AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  MembresMembres  AIDEAIDE  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Saison 12

La saison 12 se lance avec l'intrigue : « Dogs of war » ! Cette dernière, en deux-temps, est expliquée en détail dans le sujet qui suit : ICI. Le staff t'invite à la lire, afin de tenir compte des possibles répercussions dans tes RP ou simplement d'en connaître les tenants et aboutissants..

Version 12.1

Le forum revêtit des couleurs vibrantes pour son anniversaire et sa nouvelle intrigue. Avec cette ambiance mystérieuse et colorée, vous devriez tout aussi bien vous sentir l'âme de faire la fête, que de combattre des ennemis. Le graphisme a été réalisé par Drey' et le codage par Nevyin et Drey'. N'hésite pas à venir commenter cette version « Dogs of war ».

Happy Birthday !

Joyeux anniversaire à tous et également au forum, qui fête ses treize ans d'existence ! C'est qu'il se ferait presque vieux, mais... il est bien conservé !

Jeu de pouvoirs

Une session du jeu de pouvoirs de Myra, est ouverte ! Viens t'y amuser et tenter ta chance afin de remporter des gains incroyables ou... des cadeaux empoisonnés.

Dictionnaires

Le dictionnaire des pouvoirs n'est à présent plus seul dans sa section ! Dans les « dictionnaires du forum », tu peux à présent lire les définitions des pouvoirs, mais aussi celles des termes usités sur le forum...

Pubs & Tops sites

Le forum est inscrit sur plusieurs top-sites et forums d’entraide. Tu peux commenter les pubs et/ou voter pour Falling, il suffit de cliquer ici pour plus d’infos.

Guide du nouveau

Nouveau sur la plateforme ? Un peu perdu ? Le guide du nouveau membre est là pour toi ! Consulte-le soit par cette annonce, soit dans la rubrique aide de la navigation.

High level

Les premiers ordres et échelons supérieurs sont autorisés à la création. Cependant, le staff se réserve le droit de brider leurs nombres dans un souci d'équilibre.

Effectifs

Nous avons un nombre conséquent d'humains et de démons. Ils ne sont bien entendu pas interdits à l'inscription, mais merci de privilégier autant que possible la création d'anges, déchus et nephelims.

Ébauches

Des ébauches de personnages sont mises à ta disposition sur le forum afin de t'aider dans la réalisation de ton personnage ou de ton scénario.

Serveur Discord

Falling Angels ne fonctionne plus avec une Chatbox, mais par un serveur Discord. Tu trouveras toutes les informations en cliquant ici ou tu peux rejoindre le serveur directement avec ce lien.

-25%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse à air Moulinex Dual Easy Fry & Grill – Inox, 2 tiroirs
149.99 € 199.99 €
Voir le deal

 Under the rain ft. Alessia


 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Ezekiel Wade

Ezekiel Wade




Humain
x Né(e) en : 1975
x Look like : Jon Bernthal




Under the rain ft. Alessia Empty
MessageUnder the rain ft. Alessia EmptyMar 13 Fév 2024 - 14:51

Under the rain



(Outfit)C'est qu'on en voit des horreurs ici; des viols, des crimes sur des mineurs, des vols à l'arrachée, des meurtres maquillés en suicide… Puis, il y a les victimes à interroger, la compassion, jamais de pathétique, certainement pas de misérabilisme. Un respect immense pour ceux qui parlent, pour ces langues que je parviens à délier malgré ma carrure imposante et parfois effrayante au vu de ce qu'elles ont pu vivre avant de tomber sur moi. J'en deviens rassurante carcasse, le confident de ces actes ignobles que je couche sur mes notes en vue de monter un dossier. Est-ce si différent de ma vie d'avant, de celle où je portais un treillis? Totalement. Sur le champ de bataille, on ne se soucie peu des infimes détails, nous avons des ordres et on se doit de les exécuter sans discuter. Ici, il y a des comptes à rendre même si dernièrement, je me rapproche plus du militaire que du flic. J'agis plus à l'instinct. Robot militarisé qui interroge, traque et place derrière les barreaux ceux qui le méritent. Il manque la flamme qui m’animait quand je suis rentré, cette passion pour le boulot bien fait, dans les règles. Elle a tout détruit et je me sens pathétique d'être autant affecté par cette trahison de sa part. J'ai sombré par sa faute et je peine encore à refaire surface. À fond dans le travail mais une fois hors du poste c'est au fond d'un verre que je trouve le réconfort. Alcool et mine des mauvais jours, un cocktail détonnant qui va juste me garantir une bonne gueule de bois demain, ça tombe bien, je ne bosse pas.

Un jour de congé ça signifie quoi pour un mec comme moi? Du repos? Un réveil plus tardif, plus réparateur pour attaquer une journée “à la cool"? Clairement pas, je suis rongée par le boulot, par ces affaires qui n'ont pas encore trouvé d'issue favorable pour les victimes. Et plus je remplis mon crâne de ces atrocités, moins je me morfonds sur ma situation qui me mènerait à consulter un psy pour trouver une certaine quiétude de l'esprit. J'aurais déjà dû en voir un en quittant l'armée, on en avait un dans notre unité qui a falsifié les documents me rendant à la vie civile. Je n'étais pas complètement apte au vu de ce qu'on avait vécu mais, lui ayant sauvé les miches avec un tir précis dans la caboche d'un terroriste qui allait se faire sauter avec toute mon unité, il n'a pas réfléchi un seul instant à donner son aval. De toute manière, qui quitte l'armée en ayant l'esprit totalement sain? Uniquement ceux qui sont dans les bureaux, pour ceux sur le terrain, c'est tout bonnement impossible. Entre freres, on est soudés, n'importe lequel d'entre eux pourrait venir me demander un service que j'accepterais les yeux fermés. Aucun de nous n'avait vrillé sur le terrain, aucun de nous n'avait utilisé la force ou bien la persuasion pour obtenir quoique ce soit dans les pays qu'on a pu traverser. Intègres, loyaux, irréprochables, uniquement entachés par les choix des hauts gradés. À eux les honneurs, à nous le sang sur les mains et quelques médailles pour enjoliver le tout.

La même que d'habitude Wade?

D'un signe de tête j'approuve en posant mon cul sur le tabouret. Le barman est devenu un ami à force de venir claquer mon oseille dans son bar, faut dire que je l'ai débarrassé des petits cons qui venaient emmerder sa clientèle en arrivant déjà complètement raide et en se contentant de payer des parties de fléchettes. Il ne voulait pas que je m'en mêle, il ne savait pas que je pouvais être extrêmement persuasif comme mec. J'ai pris celui qui semblait diriger la meute de blaireaux quand il est allé vider sa vessie dans la ruelle après son habituelle pause clope, je lui ai claqué la gueule dans le conteneur en métal alors qu'il commençait seulement à pisser, il en a pris plein les pompes et son jean élimé. Je ne lui ai pas laissé le temps de comprendre ce qu'il lui arrivait que je lui ai pété un doigt de sa main dominante en lui faisant promettre de ne plus venir emmerder les gens dans ce bar et qu'il n'avait pas non plus intérêt de faire de vague sinon je le saurais. Après ça j'avais repris ma place, lui s'était contenté de faire un signe à ses potes en grimaçant avant de disparaître pour ne plus jamais montrer leur gueule. Blake, le barman, avait bien compris que j'étais responsable, un simple sourire et mon verre avait été offert par la maison. On a sympathisé, il avait été dans l'armée lui aussi mais, une sale blessure l'avait ramené au pays avec de quoi reprendre cet établissement qui ne payait pas de mine en apparence.

¤¤¤¤

On a refait le monde comme à chaque fois, il m'a fait part des rumeurs qui circulaient, j'en ai démenti certaines et conservé d'autres pour mes enquêtes en cours. J'ai picolé, lui a rempli mon verre ainsi que celui des nombreux autres clients, match oblige. Il est presque une heure du matin quand je quitte le comptoir, éméché comme à chaque fois mais, je tiens parfaitement debout et on pourrait me traîner au stand de tir que je parviendrai encore à toucher le mille sans peine. Un grognement s'échappe de ma gorge, la pluie s'est mêlée à la fraîcheur de la nuit. Un frisson secoue ma carcasse. Je passe ma capuche sur ma casquette avant de me ruer sous l'averse sans vraiment regarder ou je mets mes pieds saluant d'un geste de la main Blake qui entame tranquillement sa fermeture. C'est sans doute à cause de ce geste et de cet élan pour me plonger sous la pluie pour rentrer rapidement qui me fait percuter quelque chose qui se retrouve violemment au sol sous l'impact de ma carcasse imposante. Un nouveau grognement m'échappe.
Putain! Comme si l'autre était fautif… Jusqu'à ce que mes yeux se posent sur la frêle stature trempée qui se tient à quelque pas de moi, le cul dans une flaque et le regard noir. Je fais une moue désolée qui ne doit même pas se voir sous ma barbe de plus en plus négligée et surtout sous ma capuche. Désolé. Ça va aller? Je m'approche et me penche pour tendre la main pour l'aider à se relever. Bravo Wade… manquait plus que ça pour finir ta soirée, renverser une jeune femme. Venez dans le bar, Blake vous donnera de quoi vous sécher un peu… et je vous offre à boire pour me faire pardonner. J'attends qu'elle prenne ma main ou non d'ailleurs, j'esquisse ce qui se rapprocherait d'un sourire dans l'espoir de paraître moins flippant à ses yeux… pas certain que ça soit judicieux vu mon accoutrement et ma voix grave. Je dois être plus proche du tueur en série que du flic là. Histoire de paraître moins effrayant, je passe ma main libre dans ma poche pour lui montrer mon badge. J’cherche juste à me faire pardonner… rien de plus.




Alessia Morelli

Alessia Morelli




Nephelim
x Régime : Sang Démoniaque
x Né(e) en : 1989
x Gains : *bon pour jouer (v12.1 - février 2024)*
x Look like : ana de armas.




Under the rain ft. Alessia Empty
MessageUnder the rain ft. Alessia EmptyDim 18 Fév 2024 - 10:39






Under the rain

MOI FEAT. @"Ezeckiel Wade"


Traquée comme un rat, mes cheveux trempés reprenant leur teinte brune naturelle, délaissant les jolies boucles rousses, seconde apparence grâce à un stratagème magique. J’accélère le pas. Je ne suis pas en sécurité dans cette ville, il s’est passé beaucoup trop de temps depuis mon retour en ville, et pourtant, je sais que je n’aurais plus la force de partir, de laisser mes amis qui sont devenus ma famille. En Italie, il me reste une grand-mère, lien tissé récemment, réchauffant mon cœur et mon âme, éclaircissant mon existence sur des aurores plus clémentes. Ma mère m’aimait. Moi et mon frère, malgré une grossesse jeune, elle voulait nous élever, nous éduquer, nous offrir ce qu’elle n’a pas eu la chance de conquérir. Petite italienne paumée, qui a cru les belles paroles d’un vil serpent. Tuée dans la fleur de l’âge après avoir assisté à l’horreur, la chair de sa chair nourrit du sang d’un démon… Ce qui fait de moi ce que je suis aujourd’hui, cette malédiction qui me transforme en un être totalement dépendant au sang. Mais pour la suite de cette histoire, ne vous inquiétez pas, je suis nourrie régulièrement, ce n’est pas la faim qui me ronge ce soir, mais la peur, la colère, le besoin de combattre, mais si je souhaite continuer à me battre, il me faut commencer par fuir.

Xavior semble penser que je suis revenue, ou plutôt le deviner… J’aurais préféré qu’il me pense morte avec les autres résistants italiens. J’ai changé de nom, je suis contrainte de changer d’apparence grâce à des subterfuges, et pourtant, cette vie commence à me convenir, bien que certain soir, je ne sais plus qui je suis réellement. Une ombre dans la nuit, trempée jusqu’aux os, fuyant un démon qui semble deviner qui je suis réellement. Je me contente de fuir, ne souhaitant pas que trop d’attention se pose sur moi. Je ne suis même pas certaine d’être en capacité de faire le poids face à lui, ou du moins de rester en vie assez longtemps pour avoir la chance de fuir.

Mes pas finissent par se ralentir, la pluie tombe de plus belle, à ce train-là, je ne vais pas mourir tuée, mais d’une pneumonie. Je tourne la tête pour m’assurer que je ne suis plus suivie, et c’est sans doute à ce moment-là que je me fais percuter de plein fouet, tombant lourdement au sol, les fesses les premières. Je suis prête à bondir, à dégainer mon arme pour riposter, pour repousser mon agresseur. Le cœur battant la chamade dans ma poitrine, je ne sais pas ce que Xavior me réserve, et je ne veux pas le savoir, vraiment pas. Les nephelims ne sont pas la cible des enfers, de manière punitive du moins, mais je suis consciente qu’il peut faire bien pire que me tuer, et au mieux se servir de moi comme monnaie d’échange, ou je ne sais quoi. Il y a de quoi devenir parano. Je sais. Et sans doute que je surestime mon importance… Sauf, concernant Xavior, il ne me laissera jamais en paix. Ça m’apprendra à tomber amoureuse. Enfin, était-ce de l’amour ? ou n’était-ce pas juste la passion ? Je n’en sais rien… Et rien que de penser à ce genre de chose, cela me rend irritable, honteuse de ma propre bêtise.

Je laisse ma main sur mon pugnalis sans le dégainer, en me rendant compte que la personne qui m’était tombée dessus, était loin d’être le démon de tout à l’heure. Je me relève, en ignorant délibérément la main tendue. Je suis agacée, contrariée, et sa main, je pourrais bien l’inviter à la mettre où je pense. Il est physiquement aussi paumé que moi, avec sa barbe de plusieurs jours, sa capuche qui dissimule ses traits. Je le fixe, méfiante, plongeant mon regard dans le sien un instant, l’écoutant tout simplement, ne baissant pas ma garde. Il me sourit, son sourire pourrait être considéré comme avenant si je n’avais pas un démon collé aux fesses… en plus de mon jean, évidemment. Je rêve de rentrer, de prendre une douche chaude et de me changer… Cependant, n’ayant pas envie de le conduire vers Elena, n’ayant pas non plus envie de continuer à courir sous la pluie, je m’entends lui répondre « D’accord » Ce n’est pas le fait qu’il soit flic, et encore moins qu’il se sente le besoin de me rassurer en me montrant son insigne… La corruption, le mal, n’épargne rien, ni personne. Avec un peu de chance, patienter quelque temps dans cet endroit, éloignerait mon traqueur, et je pourrais rentrer avec l’ingrédient tant souhaité par l’une des sorcières de la résistance. Je m’étais portée volontaire, car j’avais ressenti le besoin de prendre l’air, j’étais servie.

Je finis par le suivre à l’intérieur du bar, le laissant passer en premier, m’assurant une dernière fois que personne n’est en train de m’épier, bien que je ne sois pas sûre de la qualité de mes perceptions avec cette pluie torrentielle. A la lumière artificielle, il semble encore plus imposant, je réfléchis même à un moyen de contrebalancer son poids contre lui pour prendre le dessus, si jamais il est autre chose qu’un être humain. S’il est simplement humain, malgré mon 1 mètre 68 et mes 57 kilos, j’aurais facilement le dessus.

« C’est gentil » dis-je simplement en essayant de me dérider un peu. Je retire ma veste qui ne me sert littéralement à rien. Habillée simplement d’un pull léger noir et d’un jean troué, avec une paire de basket qui semble aussi vieille que moi. Je me remercie intérieurement de ne pas avoir opté pour un chemisier blanc ce matin. Gardant presque un semblant de dignité, passer de rat à aspect d'un chat crevé sur la voie publique, avec mes yeux qui ressemblent sans doute à ceux d'un panda. Tant mieux, on ne pourra pas y deviner les larmes qui avaient pu parler sur mon visage une heure plus tôt.

« Je suis désolée vous étiez en train de fermer » lançais-je sincèrement envers le responsable des lieux. Il venait de terminer de ranger, certainement de nettoyer, et me voilà en train de salir le sol. Mon côté altruiste, naturellement, cette part de moi qui semble toujours aussi authentique malgré les douleurs.

J’attends, bêtement, est-ce la serviette ? est-ce le verre qui pourra me réchauffer les veines ? ou est-ce qu’il baisse enfin cette maudite capuche qui lui donne l’air d’un cambrioleur ?

« Normalement, ce genre de rencontre se déroule dans les films de noël, le gars a toujours une chemise à carreaux… J’espère que vous avez au moins un pick up et un chien, histoire de ne pas détruire mes rêves de jeune fille ? » Je finis par plaisanter… car le naturel revient au galop, me sentant un peu plus en sécurité à l’intérieur… ce qui est une grossière erreur, d’ailleurs, naturellement, je m’arrange à me placer pour ne pas être trop visible de l’extérieur.









Ezekiel Wade

Ezekiel Wade




Humain
x Né(e) en : 1975
x Look like : Jon Bernthal




Under the rain ft. Alessia Empty
MessageUnder the rain ft. Alessia EmptyDim 25 Fév 2024 - 14:39

Under the rain
@”Alessia Morelli & Ezekiel



(Outfit) J'ai pas un mauvais fond, pas le moins du monde. Je suis juste entaché par cette trahison qui me rend plus amer à présent, plus rude avec le monde qui m'entoure, encore plus quand il s'agit des femmes. Une méfiance bien stupide. Elles ne sont pas toutes elle. Toutes ne sont pas de viles traîtresses, loin de là et pourtant je suis âpre au premier abord avec les femmes à présent. Attention, pas quand je bosse, tout ceci n'est que dans le cadre personnel, de l'intime. Je sais demeurer professionnel, certains ont le sentiment que je flingue ma carrière mais une part de moi ne veut pas perdre ce boulot qui me tient malgré tout à cœur. Sans doute parce que j'ai dû servir mon pays a une époque, avec ce désir de sauver la veuve et l'orphelin chevillée au corps, cette envie de donner un monde meilleur aux générations futures vu que celles déjà présentes en chient un max. Et puis, il n'y a bien qu'en étant flic que je me sens vivant… Ce soir, je ressens une légère étincelle à ce regard qui me fusille alors que je tente de m'excuser, de proposer mon aide silencieuse en tendant cette main que tu ignores royalement. Je ne pourrais t'en blâmer, je t'ai quand même envoyée au sol sous cette pluie battante. Je prends le temps de te détailler, déformation professionnelle, j'y peux rien. Il semblerait que je ne sois pas le seul coupable dans cette rencontre quelque peu brutale. Tu as le souffle court, comme si tu venais de fuir, de t'échapper. Tu fuis qui? Un amant? Une simple ombre dans la nuit? Un agresseur? À moins que tu ne sois qu'une petite voleuse? Ta main semble prête à dégainer une arme. Rester sur mes gardes, ne pas te laisser t'engouffrer dans une quelconque brèche.

Tu acceptes finalement mon offre, je t'ouvre la voie car tu sembles malgré tout hésitante. Blake relève sa tête de sa caisse, fronce les sourcils avant que je ne retire ma veste et que son regard clair se pose sur la silhouette qui se cache dans mon dos. Cette dernière se détend un peu, sa voix est moins marquée par sa fuite sous la pluie diluvienne. Tu t'excuses auprès du patron qui contourne déjà le bar pour venir à mon niveau. ”Bwarf vous en faites pas. Vous pouvez rester là le temps que ça se calme. J'suis pas à une demie-heure près. Je vais m'occuper des comptes, Wade, tu connais la maison. La laisse pas crever de froid, elle est trempée jusqu'aux os.” Une tape amicale sur mon épaule et il va s'installer sur un des canapés, sa recette de la soirée sous les yeux. Je baisse la capuche de mon sweat avant de l'enlever, de retirer ma casquette et poser le tout sur une chaise près du chauffage. Tes mots. Je marque un temps d'arrêt en revenant vers toi avant d'éclater de rire en m’approchant. J'avoue, c'est dans ce genre de navet que la nana qui avait un job de rêve dans une grande ville retourne dans le trou perdu qui l'a vu naître pour succomber au charme du gars en chemise à carreaux qui est en réalité le vilain petit canard avec qui elle était à l'école. Tellement de clichés. J'ai pas de chien mais j'ai un vieux pick-up qui attend que je prenne du temps pour le réparer et j'ai des chemises à carreaux… pas ce soir, tu devras te contenter d'une chemise toute simple, noire... Par ces mots, je trahis le fait que je me suis déjà retrouv devant ce genre de téléfilm… Petit plaisir honteux, la bière à la main et la flemme monumentale de lever mon cul pour changer de chaîne. Et ce moment charnière où en fin de compte, je me moque des clichés tout en me demandant comment ça va se terminer… La petite fuyarde a trouvé le moyen de me dérider avec quelques mots rudement bien choisis. Un chien, c'est sans doute ce que j'aurais dû faire, prendre un chien, ça m'aurait fait de la compagnie et une raison de lâcher prise en sortant le promener.

Face à toi, je te jauge un bref instant avant de prendre ta veste pour la mettre elle aussi à sécher. Ton maquillage a coulé. La pluie ou bien des larmes avant que le déluge ne les masque? Difficile de ne pas raisonner en flic, difficile de ne pas mettre mon cerveau en pause ne serait-ce qu'une soirée. Je contourne le comptoir, me saisis d'une bouteille de whisky en espérant que c'est ce que tu voudras boire, le cas échéant, je te servirais un autre alcool. Je me fouille dans les torchons, je sélectionne ceux qui sont propres et pas trop usées pour te les poser sur le comptoir. Y'a pas mieux. Sinon tu peux te poser le cul contre le chauffage aussi… Et Blake vient de faire les chiottes… si besoin. Je ne sais même pas pourquoi j'ai prononcé ces derniers mots, le patron a levé un regard interrogateur vers moi avant de secouer la tête et de reprendre ses comptes. Je contourne de nouveau le comptoir après avoir déposé deux verres, des bouteilles et je prends place sur la tabouret que je venais à peine de quitter, te laissant l'opportunité de prendre place sur celui près de moi. Moi c'est Wade, enfin Ezekiel mais tout le monde m'appelle par mon nom. À cause de ma manière de me présenter. Je parles trop, la culpabilité de t'avoir mise dans cet état sans doute, certainement même. J'suis pas du genre hyper causant, l'alcool joue aussi puis, j’veux pas paraître encore plus rustre que je le paraît déjà.





Contenu sponsorisé









Under the rain ft. Alessia Empty
MessageUnder the rain ft. Alessia Empty
 

Under the rain ft. Alessia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-