'expliquer ce qui s'était produit, de discréditer la thèse de la mort naturelle. Une chose était sûre : il avait raison... sa mère avait été tuée. Il releva des yeux rougies sur la thérapeute... Qu'allait-il pouvoir dire ?
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Dim 26 Nov 2017 - 16:02
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Visiblement, le nephelim ne semblait pas très à l’aise. Il s’était mis debout et vadrouillait à travers le bureau. Je m’étais retournée, grâce au siège tournant pour étudier l’attitude du nephelim et essayer d’en apprendre un peu plus sur lui. Certaines personnes étaient comme des livres ouverts. Ils ne savaient pas cacher leur émotion et leur corps parlait pour eux. J’espérais qu’il en serait de même pour lui car il se contentait de répondre à mes questions sans trop en dire. En même temps, ça ne m’étonnait pas trop. La psychologie était une science assez subjective alors que les détectives voulaient des preuves concrètes. Ca avait du lui couter de venir pour se livrer à une inconnue.

Je notais qu'il avait changé de métier quand il avait eu un revirement de situation. En gros, comme souvent d'ailleurs, il avait du souffrir d'une perte. Peut-être une petite amie décédée, tuée, ou une victime qu'il n'avait pas pu sauver à temps. Tout ça faisait remonter des questions que je gardais pour moi. Pour l'instant. Je préférais le laisser parler sans le couper car j'étais essentiellement là pour le laisser parler, pas pour lui tirer les vers du nez.

-humm. Je vois. Peut-être voudriez-vous parler de ... Je relevais la tête de mon carnet alors que Jace s'était installé confortablement dans le canapé.

Je m'interrompais en voyant qu'il avait fermé les yeux et que sa respiration se faisait plus profonde, typique de quelqu'un qui dort. J'observais son visage dans le sommeil. Il semblait stressé. Même en dormant, il n'arrivait pas à se détendre. Je me demandais si ce n'était pas un don de prémonition, ou un truc comme ça. Ce n'était pas improbable, mais c'était difficile à identifier correctement. Rien dans ce qu'il venait de me révéler me permettait d'en déduire un tel don. Il avait les traits tirés et je me demandais si c'était encore ses cauchemars ou si c'était la mort de sa mère qu'il revivait. Intérieurement, je ricanais méchamment. Il était un nephelim et la place des nephelims était à Los Angeles, près de notre Roi. Le seul moyen de le faire venir ici était de lui supprimer tout lien d'attache. Le lien en question était sa mère. Je me souvenais encore de son expression alors que j'utilisais mon don de télékinésie pour faire pression sur sa cage thoracique pr en expulser l'air. Arrêt cardiaque. Personne n'avait soupçonné un meurtre. Comment auraient-ils pu ? Une vieille dame qui claque, ça arrivait tout le temps, surtout qu'il n'y avait aucun signe d'effraction ou de débats. Même si j'appréciais les bons bains de sang, parfois, je savais faire profil bas ou le bien général. Je me souvenais parfaitement de l'expression de la vieille quand je lui avais dévoilé mes yeux noirs en lui faisant croire que j'allais faire souffrir son fils. Enfin, ce n'était pas exclu, mais purement psychologiquement. Physiquement, je n'en avais pas le droit. Je me souvenais ses yeux remplis de terreur alors que le combiné de tout lui avait lâché le cœur. Finalement, Jace finit par ouvrir les yeux. Il ne semblait pas beaucoup plus en forme que tout à l'heure.

-Vous vous êtes endormis. Vous aviez les traits tirés. Encore un cauchemar ? Vous souhaitez en parler ?

Je me levais et allais remplir un verre d'eau que je tendais à mon patient. Le jeune homme ne semblait pas vraiment bien et je ne voulais pas qu'il me tombe dans les pommes ici. Je n'avais pas envie de plus jouer le bon samaritain plus que nécessaire.

-Vous semblez méfiant mais vous êtes quand même venu. Vous ne me connaissez pas, mais vous pouvez me faire confiance et parler librement, je ne vous jugerai pas.



Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Dim 26 Nov 2017 - 16:16
Assez ! Intérieurement, Jace hurlait. C'était la vision de trop. Ses yeux le brûlaient d'avoir vécu avec autant de réalité une partie de la mort de sa propre mère. Une boule de culpabilité se forma dans sa gorge. Si seulement il avait été là, si seulement il était resté... peut-être aurait-il pu lui épargner une mort aussi douloureuse. Il avait beau savoir que sa mère n'était pas morte de façon naturelle, cela était un choc de réaliser à quel point sa fin avait été abrupte. Il aurait dû rentrer... dès qu'il avait su pour sa condition, il aurait dû revenir ! Il avait voulu épargner ses proches et voilà ce qu'il avait récolté. Jace regarda la psychanalyste avec des yeux ahuris, se répétant ses mots pour les comprendre. Une part de son esprit repassait en boucle les images et il n'était pas totalement concentré sur ses questions :

_ Non, je... oui... c'est... Il prit une pause. Visiblement tant qu'il n'aurait pas reprit quelques repères, ses phrases seraient un désastre. D'ailleurs, il n'avait pas vraiment tranché sur la réponse à cette question. Voulait-il en parler ? Non... clairement pas. Devait-il le faire ? Oui, il était là pour ça. Excédé, il aurait pu lui balancer un « non, ce n'est pas toi qui voit ! » en référence à ces « je vois... ». Il avait envie d'exploser mais au lieu de cela, il reprit un calme maîtrisé tout en massant ses côtes faussement endolories, et reprit une à une les questions de la jeune femme.

_ Il semblerait. Répondit-il en serrant les dents, à bout de nerfs de devoir subir ce petit jeu. Pourtant, il tâchait de rester alerte vis à vis de cela mais l'épuisement le forçait à dormir. Néanmoins, son sommeil était aussitôt volé par des visions et Jace n'en tirait aucun repos. Souvent il cassait son cycle en pleine vision, comme maintenant, pour revenir à la réalité. Je... J'aimerai revenir sur vos précédentes questions. Vous m'avez demandé s'il m'arrivait de voir des gens proches, mourir. Cela vient d'arriver... Il frotta son visage dans ses mains et poursuivit mal à l'aise. Ma mère est morte, il y a peu de temps. Arrêt cardiaque. Il n'en dit pas plus sur ses prétentions et sur la certitude d'une mort louche. Je crois que j'ai 'rêvé' sa mort. Bien sûr, il ne croyait pas, il en était sûr et il ne l'avait pas rêvé, il l'avait revécu. Mais le problème était toujours là. Il ne pouvait simplement pas dire, « hey j'ai des visions », ce qui aurait pourtant rendu les choses bien plus simples.

Jace tendit la main pour se saisir du verre d'eau, soufflant un merci absent. Son regard plongea dans le fond du verre, milles questions s'insinuant dans son cerveau. Voulant y mettre un terme, il bu une gorgée du liquide sans soif, et garda le verre en main. Peut-être qu'ainsi sa volonté de ne pas le briser suffirait à ce qu'il ne s'endorme pas une nouvelle fois. Jace esquissa un sourire sarcastique à sa remarque.

_ Vous avez raison. Il ne servait à rien de le nier. Il n'avait pas été particulièrement subtil, se montrant peu à l'aise et sans cesse à vouloir s'en aller. Mais je veux en finir avec ses cauchemars. Elle ne le jugerait pas ? Encore heureux, c'était son métier de ne pas juger les gens pour ce qu'ils racontaient ! Le détective aurait bien eut deux trois morts, deux trois squelettes dans le placard à lui confier mais il en était pas à lui révéler ses petits écarts Nephelims. Cela faisait deux fois qu'elle lui répétait de lui faire confiance et Jace n'arrivait toujours pas à s'en convaincre. Néanmoins, il fallait bien avancer. Pensez-vous que certaines personne peuvent avoir des capacités spéciales ? Y avait-t-il de bonnes façons d'aborder le sujet ? Parler du surnaturel ou plus simplement des mystères du corps humain était délicat. Il y avait des tonnes d'émissions qui tournaient autour de gens spéciaux... Jace ne mentionna pas la notion de pouvoir, pas plus que la notion de Nephelim ou tout autre lien avec une portée magique. Pour le moment, il voulait juste la positionner vis-à-vis de son opinion sur le sujet. Il n'était pas encore prêt à se faire interner et posait la question sur le ton de la supposition.
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Dim 26 Nov 2017 - 18:18
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Je venais de lui poser une question qui allait déterminer la suite de la séance et surtout de nos futures séances. S'il n'essayait pas de parler un peu plus, je pourrais pas l'aider plus et le faire venir me ferait perdre mon temps et je risquais de commettre un meurtre. Je le garderais bien sous le coude alors. Vu son expression pendant son sommeil, il était de tout évidence en train de faire un cauchemar. Je ne pouvais pas ignorer tout ça, d'un point de vue professionnel, et aussi parce que ça me donnerait peut-être quelque chose à me mettre sous la dent. Il était mon nephelim, mon jouet, ma proie. Je ne pouvais pas le laisser succomber à la folie tout en m'assurant qu'il ne faisait pas comme Riley, à virer chez les gentils. Ca devenait usant, surtout que cette fois-ci, j'avais donné mon sang à celui-là. J'avais déjà gâché mon temps avec la nephelim dans le coma, je ne permettrais pas qu'un autre nephelim que j'ai crée finisse chez les gentils. Ca n’allait pas du tout le faire.

-Ma mère est morte, il y a peu de temps. Arrêt cardiaque. Je crois que j'ai 'rêvé' sa mort.

Intérieurement, je ricanais. Je me demandais quand il allait enfin me parler de sa chère maman qui le retenait loin de moi et de mes objectifs. Un lien très puissant les liait et je n’avais pas eu le choix pour qu’il se décide à venir à Los Angeles de lui-même. Sans regret et culpabilité, j’avais assassiné sa mère en faisant passer le meurtre pour un arrêt cardiaque.

-Je suis désolée, Jace, pour votre perte. Toutes mes condoléances.

Tout cela dit d’un ton sérieux et contrit pour montrer que je me sentais désolée pour lui. Je réalisais à ce moment-là qu’il avait dit ‘rêvé’. Il n’était pas là quand j’ai tué sa mère. Il y avait une différence entre rêver du moment ou on apprend sa mort et rêver de la mort en elle-même. Aurait-il des pouvoirs de prémonitions ? Je n’aimais pas spécialement ça, si son don se développait, ce n’était pas improbable qu’il découvre la réalité. Mais je m’emballais, il n’était pas question de ça.

-Tout le monde a un talent propre, Jace, mais ce n’est pas de ça que vous voulez parler, n’est-ce-pas ?


J’étais prudente quand à la tournure de la suite. Je ne voulais pas lui dévoiler ma véritable identité. C’était trop risqué dans le lieu ou nous étions et puis, je ne connaissais pas assez ses connaissances pour m’assurer que ma couverture n’allait pas voler en éclat.

-Quand vous dites ‘rêver ‘ sa mort, est-ce parce que vous avez assisté sa mort et vous avez revécu la scène, ou vous avez vu la scène uniquement en rêve ?

J’essayais honnêtement de gagner un peu de temps, histoire de pouvoir monter un mensonge totalement crédible et irréfutable.

-Je suis docteur, Jace. En tant que tel, j’aurais envie de vous dire que je ne crois pas à tout ce qui sort de l’ordinaire. Mais je suis psychiatre et en tant que tel, je sais que tout ne peut pas s’expliquer et ces derniers temps, j’ai vu des choses et entendu des patients me parler d’expérience troublante. Alors oui, je crois qu’il existe des gens aux capacités hors-normes, dirons-nous.

C’était parfait. Avec ça, il ne pourrait pas se douter que j’étais une démone qui ne voulait que son mal. Enfin mal, tout était relatif. Je voulais qu’il arrête de s’embarrasser avec des questions purement humaine et qu’il embrasse sa vraie nature.

-Est-ce le cas pour vous Jace ? Avez-vous des capacités spéciales ?




Dernière édition par Ludivine L. Blackheart le Dim 3 Déc 2017 - 20:49, édité 1 fois
Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Dim 26 Nov 2017 - 19:08
Le réflexe avait été d'hocher la tête, en soufflant un merci de courtoisie comme les centaines qu'il avait dû prononcer lors de l'enterrement de sa mère. Beaucoup de visage s'étaient tournés vers lui ce jour là et une fois n'était pas coutume, il avait été soulagé d'avoir son oncle pour le soutenir.

S'enliser volontairement, c'est bien ce qu'il était en train de faire ? Est-ce qu'il venait de choisir de lui livrer des informations sur ses « capacités » ? Oui, il l'admettait. Il lui livrait volontairement des informations, essayant de les distiller, de les éparpiller par ci, par là. Mais le fait est qu'il voulait en arriver à dévoiler son don pour pouvoir en parler librement après. Il avait forcé dernièrement, avait voulu être le maître d'un pouvoir qu'on ne maîtrise jamais totalement et il s'était blessé. Il avait manqué de perdre le contrôle, de s'en prendre à des innocents et de cette vision là, il avait rapporté une angoisse. Une angoisse qu'il n'avait pu confié à Riley car cela allait à contre-sens de l'image qu'elle projetait sur lui. Riley, c'était une fille pleine de lumière et il se sentait normal avec elle... mais la vérité est qu'il -qu'ils- ne l'était pas. Les besoins Nephelim le rendaient ivre parfois, ivre de sang, ivre de prendre, ivre d'une sensation de force et d'euphorie qu'il n'éprouvait que lorsqu'il s'interdisait de boire pendant un temps un peu plus long qu'à l'accoutumé. Se mettre à accepter ses pouvoirs avait conduit son organisme à réclamer plus de sang, se remettre de l'expérience réalisée dix jours plus tôt lui avait demandé énormément de sang... Il en avait consommé beaucoup et en peu de temps... Cela lui avait tourné la tête. Aujourd'hui, c'est comme s'il avait cassé le verrou permettant de contrôler son pouvoir de vision. Pourquoi ? Parce qu'il avait voulu forcer la protection cachant les secrets de la malédiction Nephelim ? Parce qu'il y était parvenu ? A croire qu'il était doué pour voir des gens mourir... ce qui le ramenait au coup de boomerang de la psychiatre. Bien sûr, celle dernière balayait la possibilité des « autres » pour revenir sur lui... car ce n'était pas des autres dont il était question mais de sa propre personne, de son propre talent.

_ Non, j'étais à quelques 400 kms de là lorsqu'elle est morte. La question lui était posée directement cette fois et Jace ne put que réitérer ses mots, sans ajouter plus d'élément. En « rêve », c'est bien cela. Il l'écouta surenchérir. Il ne s'attendait évidement pas à ce qu'elle lui rit au nez, en lui demandant de redescendre sur terre mais patients témoignant de choses inexpliquées ou non, comment savoir si elle y prêtait une quelconque véracité. Et comment pourriez-vous discerner un cas de psychiatrie, d'un véritable don ? Jace massa nerveusement ses cuisses. J'ai le sentiment de devenir dingue.

Le coup de massue ne tarda pas à suivre. Jace accrocha le regard de la thérapeute comme si cette réponse appela à ce qu'il la regarde droit dans les yeux. Dans sa tête, il n'était clairement pas prêt à avouer une quelconque capacité. L'idée avait encore besoin de mûrir un peu avant d'être envisagé comme une évidence.

_ Est-ce que j'ai des capacités spéciales ? Répéta-t-il pour se donner un temps supplémentaire de réflexion. Rien ne vous le prouve. Et ce serait difficile à croire si c'était le cas. Jace parla en supposition plutôt qu'en affirmation. Il se sentait devenir dingue mais il n'était pas fou et n'avait pas envie de se retrouver à avaler des petites pillules pour le tranquilliser pendant qu'il déambulerait tel un zombie dans sa camisole de force. Que croyez-vous, vous ?

Si madame Blackheart était celle sensé diriger la discussion et poser les questions, le Nephelim avait besoin d'en prendre les rênes par instant. Pour le moment, il peinait à lire en elle et cela le dérangeait de ne pouvoir se positionner ni en bien, ni en mal.
Ludivine L. Blackheart
avatar
Démon | Camp Lucifer
✥ Je suis : démon de premier ordre

✥ Membre investi :
  • Parrain/Marraine
  • Pubeur






Message   Lun 4 Déc 2017 - 19:15
Jace Ambden Ft. Ludivine L. Blackheart





Je vois des morts partout



Mon instinct me criait danger alors qu'il me révélait qu'il était à quatre cent kilomètres de sa mère lorsqu'elle était morte. Le don de rêve prémonitoire était plus qu'une hypothèse à présent. J'aurais tendance à dire que ça serait pratique si je pouvais être sure qu'il était de notre côté. Pour le moment, c'était juste fâcheux, car je ne voulais pas qu'il découvre que j'étais l'être qui avait mis fin à l'existence de sa chère mère. D'un autre côté, s'il se foutait en l'air parce qu'il n'arrivait plus à encaisser les rêves qu'il faisait, j'aurais perdu mon temps et mon sang. Mon égo n'était clairement pas d'accord avec ça. Je souriais à sa question.

-C’est la toute la subtilité, Jace. On ne peut pas vraiment savoir mais les hallucinations, ce n’est pas uniquement dans les rêves. Parce que le rêve est un monde ou l’imagination est sans limite.

Je restais vague pour le moment. Je me rappelais ce que m’avait sorti un démon des rêves il y a quelques temps. Il était bizarre mais il exécutait les ordres à la lettre et c’était pour ça qu’il était assez respecté. Je lui posais ensuite la question de but en blanc. Il répondit par une autre question. Je souriais à nouveau. A présent qu’il se détendait un peu, il se révélait l’esprit vif et il savait aligner plus de deux mots.

-Très bonne répartie, Jace, ce n’est pas ce que je crois qui est important. D’un point de vue déontologique, je ne dois pas vous influencer par mon opinion. Je ne peux que vous poser des questions qui vont mèneront à votre réponse.

Ce que je ne disais pas, c’est qu’en plus pour des raisons morales, c’était aussi bien pratique pour éviter les soucis avec les patients vraiment déséquilibrés. Ils pouvaient se retourner contre nous si la réponse donnée n’était pas ce qu’ils attendaient.

-Cependant, je peux vous dire ceci. Vous avez un discours cohérent, il semblerait que vous êtes capable d’éprouver des sentiments, bien que vous soyez fatigué, vous ne semblez pas agité ou désorienté. A vous de voir ce que vous en déduisez ?

Je n’allais quand même pas lui dire que je pensais réellement qu’il avait un don. Comme je lui avais déclaré plus tôt je n’en avais pas le droit. La, je n’avais fait qu’énoncer des symptômes qu’il ne semblait pas avoir.

- La psychologie est une science très vaste. Il n’y a jamais de bonne ou de mauvaise réponse. Ca dépend de l’interprétation qu’on lui donne. Le plus important c’est d’être honnête, Jace. Je vais vous posez encore quelques questions.

La schizophrénie me semblait à éloigner mais il y avait bien deux ou détails sur lesquels je devais être sure. Nous n’avions abordé que le domaine des rêves, mais je ne pouvais pas écarter des symptômes sans avoir les réponses exactes.

- Avez-vous des hallucinations en dehors de vos rêves ? Que ce soit, auditives, visuelles ?

C’étaient des questions qui pouvaient faire peur aux patients mais je n’avais pas le choix. Il semblait plus enclin à répondre à mes questions, il devait se douter que je n’allais pas le faire enfermer sur le champ. Si ça avait été le cas, je n’aurais pas fini cet entretien, il serait déjà dans une chambre.

-Et vos rêves. Vous m’avez dit que vous ne connaissez pas les personnes, mais est-ce qu’il vous ait arrivé de relier vos rêves à des affaires policières en cours ou passées ? Ou peut-être même dans les journaux ou aux informations ?


Jace Ambden
avatar
Nephelim | Neutre & Bon
✥ Je suis : Nephelim






Message   Hier à 14:14
Jace ne chercha pas à lui donner tort : hallucinations/rêves... rêves/hallucinations... il est vrai qu'actuellement faire la distinction était un travail titanesque. Après son coma -si on pouvait l'appeler ainsi-, où il avait rencontré et combattu sa propre partie Nephelim, il ne savait plus vraiment ce qu'il avait fait ou non. Il avait beau se forcer à se souvenir de ce désert glacial et infini, rien ne revenait au delà de quelques images. Avait-il gagné ? Avait-il perdu ? Etait-il sorti plus fort de ce sommeil ? En était-il sorti plus bestial ? Après avoir attaqué Tamsin à son réveil, il cru un moment avoir perdu de son humanité dans cette expérience. Puis en se raisonnant, il s'était rassuré en concluant sur la soif. La vision avait demandé beaucoup d'énergie, avait prit beaucoup de temps...

Jace observa longuement la femme lui faisant face, écoutant tout en laissant venir à lui des évidences qu'il gardait secrètes. Et si la réponse, il l'avait déjà mais qu'il ne pouvait pas la lui donner ? Il savait ce qu'il était... il savait que ces visions ne venaient pas de son imaginaire comme un esprit cartésien aurait pu le penser. Il connaissait sa nature, ses travers... il se savait doté de capacités spéciales qui n'avaient rien à voir avec un monde qu'il se serait dessiné. Tout ce qu'il était, était réel. Et lorsqu'il parlait de folie, il ne remettait pas en cause ce qu'il savait faire, la véracité de ses pouvoirs, mais sa capacité à se contrôler, à faire des choix réfléchis.

_ Ce n'est pas aussi simple, réagit-il alors à sa constatation. Malgré la cohérence de son discours, malgré ses émotions, malgré qu'il soit encore ancré dans le réel, Jace avait peur de glisser encore. Il se souvenait des mots de Riley qui disaient que ce pouvoir était un don divin. Il n'aurait alors pas dû en avoir peur mais celui-ci lui rendait la vie infernale. Il ne pouvait plus retenir ses visions et le rythme répété de ces dernières lui faisait tirer le système d'alarme. Peut-être était-ce pour cette raison qu'il était venue voir une thérapeute, pour l'entendre dire que tout était normal, qu'il n'était en train de devenir un psychopathe ou ce genre de taré.

« être honnête » ? Ces mots lui arrachèrent un léger rire sans humour. Il ne pouvait pas l'être. Avec 95% de son environnement, il jouait les humains mode métro/boulot/dodo... c'était un voisin sans histoire, un bon gars qui avait eut le malheur de perdre sa chère maman. De par son passé de policier, les gens avaient même tendance à lui faire confiance facilement... C'était sans aucun doute ce type là qui essayait de se refaire une santé devant la psychologue. Lui dire qu'il était Nephelim, une créature née d'une immondice ? Peut-être était-il encore tôt pour lui en faire part. D'ailleurs les questions se précisaient et cela commençait à l'inquiéter. Jace bu une nouvelle gorgée, cherchant à se rafraîchir les idées. Il n'aurait confié ce genre d'informations à personnes d'autres qu'à des gens déjà au fait de sa nature.

Des « Hallucinations » en dehors de ses rêves, oui. Est-ce qu'il lui était arrivé de relier des affaires policières à des gens, oui encore... Jace ne répondit pourtant pas, fronçant les sourcils un peu décontenancé :

_ Dans quel but me posez-vous ses questions ? Le plus important, c'est d'être honnête, hein. Repensa-t-il narquois. Etablir s'il était spécial ou non ? Dans un cas comme dans l'autre, ce qu'il était n'était pas la raison de sa venue. Ecoutez, est-ce qu'il n'est pas simplement possible d'avoir un traitement, des somnifères qui pourraient m'assommer suffisamment pour que je dorme. Jace s'était refermé, se montrait sur les nerfs et plus encore sur la défensive. La thérapeute voulait l'emmener là où il ne voulait pas aller, ce qui titillait quelque peu son agressivité.
Contenu sponsorisé





Message   
 

Je vois des morts partout [LEXA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-